Écoutez les interviews et émissions d'ActuaBD
Apple Podcast Spotify Podcast Google Podcast

Aperçu de la rentrée BD (10) : Casterman Reboot

  • Il y a quelques temps, on pouvait s'interroger sur les atermoiements de la maison du Quai Panhard-et-Levassor, insécurisée par le rachat de son groupe (Flammarion) par Gallimard. Maintenant que c'est chose faite, Casterman assure la rentrée avec des valeurs sûres : Alix, les 10 ans d'Écritures, du polar solide, Le Chat, Therma Romae, la collection Kstr...
Aperçu de la rentrée BD (10) : Casterman Reboot
Le dernier opus de Charles Masson : La Dernière Femme
Ed. Casterman

Quelle pêche, ça fait plaisir à voir ! Casterman est en forme en cette rentrée, et cela se voit. Ces dernières années, les choix étaient moins fermes et moins clairs surtout : la figure de proue du catalogue, Alix, semblait s’abîmer dans une routine sans saveur, on misait sur les valeurs sûres de la maison (Tardi, Bilal, Geluck, Schuiten...) sans grande prise de risque et, en dépit des nouvelles séries lancées, souvent intéressantes, notamment dans les collections Rivages / Casterman / Noir et Kstr, les lignes de force de l’éditeur ne dégageaient pas jusqu’ici une "ligne claire" qui, jadis pourtant, avait fait la réputation de la maison.

Des collections maintenant établies

Les 10 ans de la collection Écritures viennent opportunément rappeler que Casterman n’avait jamais baissé la garde en terme de créativité. La collection initiée par Benoît Peeters avait été abhorrée en son temps par Jean-Christophe Menu, preuve qu’elle avait sa pertinence, mais si les reproches qui lui ont été faits n’étaient pas sans fondement (on se souvient de la calamiteuse édition de Julius Knipl de Ben Katchor). Mais avec l’irruption d’auteurs nouveaux, comme Charles Masson (Soupe Froide, Droit du sol...) qui publie ces jours-ci La Dernière Femme, un roman graphique qui interroge l’éternel masculin, aux côtés de Marcinelle 1956 de Sergio Salma, mémorial de la tragédie du Bois du Cazier, la preuve a été faite que cette collection pouvait être le creuset d’une nouvelle génération d’auteurs, et pas seulement le réceptacle des œuvres de Taniguchi qui, en dépit de leur succès, ne peuvent cacher que l’option manga prise naguère par la maison à du revoir à la baisse ses ambitions.

Kstr est l’autre réussite de cet éditeur, une collection qui a révélé Bastien Vivès. Et même si la nouveauté de la rentrée de cet auteur se fait chez un autre éditeur, la collection dirigée par Didier Borg laisse une place de choix à la nouvelle création et joue pleinement son rôle d’incubateur de talents.

Un thriller fort pour Christian de Metter : Piège Nuptial de Douglas Kennedy
Ed. Casterman

La collection Rivages / Casterman / Noir a réussi aussi à faire sa place dans le domaine du Roman graphique avec d’excellents polars adaptés des meilleurs auteurs de romans policiers contemporains. Elle a permis l’émergence d’auteurs comme Christian De Metter qui déboule avec force dans cette rentrée en co-signant un excellent thriller, Piège nuptial, avec Douglas Kennedy, excusez du peu.

Dans le même registre, l’association entre Loustal et Götting dans un policier rétro très simenonien intitulé Pigalle 62-27 est une autre réussite incontestable de cette rentrée.

Alix, en majesté

La série Alix, qui n’était plus que l’ombre d’elle-même au cours des deux dernières décennies, comme le symbole de l’abandon de l’étude du latin dans les classes, retrouve des couleurs lors de cette rentrée.

Il faut y voir l’effet de la montée en puissance dans l’équipe éditoriale de Reynold Leclercq, lequel est à l’origine de l’arrivée de Denis Bajram et Valérie Mangin dans le catalogue de l’éditeur de Tintin. La spin-off Alix Senator est la bonne surprise de la rentrée, comme nous vous l’avons expliqué. Avec un nouveau tome des voyages d’Alix sur Nîmes, une nouvelle édition des voyages sur Rome et un nouvel album dans la collection régulière : L’Ombre de Sarapis, signé Corteggiani & Venanzi, pour octobre, la série Alix se redonne de nouvelles ambitions, et ce n’est pas pour nous déplaire. Il n’est pas jusqu’au succès du manga Therma Romae (T.4) qui ne vienne rappeler que la Pax Romana est de retour dans la maison Casterman.

Au Taj Mahal avec Indiana Dreams de Maryse et Jean-François Charles
Ed. Casterman

Le Chat, Dracula, Canardo...

Des nouvelles séries, comme Le Tueur aux mangas de Lamquet & Yann, dynamisent également cette rentrée qui n’oublie pas de mobiliser ses classiques : des nouvelles éditions pour Pratt (Intégrale Fort Wheeling, Capitaine Cormorant et, De l’autre côté de Corto, les entretiens avec Dominique Petitfaux), le retour de Geluck avec le tome 17 du Chat : Le Chat Erectus couplé au troisième volume de Cher Docteur G., le retour de Sokal avec son imperturbable Canardo dont cette aventure n’est pas sans rappeler les remugles de l’affaire DSK ; Maryse et Jean-François Charles dont le Tome 7 de India Dreams nous mène à fouler les allées du Taj Mahal...

Moebius enfin, dont la disparition récente suscite la réédition de l’entretien avec Numa Sadoul, Docteur Moebius et Mister Gir, et une nouvelle édition des quatre volumes du Monde d’Edena.

Plein de bonnes raisons de revenir en librairie.

(par Didier Pasamonik (L'Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
16 Messages :
  • Aperçu de la rentrée BD (10) : Casterman Reboot
    6 septembre 2012 12:20, par Frencho-ID

    N’oubliez pas l’intégrale de Sibylline, dont les tomes 3 et 4 sortent quasi coup sur coup ces semaines-ci. Elle n’est pas aussi irréprochable que l’assure l’éditeur mais « elle a le mérite d’exister »...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred le 6 septembre 2012 à  13:03 :

      Pourquoi Sibylline chez Casterman ? Je ne vois pas la logique.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Frencho-ID le 6 septembre 2012 à  14:55 :

        L’explication officielle de Flouzemaker : « Dupuis n’en a pas voulu. »

        Répondre à ce message

  • " Moebius enfin, dont la disparition récente suscite la réédition de l’entretien avec Numa Sadoul, Docteur Moebius et Mister Gir, et une nouvelle édition des quatre volumes du Monde d’Edena. "

    A quand une intégrale de l’excellente série Jim Cutlass, de Giraud et Rossi ?

    Répondre à ce message

  • Aperçu de la rentrée BD (10) : Casterman Reboot
    6 septembre 2012 13:02, par Fred

    une nouvelle édition des quatre volumes du Monde d’Edena.

    4 ? J’en compte 5 :
    Sur l’étoile, Les jardins d’Edena, La Déesse,Stel et Sra. On peut même ajouter Les réparateurs.

    Répondre à ce message

  • Aperçu de la rentrée BD (10) : Casterman Reboot
    6 septembre 2012 14:07, par luc Brunschwig

    Bon ! En quoi Alix Senator est un Reboot ou un Spin-Off ? Un reboot, c’est réécrire l’histoire d’un personnage préexistant en la reprenant de zéro (ce n’est pas le cas)... Un Spin-Off, c’est sortir un personnage secondaire ou principale d’une série pour en faire le héros de sa propre série (Or Alix est déjà le héros d’Alix)...
    Il s’agit d’une suite... tout simplement. Ce qui ne retire rien à la qualité et l’intérêt de ce qu’on voit depuis quelques mois maintenant.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Maitre Capello le 6 septembre 2012 à  16:58 :

      "Sequel" (pour frimer un peu) mais le terme "suite" est bien plus clair.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Sergio Salma le 7 septembre 2012 à  00:20 :

        A propos , êtes -vous Maître Cheveu ou Maître Chapeau ? Parce que Capelovici s’écrivait comme ceci, vedi ?

        Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 6 septembre 2012 à  17:11 :

      Vous vous montrez pas plus anglican que la Queen Mom :

      "Reboot" signifie "redémarrage", c’est comme cela que j’entends cette nouvelle donne de Alix chez Casterman.

      "Spin off", comme le mot l’indique, signifie bien "dérivé", "qui tourne autour" sans que l’on ait à s’encombrer de vos restrictions lexicales avec vos histoires de personnages secondaires.

      "Sequel" me semble aussi applicable.

      C’est vrai que l’on pourrait utiliser des termes français comme "conter fleurette" pour flirter et "pantalon de treillis bleu" pour Jeans...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 septembre 2012 à  23:12 :

        Non, Reboot a un sens précis et Spin-off aussi quand on parle d’un livre. Et c’est bien dans ce cadre là que vous en parlez. Faire une traduction littérale comme redémarrage et dérivé n’a ici pas de sens. Désolé mon ami mais Alix Senator est bien une suite et absolument pas un reboot ou un spin-off.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 septembre 2012 à  07:29 :

          On entre dans les droits dérivés et de suite. Alors, le terme exact concernant cette nouvelle série d’Alix, c’est sequel. Pas prequel, ni midquel, ni interquel, ni reboot, ni spin-off, ni cross-over.

          Répondre à ce message

      • Répondu le 6 septembre 2012 à  23:41 :

        le"flirt" anglais vient du"(compter)fleurette" français.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Hugo le 7 septembre 2012 à  03:00 :

        Un redémarrage c’est quand on a calé, c’est comme ça que vous l’entendez, ou j’entends mal ?
        Le reboot c’est surtout un terme à la mode qui définit le produit sans trop en dire... C’est le reboooooot d’Alix !!!
        Faut faire le buzz !!! ( à ne pas entendre comme un bourdonnement...)

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 septembre 2012 à  07:58 :

          Reboot est un terme précis, pas un terme à la mode. On vous dit que le terme exact est sequel. On passe à autre chose ?

          Répondre à ce message

          • Répondu le 7 septembre 2012 à  11:26 :

            Un terme peut être précis et à la mode. :)
            Au lieu de dire à la mode, je devrais dire qui fait vendre.

            Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD