Newsletter ActuaBD

Arte lance un festival BD

  • Un nouveau festival de bande dessinée prend naissance à Marne-la-Vallée. Pulp Festival, coorganisé ce week-end par Arte et la Ferme du Buisson, célèbre les relations fructueuses entre la BD et les autres arts.
Arte lance un festival BD
Le DVD de "Super Héros : l’éternel combat"

Il n’est plus besoin de démontrer la proximité d’Arte avec la bande dessinée. On ne compte plus les coéditions avec divers éditeurs comme Actes-Sud, La boite à bulles, Çà et Là, Dargaud, Futuropolis ou Glénat. Avec à la clef des albums remarqués, posant un regard sur le monde, comme Ainsi se tut Zarathoustra de Nicolas Wild ou Une métamorphose iranienne de Mana Neyestani. Le prochain Joe Sacco sur la bataille de la Somme de 1916, coédité avec Futuropolis, sera le temps fort du mois d’avril. L’aventure de Professeur Cyclope continue en ligne sur le site d’Arte et certains récits seront bientôt publiés en coédition avec Casterman. On peut également citer la présence de strips de Lewis Trondheim et Manu Larcenet sur les pages web de Personne ne bouge, le magazine culturel décalé de "la télé qui vous allume". Sur son antenne, Arte a diffusé en février dernier le documentaire en trois parties "Super-héros : l’éternel combat", sur l’Histoire des comics de super héros, et diffuse actuellement la série Silex and the city de Jul, tirée de ses albums éponymes. On pourrait également ajouter à cette liste récente l’édition du DVD du charmant dessin animé japonais Lettre à Momo.

La chaîne franco-allemande persiste et signe dans cette direction en organisant du 14 au 16 mars Pulp Festival à la Ferme du Buisson. La scène nationale, créée en 1990 à Noisiel (commune de Marne la Vallée) dans l’Est parisien, avait déjà accueilli en 2009 une "nuit curieuse BD" sous la houlette de Charles Berberian et Philippe Dupuy. Dans le très bel ensemble de bâtiments ouvriers du XIXe siècle, les spectateurs avaient pu assister à des performances, du spectacle vivant, des projections, des parcours musicaux entrelacés avec le dessin de Ruppert & Mulot, Blutch, Jean-Claude Denis, Hugues Micol et François Olislaeger, entre autres. Une nuit mémorable aux accents felliniens. Cette année, Arte entre dans la danse et l’événement prend de l’envergure, mais toujours sur le même principe de l’échange entre la bande dessinée et les autres arts. Pendant deux jours et une nuit, le Festival, qui se veut européen, confronte et unit le 9ème art à la musique, au cinéma, à la danse, au théâtre, à l’art contemporain et à la littérature.

Une partie de l’espace de la Ferme du Buisson
(c) La Ferme du Buisson

L’équipe de Professeur Cyclope est en première ligne de ce week-end artistique avec une installation intitulée L’œil du cyclope, qui reprend les différentes séries développées dans le magazine numérique. Dans un bric-à-brac d’objets du quotidien, les visiteurs pourront découvrir les univers de chaque dessinateur, dans des mises en scène loufoques. Plus loin, c’est Une Histoire de l’art de Philippe Dupuy qui se déploiera sur un mur de 28 mètres. Plus loin encore, Fabien Vehlmann, désormais à l’affut de péripéties croustillantes pour ses nouvelles érotiques, notera précieusement les aventures sexuelles que les visiteurs désireux de se confier viendront lui susurrer à l’oreille dans un cabinet improvisé.

La ferme des animaux, par Blexbolex

Dans un autre bâtiment, les visiteurs parcourront les pièces des deux étages pour lire sur les murs le récit de la Ferme des animaux de George Orwell, dessiné par Blexbolex. Autre lieu, autre installation, dans l’écurie de la ferme, six box seront investis pour s’interroger sur ce qu’est la bande dessinée, ou plutôt sur le besoin de définir le 9ème art, tant les frontières artistiques sont poreuses. L’ascension du haut mal de David B., Lucille de Ludovic Debeurme, L’île aux cent mille morts de Fabien Vehlmann et Jason, Lupus de Frederik Peeters et New School de Dash Shaw illustreront la variété de styles et de partis pris. En introduction à ces installations, sera présenté le savoureux Contre la bande dessinée, de Jochen Gerner, qui égraine les déclarations péremptoires ou méprisantes lues ou entendues par l’auteur dans les médias et la littérature.

La Fille, par Blain

Côté concert dessiné, Christophe Blain, Barbara Carlotti et un groupe de musiciens monteront sur scène pour interpréter la bande dessinée musicale La fille, sortie en mars 2013. Toujours au rayon spectacle vivant, François Olislaeger (dont le très réussi album Mathilde : danser après tout, sur le travail de la chorégraphe Mathilde Monnier est passé malheureusement assez inaperçu) illustrera en direct les témoignages d’amateurs sur leur expérience de la danse. Mathieu Amalric et Anne-Laure Tondu interpréteront quant à eux un texte d’Eric Reinhardt, enrichi par une projection de dessins de Blutch.

Un dessin de Blutch pour le texte Le moral des ménages

Pour compléter ce foisonnement d’animations, Pulp Festival proposera une bonne dizaine de films et deux conférences performances. La première, animée par François Bégaudeau, dressera un portrait iconoclaste de Boule et Bill. La seconde, animée par Jean-Marc Terrasse, est intitulée "Tintin au pays de l’ordre : la ligne claire face au chaos du monde". Et puis comment ne pas citer pour finir Exquise esquisse, un remake du Tac au tac des années 70, avec pour participants David B., Marion Montaigne, Catherine Meurisse, François Olislaeger, Cyril Pedrosa, Mathieu Sapin, Dash Shaw, Hervé Tanquerelle et Nicolas Wild.

Certes, pour sa première édition, Pulp Festival n’a pas grand chose d’européen et propose peu de créations. Mais l’abondance de la programmation promet un week-end sans temps mort, riche en découvertes pour le grand public et montre la capacité des auteurs de bande dessinée, et du medium en lui-même, à relever le défi du décloisonnement et de la confrontation tous azimuts. Espérons que l’événement trouve aussi une petite place dans la grille de programmation de la chaîne culturelle franco-allemande.

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Pulp Festival
La Ferme du Buisson, allée de la ferme, 77186 Noisiel
du 14 au 16 mars
Pass Festival (hors spectacle) 5 €
Pass Festival (+ 1 spectacle) 10 €

 
Participez à la discussion
1 Message :
Newsletter ActuaBD