Assassin’s Creed – T1 : Desmond – Par Corbeyran & Defali – Deux Royaumes

10 décembre 2009 0 commentaire
  • [Nous vous avions déjà parlé du projet d'Ubisoft de pénétrer le monde du Neuvième Art->8875]. C'est aujourd'hui chose faite avec l'arrivée dans les bacs de la bande dessinée {Assassin’s Creed}, tirée du jeu vidéo à succès portant le même nom.

Dragué par une inconnue dans le bar où il travaille, Desmond Miles est kidnappé par les Templiers et devient l’objet d’expériences scientifiques étranges. Des chercheurs parviennent à pénétrer sa mémoire génétique à l’aide d’une machine appelée l’Animus et à plonger dans le passé de ses ancêtres. Aquilus, Altaïr, Ezio, tous ont fait parti, à leurs époques, de la dangereuse secte des Assassins.

Assassin's Creed – T1 : Desmond – Par Corbeyran & Defali – Deux Royaumes
Pour leur première série, avec Éric Corbeyran au scénario et Djillali Defali au pinceau, Ubisoft n’a pas lésiné sur les moyens en s’offrant les services d’auteurs contemporains largement reconnus. Un investissement qui devrait rapporter ses fruits, car, passé le côté “adaptation de licence“, la sauce de ce premier tome prend finalement plutôt bien. Que l’on connaisse ou non le jeu vidéo, l’intrigue est suffisamment bien construite pour plonger sans trop de réticences dans l’univers survolté d’Assassin’s Creed.

De son côté, Defali a su imposer sa patte, facilement reconnaissable (Garous, Asphodèle, Uchronies), à l’univers de la série. Ce qui n’allait pas de soi, face à l’énorme travail graphique construit pour le jeu vidéo. Aidé par son trait de crayon ultra-réaliste, il jongle entre les époques avec une facilité déconcertante.


Au final, Desmond nous a surpris en bien et devrait connaître un public plus large que les seuls amateurs du jeu vidéo. Une preuve, en tout cas, que tout travail d’adaptation n’est pas forcément bâclé et raté.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?