Anne Freaks, T1 et T2 – Par Yua Kotegawa - Pika

21 juin 2008 0 commentaire
  • Yuri Kitagawa a un secret : il a tué sa mère ! Un thriller socialement moins engagé que Détenu 042 mais un scénario toujours aussi percutant…

Yuri Kitagawa est un élève clame, studieux et obéissant. Malgré tout, depuis la mort de son père, ce n’est jamais suffisant pour une mère étouffante. Le soir où celle-ci tente de se glisser dans son lit, s’en est trop et Yuri tue sa mère. Le lendemain, il retourne à l’école et essaie de se comporter normalement jusqu’à l’arrivée d’une mystérieuse jeune fille qui lui affirme savoir ce qu’il a fait. Elle s’appelle Anne Freaks et lui propose de l’aider à se débarrasser du corps et à brouiller les pistes. En échange, elle lui demande de l’aider à retrouver et à tuer ses parents et ils commencent par se rendre à Kyoto pour allez chercher Mitsuba Maezono, un jeune garçon de leur âge qui va venir compléter ce trio infernal…

Anne Freaks, T1 et T2 – Par Yua Kotegawa - Pika

Yua Kotegawa se distingue par son trait minimaliste, presque enfantin mais qui aborde des problèmes de société très sérieux et de manière plutôt violente. Dans Anne Freaks, nous suivons les aventures de trois jeunes adolescents plongés dans la violence et les meurtres par leurs propres parents. La violence est omniprésente et les meurtres vont crescendo, la mise en page épurée de l’auteur rendant les situations dramatiques encore plus saisissantes.

Le premier volume dévoile peu à peu les intentions de la jeune fille. Le lecteur assiste à la rencontre entre ses trois enfants qui apprennent à se connaître eux-mêmes mais aussi à découvrir au fur et à mesure toute l’horreur dont Anne est capable. Passé le stade de la découverte, le deuxième volume nous plonge directement dans l’action et les relations entre les trois adolescents sont clairement révélées. De nouveaux personnages font leur apparition pour nous plonger encore plus profondément dans ce drame social ultra-violent.

(par Stéphanie Francqueville)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?