Au fil de l’eau par Juan Diaz Canales - Editions Rue de Sèvres

19 août 2016 0
  • On n'attendait pas forcément le scénariste de "Blacksad" et du dernier "Corto Maltese" comme auteur complet d'un récit aussi original dans la forme que sur le fond. Une tentative convaincante et réussie.

Madrid, les années 2000. Comme dans le reste de l’Europe, la crise économique frappe les plus fragiles, les plus démunis... Parmi eux, les personnages âgées ou « seniors » comme les appellent les publicitaires. La vie quotidienne de ce petit groupe d’octogénaires est rythmée par l’ennui, les parties de cartes dans le café du coin, les conflits et les malentendus avec les plus jeunes aux prises avec leurs propres problèmes. Pour survivre, par jeu ou par provocation de l’ordre établi, un petit groupe de vieillards a choisi « d’améliorer l’ordinaire » grâce à un trafic de revente d’objets volés. Une activité illicite qui n’est pas sans risque...

Au fil de l'eau par Juan Diaz Canales - Editions Rue de Sèvres
© Illustrations Juan Diaz Canales – Editions Rue de Sèvres 2016

La disparition progressive des membres du groupe est-elle liée à cette « économie clandestine » ? Faut-il chercher une explication dans le profil psychologique de ces "héros" ou bien dans les fractures familiales et sociales qui servent de toile de fond à ce polar original ? Après Longidunos et Godofredo, ce sera au tour du personnage central Niceto de quitter ce bas monde. Une disparition qui trouble encore un peu plus cette chronique amère d’une Espagne minée par la crise économique et par un grand malaise social. Qui cherche donc à s’en prendre ce groupe de vieillards et surtout pourquoi ? Le dénouement de ce récit atypique ne sera pas sans surprise !

Décliné en cinq chapitres avec un recours efficace et maîtrisé du noir et blanc, ce polar atypique interpelle par son ambiance sombre enveloppée d’une noirceur omniprésente. Le récit prend l’allure d’une exploration sensible de l’Espagne actuelle qui n’en a pas pour autant fini avec ses vieux démons ; de la mémoire du Franquisme à la paupérisation de ces vieux militants anarchistes, retraités laissés pour compte.

Enrichie avec des personnages secondaires bien typés, la narration aborde avec délicatesse et subtilité d’autres thèmes comme la place du troisième âge dans notre société ou la prise en compte du temps qui passe.

"Corto Maltese" avec Rùben Pellejero.

Au fil de l’eau rend compte aussi de questions plus intimes comme les conflits entre générations ou de la nécessité et du sens de la rébellion. Les relations entre Niceto et Roman, son fils médecin-légiste en préretraite, traduisent toute l’incompréhension possible entre les deux hommes, tandis que l’on perçoit une belle complicité entre le vieil homme et son petit-fils Alvaro, bientôt père et engagé dans l’humanitaire, un rebelle à sa façon ! Derrière ces portraits, on devine la volonté d’inscrire ces conflits intérieurs et intimes en arrière plan d’une intrigue subtile et humaniste.

Beaucoup en France ont découvert Juan Dias Canales avec la série Blacksad dessinée par Juanjo Guarnido puis, plus récemment, comme scénariste des nouvelles aventures de Corto Maltese , Sous le soleil de Minuit(Casterman) en compagnie de Rubén Pellejero. On le retrouve ici comme auteur unique d’une histoire au scénario solide et convaincant mais aussi au graphisme convaincant ! On avait oublié que l’auteur avait derrière lui une solide formation graphique confortée par une longue expérience dans l’animation.

"Blacksad" avec Juanjo Guarnido - Dargaud

Ce polar social et grinçant tient bien la route sur le plan graphique tant par la restitution des ambiances que par l’expressivité d’un trait souple et vif qui rend sensible et attachant cette chronique sociale et intimiste. On ne compte plus les dessinateurs devenus auteurs complets en passant au scénario ; la démarche inverse est plus rare ; c’est une raison supplémentaire pour se précipiter sur cette nouveauté singulière à paraître début septembre.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

© Illustrations Juan Diaz Canales – Editions Rue de Sèvres 2016

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?