Nos dossiers Festival International de la bande dessinée d’Angoulême

Angoulême 2023 : encore et toujours, le manga-roi

Par Jaime Bonkowski de Passos le 24 janvier 2023                      Lien  
On le sait, on le voit : la bande dessinée en France ne se conçoit plus sans le manga. Le 9e Art nippon vit dans l'Hexagone un véritable âge d'or qui ne semble pas près de s'arrêter, impensable donc d'envisager un FIBD sans un Pavillon Manga qui, d'année en année, colonise d'ailleurs de plus en plus d'espace. L'édition 2023 du FIBD mord à pleines dents dans cette tendance, en axant ses deux plus grosses têtes d'affiches sur le manga avec Junji Ito et Hajime Isayama, ainsi qu'avec une programmation au long cours qui ravira les fans de Naruto, Luffy et consort. Dédicaces, projections et Live-Twitch : on fait le point.

Pour les fans de littérature nipponne, c’est à Manga-City que le gros du FIBD aura lieu. L’espace consacré au manga a encore crû depuis l’édition précédente, quoiqu’il reste toujours assez excentré par rapport au reste du festival. Encore et toujours cette fameuse ostracisation de classe ? Disons plutôt qu’il est devenu trop gros pour aller ailleurs, et qu’il est très bien dans son coin pour drainer les centaines de milliers de visiteurs attendus...

Angoulême 2023 : encore et toujours, le manga-roi
Manga City double son espace cette année en faisant passer le visiteur par Alligator, la nouvelle installation dans la grande Halle 57 de la gare d’Angoulême.
Photo : Stéphane Grobost

Pour la première fois les deux plus grosses têtes d’affiches du FIBD sont 100% manga. Avec d’un côté le classieux et terrifiant Junji ito et son exposition Dans l’Antre du délire à l’Espace Franquin, et de l’autre le colossalement populaire Hajime Isayama et son expositon L’Attaque des Titans : De l’Ombre à la Lumière à l’Alpha Médiathèque. Deux installations exceptionnelles à retrouver tout au long du festival qui ne manqueront pas d’attirer les foules et de briser les records.

Manga City, cette année (ici en construction), s’imprègne de l’atmosphère des grandes villes asiatiques (Tokyo, Séoul, Taipei...)
Photo : Stéphane Grobost
Affiche Officielle de l’exposition "Dans l’Antre du Délire" par Junji Ito.
Affiche Officielle de l’exposition "L’Attaque des Titans : de l’ombre à la lumière" d’Hajime Isayama

L’auteur de l’Attaque des Titans a également prévu une masterclasse (complet) au Théâtre de la Ville le samedi et une séance de dédicace (complet) le vendredi. Pour Junji Ito, sa masterclasse (complet) aura lieu le jeudi au Théâtre de la Ville, et il proposera 100 dédicaces par jour aux 100 premiers clients qui achèteront un volume sur le stand de Mangetsu à l’Espace Franquin, devant l’exposition.

Enfin pour Ito, les plus chanceux pourront découvrir au cours d’une projection exceptionnelle les épisodes 7 et 12 de Maniac par Junji Ito : Anthologie Macabre, la mini-série animée produite par Netflix consacrée à ses nouvelles les plus terrifiantes, vendredi à 19h30 au quartier BD-Ciné-Séries, au Cinéma CGR (sur réservation).

Mais ce ne sont pas là les seuls titans du manga à honorer le festival de leur venue : Glénat a invité le tandem Riichiro Inagaki (scénariste) et Ryuichi Ikegami (dessinateur), ce dernier aussi gratifié d’une exposition qui s’annonce mémorable : A corps perdus, au Musée d’Angoulême. Les deux auteurs, qui ont récemment travaillés ensemble sur le très bon Trillion Game, proposeront des masterclasses vendredi à 16h15 pour Inagaki et vendredi 17h pour Ikegami, au Théâtre de la Ville.

Affiche Officielle de l’exposition "A corps perdus" de Ryoichi Inegaki

Et ce n’est pas tout ! La turbulente Akane Torikai (Saturn Return) sera aussi de la partie, avec deux moments-rencontres samedi 12h30 à Manga-City et dimanche 12h à l’espace Franquin (cette rencontre sera en compagnie de l’autrice Maybelline Skvortzoff), et elle fera une intervention sur la chaîne Twitch du festival dimanche à 16h30.

Le plateau Twitch du Festival proposera enfin une programmation Manga en live du jeudi au dimanche, avec un large panel d’invités et d’intervenants. Et vous retrouverez ci-dessous la liste des autres auteurs et intervenants invités par les éditeurs.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Angoulême 2023 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Manga roi ? je veux bien et je n’ai rien contre les mangas mais pour avoir été hier à Angoulème, la bulle manga est peut être plus grande mais la fréquentation, en tout cas hier vers 18h, était bien moindre qu’au monde des bulles et à l’espace BD alternative.
    Par ailleurs, pour revenir à l’expo de l’attaque des Titans, faire payer 10€ de plus pour cette expo est vraiment un scandale. Rien ne justifie dans cette expo, par rapport à celles des années précédentes à la médiathèque, d’ajouter un supplément. Cette expo est très bien, surtout pour les fans mais par exemple (et à mon avis) moins bien scénographiée que l’expo Batman il y a quelques années pour laquelle aucun supplément n’était demandé.

    Répondre à ce message

  • Angoulême 2023 : encore et toujours, le manga-roi
    27 janvier 10:12, par Capitaine Kérosène

    Le festival d’Angoulême devrait fusionner avec Japan Expo. :-)

    Répondre à ce message

  • Angoulême 2023 : encore et toujours, le manga-roi
    29 janvier 02:33, par Stephano Bahia

    Savez-vous pourquoi le manga a "éclipsé" la BD européenne au festival ? Parce que la BD était "trop coincée" dans le passé, dans la nostalgie.
    Le manga s’adresse à tous les genres et à tous les âges, quelque chose qui n’existe presque pas dans la bande dessinée.
    Les fans de la BD devraient faire une autocritique avant de critiquer la forte présence du manga.
    Une stagnation similaire se produit aux États-Unis, les comics sont devenues centrées sur les mêmes super-héros qui ont été créés il y a des millénaires ! La plupart des enfants et des jeunes "neveux de l’Oncle Sam" ont une plus grande affection pour les mangas.

    Répondre à ce message

PAR Jaime Bonkowski de Passos  
A LIRE AUSSI  
Nos dossiersFestival International de la bande dessinée d’Angoulême  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD