Angoulême 2007 : Matches d’improvisation BD en perspective

4 janvier 2007 1 commentaire
  • Parmi les nouvelles animations prévues au programme du 34ème FIBD d'Angoulême, on trouve des "matches d'improvisation BD" orchestrés par Thierry Tinlot, le rédacteur en chef de Fluide Glacial.

La conférence de presse du 14 décembre dernier avait dévoilé quelques nouveautés dans l’édition 2007 du FIBD. L’IMPRO BD est une manifestation qui s’annonce à la fois intrigante et très prometteuse. Thierry Tinlot, qui n’est plus à un couvre-chef près, nous en dévoile les coulisses.

Quel est le concept d’Impro BD ?

Eh bien, si tu connais le principe du match d’improvisation théâtrale, disons que c’en sera un, la seule différence étant que dans chaque équipe, il y a aura à la fois des comédiens et des dessinateurs. Et pour les quelques dizaines de visiteurs d’ACTUABD qui ne connaissent pas encore le principe, j’explique en deux mots : le match d’improvisation théâtrale est un concept né il y a une bonne vingtaine d’années au Québec, où deux comédiens ont créé un concept de spectacle s’inspirant des règles du hockey sur glace. Donc, c’est un spectacle, mais avec des règles, un arbitre, des exclusions, des fautes, des thèmes imposés. C’est le public qui vote et qui manifeste son mécontentement en jetant sur la patinoire (l’aire de jeu) une pantoufle, un chausson. Tout cela est expliqué sur le site de la Ligue d’Improvisation belge dont je suis - j’ai plusieurs casquettes dans la vie - l’un des administrateurs : http://ligueimpro.be

Quel sera le rôle des comédiens par rapport aux dessinateurs ?

Chacun jouera son rôle : les comédiens improvisent et les dessinateurs dessinent. Nous avons mis au point une variante du jeu original, en créant des catégories de jeu qui font intervenir les deux disciplines, soit séparément, soit ensemble. Exemple : les comédiens se lancent sur une histoire et, au coup de sifflet, c’est le dessinateur qui doit, en dessin,
finir l’histoire. Autre exemple : sur base d’une improvisation graphique, sans filet, les comédiens doivent improviser. Ou encore : un dessinateur a champ libre pour venir, graphiquement, imposer des accessoires dans le jeu. Dès que ces accessoires sont dessinés, les comédiens doivent les intégrer dans leur histoire. Ça a l’air facile comme ça, mais quand des comédiens sont en pleine bataille médiévale et que le dessinateur leur balance une console de jeux vidéo, faut avoir de la ressource pour l’intégrer.

Angoulême 2007 : Matches d'improvisation BD en perspective
Thierry Tinlot, rédacteur en chef de Fluide Glacial, est le chef de cet imposant chantier IMPRO BD

Quel sera ton rôle ?

Je suis depuis une vingtaine d’années MC (Maître de Cérémonie) des matchs. Donc, c’est moi qui harangue la foule et les intervenants, qui chauffe la salle (avec le Maître de Musique). L’impro, c’est un spectacle vivant, désordonné et joyeux. On demande aux spectateurs de manifester leur joie ou leur contentement. Défense de pendre la gueule ou de ne pas applaudir à tout rompre en hurlant.

Sous l’œil assassin de l’arbitre Caroline Von bibikow (surnommée Cruella, ça promet !), les dessinateurs et les comédiens font connaissance.

Où est l’improvisation si il y a eu des répétitions ?

C’est simple : le challenge est de mettre ensemble des comédiens professionnels de la Ligue Belge, d’excellents comédiens amateurs de Brest (Mauvais Genre - rade de Brest) et des dessinateurs qui n’ont, pour la plupart, jamais mis les pieds sur une scène. Nous avons répété les enchaînements, les mécaniques, telles que celles décrites plus haut. Mais évidemment, et c’est là tout le sel de l’impro, ni les comédiens ni les dessinateurs ne sauront à l’avance les thèmes ou les catégories qui seront traitées. Par contre, ils sauront où ils doivent se positionner sur le plateau et ils auront, je l’espère, moins peur puisqu’ils auront déjà, en répétition, fait les exercices sur d’autres thèmes.

Dans les années 70, l’émission "Tac au Tac" diffusée sur TF1 proposait déjà des matches d’improvisation, avec des auteurs BD mais sans comédiens...

Je n’ai jamais vu cette émission, mais comme je l’ai expliqué, l’idée du match d’impro a vingt ans, elle est déposée (chaque représentation publique donne lieu au paiement de droits d’auteurs) et très riche. Des dizaines de milliers de personnes pratiquement l’impro partout en Francophonie, et des joutes mondiales sont organisées. La dernière a opposé la Belgique et la France au festival JUSTE POUR RIRE de Nantes l’an dernier. Et tant que j’y suis, puisque je vous ai donné les coordonnées de la Ligue
belge, voici celles de la Ligue Française Pro : www.impro-lifi.com/

Jean-Claude Fournier (Bizu, Spirou et Fantasio, Crannibales) se lance. Allez, Kenavo !

Pour un dessinateur, quelles sont les difficultés de ces joutes dessinées ?

Il n’a que quelques secondes pour réfléchir avant de se lancer. Donc, pas de laborieux chez nous, mais des flèches spontanées : Mo/cdm, Edika, Boucq, Clarke, Chauzy ou Fournier himself.

Edika, qui a oublié ses lunettes, improvise en quelques secondes. Il va tellement vite... que son texte est illisible, haha !

Sur quel critère ont été choisi les 6 dessinateurs ?

J’avais déjà fait des exercices d’impro avec Clarke, et les autres je croyais en leurs capacités d’improvisateurs. Je n’ai pas été déçu. C’est flamboyant.

En dehors d’Angoulême, pourra-t-on assister à d’autres matches d’impro ?

Avec Jean-Marc Cuvelier, directeur artistique de la Ligue, on a décidé de prolonger le concept d’IMPRO BD à Bruxelles le dimanche premier avril. Réservez vos places !

MO/cdm (Forbidden Zone) en pleine réalisation d’un truc certainement très grivois, dont j’ai évidemment oublié le titre.

Petit test d’impro : quelle serait ta réponse à une question non posée ?

J’en profiterais pour raconter ma vie en commençant par cette phrase authentique d’auteur un rien imbu de sa personne : "Assez parlé de moi. Avez-vous lu mon dernier livre ?"

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

IMPRO BD
Le vendredi 26 janvier à 19h
Le samedi 27 janvier à 14h30
Théâtre de la Ville d’Angoulême
Entrée : 5 euros
Réservation : www.bdangouleme.com
Une coproduction du Festival d’Angoulême et de Fluide Glacial

Photos et légendes : © T. Tinlot
Affiche en médaillon : © Julien/CDM

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Angoulême 2007 : Matches d’improvisation BD en perspective
    24 janvier 2017 17:03, par Annecat Suquet

    Bonjour,
    Je sais que ce spectacle remonte à 10 ans mais encore une fois je trouve dommage que l’on ne parle que de Fluide et de la Ligue pro Belge car ce concept c’est Mauvais Genres Rade de Brest (MGRB.org) qui a eu le culot de le proposer au festival cette année là. La direction de ce dernier a préféré se reposer sur monsieur Tinlot, ce qui a donné un excellent spectacle. Mais encore une fois dire une co-production Festival-Fluide-Mauvais Genres serait plus juste !
    Mais bon ...excellent souvenir...
    AC Suquet
    Présidente de MGRB

    Répondre à ce message