Angoulême 2008 : Francis Groux, commandeur des Arts et des Lettres

25 janvier 2008 0 commentaire
  • Angoulême lui doit tant ! Francis Groux est, avec Jean Mardikian et Claude Moliterni, l’un des trois fondateurs du Festival de la Bande Dessinée à Angoulême qui bat son plein en ce moment. La ministre de la culture, Madame Christine Albanel, lui a remis les insignes de commandeur des Arts et des Lettres.

C’est l’âme tutélaire du festival. Francis Groux, président du FIBD, 73 ans depuis juillet dernier, avait été rappelé il y a deux ans après la crise consécutive à l’éviction de l’ancien directeur général Jean-Marc Thévenet. Le Festival était alors dans l’incertitude à cause des travaux d’aménagement de la ville qui avaient considérablement réduit son implantation dans les murs de la cité. L’arrivée des mangas et la surproduction avaient également considérablement modifié les équilibres du marché de la BD. Et pour en rajouter, le temps avait été nordique (restons policés) deux ans de suite.

Après avoir fait toute sa carrière dans la distribution de produits pétroliers (Total, Streichen-Berger, puis la branche matériaux de BP rachetée ensuite par Point P), écrivions-nous l’année dernière, il profitait depuis douze ans d’une retraite méritée (mais néanmoins active puisqu’il participait à de nombreuses associations culturelles, sociales ou sportives) avant d’être rappelé à la présidence du Festival dont il n’était plus qu’un membre bénévole qui organisait à l’occasion l’une ou l’autre exposition. Mais les problèmes qui avaient affecté les relations entre le Festival, ses éditeurs et ses sponsors ont fait que l’on est allé rechercher ce « vieux grognard » qui avait l’avantage de bien connaître le dossier et qui n’était animé d’aucune ambition politique ou professionnelle. Après avoir décliné l’offre, il finit par se laisser convaincre à reprendre la présidence. Avec le délégué général Franck Bondoux et le directeur artistique du Festival, Benoît Mouchart, il a remis le FIBD sur les rails. En deux ans, il a conduit des réformes profondes pour le Festival, professionnalisant son approche en confiant pour la première fois de son histoire sa gestion à un prestataire extérieur. Il a surtout pacifié un dossier qui s’était particulièrement envenimé sous l’ère Thévenet.

Angoulême 2008 : Francis Groux, commandeur des Arts et des Lettres
Francis Groux avec ses insignes de commandeur des Arts et des Lettres. Madame la ministre de la culture Christine Albanel est, quant à elle, décorée du pin’s que Lewis Trondheim a conçu pour le Festival.
Photo : Didier Pasamonik (L’Agence BD)

En 35 ans, Francis Groux et son équipe de bénévoles (et il n’a pas manqué de leur rendre hommage, ainsi qu’à ses deux-cofondateurs et son épouse Monique dans ses remerciements) a réussi le tour de force de construire, à partir d’une petite manifestation locale, un évènement reconnu dans le monde entier doté d’institutions pérennes comme le Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image, impulsant à la région un dynamisme qui génère aujourd’hui encore des milliers d’emplois dans le domaine de la bande dessinée, de l’animation ou plus simplement de l’image.

À l’occasion de l’inauguration officielle du Festival, les plus hautes représentants de l’état, de la région et de la ville étant présents, Madame Christine Albanel, ministre de la culture a remis à Francis Groux les insignes de Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres. Une décoration amplement méritée pour ce personnage passionné, généreux et charismatique.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?