Après 14 ans de service, Naruto range ses kunaï.

7 novembre 2016 0 commentaire
  • Traduites à partir de 2002 par l'éditeur Kana, les aventures du ninja Naruto sont parvenues à fédérer autour d'elles de très nombreux lecteurs, quitte à devenir un véritable phénomène éditorial dans les années 2000 en France. Le tome 72 marque la fin des aventures du ninja le plus célèbre de Konoha : une sortie réussite ? Un héritage pérenne ?
Après 14 ans de service, Naruto range ses kunaï.
Naruto en 1999, cela ne nous rajeunit pas !
© Masashi Kishimoto/Kana

Le tome 72 s’inscrit comme l’ultime tome de la série, et il se doit donc de la conclure dans tous les sens du terme ; de l’intrigue principale aux nombreux fils scénaristiques laissés plus ou moins en désuétude par Masashi Kishimoto au fil des décennies. Par exemple, on se souviendra il y a longtemps du capitaine Yamato, kidnappé par Kabuto afin de satisfaire les besoins en énergie de l’armée des Zetsu blancs, dont le sort n’a pas été évoqué pendant des années... Avant d’être réglé de manière expéditive dans ce tome ! Tout arrive avec ce tome 72 !...

L’ultime ennemie de la série défaite, la dispensable Kaguya et sa volonté de tout détruire pour récréer son univers d’antan, l’ermite Rikudô offre le nouveau monde à Naruto et Sasuke, porteurs de ses espoirs de créer une civilisation meilleure. Naruto est prêt à répondre à ce défi par le pouvoir de l’amitié et de l’entraide, mais son « meilleur ami » nourrit d’autres ambitions : tuer tous les Kage et ainsi attirer toute la haine du monde des ninjas pour l’unifier malgré lui !

Ah, le tournant diabolique de Sasuke pour amorcer un retournement de situation final...
© Masashi Kishimoto/Kana

Le match- retour entre Naruto et Sasuke, c’est pour les lecteurs comme la construction d’un match de catch entre deux grands champions lors du plus grand des galas de la discipline : on en parle pendant des mois, voire ici des années, et l’attente est souvent peu récompensée. Eh bien, ici, patatras : les raisons qui poussent ces deux jeunes gens à s’affronter sont assez creuses. La figure semble ici trop imposée et manque de sens sans l’héritage de l’ensemble de la série. Mais l’essentiel est ailleurs semble t-il...

En effet, Masashi Kishimoto profite de cet ultime affrontement pour exécuter des planches et des planches dans la pure ligne de ce qui a fait sa renommée, à savoir les combats. L’auteur s’en tire ici plutôt pas mal, car les mouvements, assez jolis, font écho à des combats passés et intègrent assez bien le gigantisme du rapport de puissance qui se dégageait des derniers tomes [1]. Par contre, on perd parfois en lisibilité dans le feu de l’action, ce qui n’est pas négligeable pour un tel affrontement attendu.

Du haut de cet échange de coups de poings, 15 ans d’histoire éditoriale vous contemple.
© Masashi Kishimoto/Kana

Naruto et Sasuke s’affrontent, leurs idéologies aussi. C’est à l’issue de ce combat sanglant [2] que l’auteur crée un épilogue pour sa série : pas de surprise, Kishimoto verse lui aussi dans la satisfaction du lecteur et lui offre un « extrait de vie » où il peut voir comment ont vieilli leurs personnages fétiches... Et de quelle manière leurs enfants leur ressemblent !

Au delà du combat final entre Naruto et Sasuke, l’intérêt de ce tome 72 est de découvrir la nouvelle génération de ninjas et de kunoïchi du village de Konoha. Certains lecteurs pourront se plaindre de la facilité de l’opération en termes de scénario, mais nous avons là quelques belles histoires qui méritent d’être sues avant que le rideau ne tombe, alors que d’autres sont assez improbables ou trop expéditives pour être vraies avec certains personnages ! Très clairement, les amateurs de la série vont devoir croiser leurs dix doigts pour que leurs personnages favoris ne se retrouvent pas dans une situation décevante à leurs yeux à la conclusion de la série.

Ce tome 72 de Naruto est à l’image des dernières années de la série : mi-figue, mi-raisin. L’amateur de la série pourra trouver son intérêt avec des promesses de longue date tenues et un épilogue très « carnet rose » qui va dans le sens de sa satisfaction, mais le lecteur pourra aussi se demander si le rythme de la conclusion de la série n’a pas été trop abrupte après une séquence, la Grande Guerre Ninja, qui nous a finalement laissés de marbre [3]. On se convainc que la série pouvait même mériter encore mieux au moment de tirer sa révérence.

C’est désormais à Naruto d’être embêté par les enfants turbulents du village... Surtout le sien !
© Masashi Kishimoto/Kana

Plus de Naruto à l’horizon ? Libérés du ninja ? Eh bien, non : son fils, Boruto, sera le personnage principal d’une série qui sera lancée par l’éditeur Kana en mars 2017, après que des chapitres intermédiaires entre Naruto et celle-ci [4] soient publiés en janvier. L’aventure des ninjas de Konoha n’est donc pas véritablement terminée, même si ce n’est pas Masashi Kishimoto qui réalise actuellement les épisodes de la série Boruto.

Au final, quel héritage laisse la série Naruto derrière elle ? Quelques années après la fin de sa publication japonaise, difficile de souligner avec un sentiment péremptoire des acquis ou des absences. L’univers est toujours très rentable sur le plan marketing (jeux-vidéo, produits dérivés...), mais on peine pour l’instant à trouver une trace fondamentale de l’influence de la série dans d’autres récits. À l’image de ce que nous relevions les précédents mois, seule la série récente My Hero Academia semble faire vivre une fibre scénaristique si chère à la série Naruto, à savoir la confrontation d’un personnage principal solaire et d’un rival bien plus ténébreux dans son attitude.

Les lecteurs peuvent prioritairement attendre la prochaine œuvre de Masashi Kishimoto, car nous ne doutons pas que c’est de l’auteur lui-même dont proviendra la perpétuation la plus probante de ses idées et de son style. Il ne reste plus qu’à découvrir s’il parviendra à créer un nouveau phénomène d’édition tel que nous l’avons connu avec Naruto.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Naruto T.72. Par Masashi Kishimoto (scénario et dessins). Traduction de Sébastien Bigini. Kana. Sortie le 4 novembre 2016. 224 pages. 6,85 euros.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

[1Avec les pouvoirs de l’ermite Rikudô et leurs maîtrises respectives de leurs arts (le mode Ermite ou le Rinnegan), Naruto et Sasuke étaient quand même présentés comme des êtres quasi-divins ; notamment Naruto.

[2À moins d’une surprise, les très jeunes lecteurs risquent d’être choqués par une planche violente pour le corps de ces deux jeunes ninjas.

[3Non, nous ne remonterons pas jusqu’au premier combat entre Naruto et Sasuke pour écrire « c’était mieux avant » : même l’arc autour de Pain-Nagato pouvait être intéressant par la suite.

[4Le volume se nommera Naruto Gaiden.

  Un commentaire ?