« Astérix », « V For Vendetta », « Les Brigades du Tigre » : En avril, la BD s’invite au cinéma

23 mars 2006 2 commentaires
  • Le 12 avril, le dessin animé {Astérix & les Vikings} sort sur le grand écran. Un succès attendu, tiré d'{Astérix & les Normands} (Hachette), qui devrait surtout faire plaisir aux enfants. La semaine suivante, c'est le ténébreux {V For Vendetta} tiré de la BD éponyme d'Alan Moore et David Lloyd (Delcourt) qui sort en salle. Tandis que le film {Les Brigades du Tigre} scénarisé par Xavier Dorison et Fabien Nury fait l'objet d'une {prequel} chez Glénat.
« Astérix », « V For Vendetta », « Les Brigades du Tigre » : En avril, la BD s'invite au cinéma
Astérix et les Vikings

Bon an, mal an, c’est entre 10 et 12 films tirés de l’univers de la BD qui s’affichent au cinéma. Parmi ceux-ci, quelques gros succès (Astérix, Spider-Man...), quelques réussites commerciales étonnantes malgré une adaptation bancale (Les Dalton, Iznogoud...), des vraies réussites artistiques (Spider-Man, X-Men 2, Immortel, L’Affaire corse...) et des flops retentissants (Hulk, Le Démon de Midi...). Il y en a pour tous les goûts et surtout, il n’y a pas de recette pour une adaptation réussie.

Le retour de Grossbaf

Ce mois d’avril nous intéresse à trois titres. D’abord avec la sortie du huitième dessin animé d’Astérix. Tiré d’un des meilleurs scénarios de Goscinny, Astérix et les Normands, ce film au budget de 22 millions d’euros devrait remplir son contrat. Co-produit par M6 Films et les studios de dessins animés A-Film (filale d’Egmont, l’éditeur d’Astérix en Scandinavie et en Allemagne), il est réalisé par Stefan Fjeldmark ("Gloups ! Je suis un poisson") et Jesper Moller sur un scénario de Jean-Luc Goossens et Stefan Fjeldmark. Il y aura de notables différences avec le scénario original, avec un nouveau personnage, Abba, évidemment inspiré du groupe musical scandinave le plus populaire au monde. Les voix françaises sont de Roger Carel (Astérix), Laurent Deutch (Goudurix) et Pierre Palmade (Cryptograf). L’affiche est assez laide, mais de ce que nous avons pu voir, l’animation est réussie.

« Astérix et les Vikings »
© Goscinny et Uderzo, A Films et M6 Films.

Un pamphlet politique

V For Vendetta

La semaine suivante, le 19 avril, sort le film «  V For Vendetta  » tiré du chef-d’oeuvre d’Alan Moore et David Lloyd publié aux éditions Delcourt. On sait toute la détestation qu’Alan Moore a pour les adaptations hollywoodiennes de ses œuvres (From Hell et La Ligue des Gentlemen extraordinaires ont déjà subi ce traitement, qui fait cela dit exploser les ventes des albums, comme c’est le cas de V en ce moment aux USA). Ce sont ici les frères Wachowski (Matrix) qui sont les auteurs du script, Joe Silver qui en est le producteur, avec un John Hurt très convaincant en dictateur surpuissant, et c’est l’un des premiers assistants des Wachowski sur la trilogie qui en est le réalisateur, James McTeigue. Pamphlet anti-tatchérien et anarchiste à son origine, V For Vendetta est une œuvre majeure d’Alan Moore, un appel à la rébellion contre les dérives totalitaires qui se profilent jusque dans nos démocraties, dans la droite ligne du roman d’anticipation 1984. La droite dure de Margaret Tatcher, ou du moins ce qu’il en serait advenu si elle avait conservé le pouvoir, y est dénoncée sans faiblesse et cette histoire a des échos jusqu’à aujourd’hui, alors que la « Nouvelle Droite » américaine est au pouvoir aux États-unis avec le républicain Georges W. Bush aux manettes. C’est probablement ce message qui a séduit Hollywood, traditionnellement d’obédience démocrate.
Avec un budget de 54 millions de US$, ce film a déjà engrangé plus de 38 millions d’US$ de recettes après 5 jours d’exploitation, malgré une critique mitigée.

Natalie Portman et Hugo Weaving dans « V For Vendetta » de James McTeigue
© Warner Bros

Ni Dieu, ni maître !

Les Brigades du Tigre
(Glénat)

La même semaine qu’Astérix, le 12 avril, on peut aller voir le très joli film de Jérôme Cornuau, Les Brigades du Tigre. Cette sympathique reconstitution des milieux anarchistes de 1912, avec comme personnages principaux Bonnot et sa bande et la brigade constituée par Clémenceau pour les combattre, avait déjà fait l’objet d’une série télé à succès. Ce film de 17 millions d’euros ne lui fait pas honte, bien au contraire.
Le rapport avec la BD me direz-vous ? Eh bien, ce sont les excellents scénaristes Fabien Nury (Je Suis Légion, W.E.S.T.) et Xavier Dorison (Prophet, Sanctuaire, Trosisième Testament) qui en ont écrit le script. Les dialogues sont enlevés et percutants, magnifiquement interprétés par Clovis Cornillac (Les Chevaliers du Ciel, bientôt dans le rôle d’Astérix), Diane Kruger (Michel Vaillant) et Edouard Baer (Astérix : Mission Cléopâtre).

Clovis Cornillac et Stefano Accorsi dans « Les Brigades du Tigres » de Jérôme Cornuau
© Les Films Manuel Munz

Nos deux scénaristes ont eu l’idée de faire non pas une adaptation du film en BD, mais une prequel, une introduction qui lui est indépendante : « Les Brigades du Tigre : « Ni Dieu, ni maître » (Glénat). C’est Jean-Yves Delitte (Le Neptune, Les Coulisses du Pouvoir...) qui en a réalisé le dessin. On y retrouve les qualités scénaristiques du film. Joli coup !

"Les Brigades du Tigre - Ni Dieu, ni maître". La prequel de Jean-Yves Delitte, Xavier Dorison et Fabien Nury.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :