Appleton Street - Makabi T2 - Brunschwig et Neuray - Dupuis

6 janvier 2004 0 commentaire
  • Une jeune femme russe est prise malgré elle dans les filets de la
    pornographie. Mais un certain Makabi, super-héros à l'américaine, va tout faire pour la sauver. Enfin, super héros … malgré lui …

En prenant en charge Zenaïde Aboukine et sa fille Dolly, témoins brûlants dans une affaire de traite des Blanches, Lloyd Singer, chef comptable au F. B. I., se retrouve face à des adversaires sans pitié, prêts à tout pour récupérer cette femme qui en sait trop. Car c’est contre les tueurs de la mafia russe, installée sur le sol américain, que Lloyd Singer va devoir lutter. Après avoir perdu son escorte dans une fusillade, c’est seul, coupé de ses appuis, qu’il va faire face à ses ennemis. Réfugié au sein de sa famille, au coeur du quartier juif, à Appleton Street, il va échafauder un plan risqué, bien décidé à sortir définitivement la jeune femme des griffes de ses poursuivants. Sans savoir que ses ennemis, puissants et infiltrés jusqu’au coeur du F. B. I., vont ainsi remonter jusqu’à ses proches.

(par JLM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Maniant de manière habile, sans même qu’on s’en rende compte, un récit grand public empli de suspens avec de vraies émotions, le talentueux scénariste Luc Brunschwig nous livre un polar hors norme, d’excellente facture. On s’attache aux personnages, on vit pour eux, on craint pour eux. On y croit en fait. Car certains passages semblent tellement vrais, tellement humains. Ecrivant des scénarios qui mélangent harmonieusement action, rebondissement, intelligence mais aussi tendresse, émotion, et véracité, on ne doit pas s’étonner de voir Brunschwig figurer parmi les scénaristes les plus intéressants du moment. Le dessin d’Olivier Neuray, sobre mais efficace, soutient agréablement le récit. Seul bémol, mais c’est un avis personnel et apparemment pas partagé par tous, les couleurs ne m’ont pas convaincu. Cela n’empêche pas cet album d’être un tout bon cru de la défunte année 2003. Vite, la suite !

Lire un extrait

  Un commentaire ?