Autobio 2 - Par Cyril Pedrosa - Fluide Glacial

17 septembre 2009 9 commentaires
  • Cyril Pedrosa, ancien militant des Verts, s'est donné comme mission avec Autobio de disséquer avec humour le comportement souvent contradictoire d'un écolo urbain face à son quotidien. Le tome 2 continue l'exploration, avec la même jubilation.

On ne pourra pas dire que le lecteur est trompé par le titre : toutes les anecdotes tournées en dérision dans cet album ont bien été vécues par l’auteur. Certes, parfois "légèrement" exagérées, mais toujours authentiques. Cyril Pedrosa fait partie de ces écologistes militants qui tentent d’appliquer dans leur vie quotidienne les préceptes peut-être un peu trop théoriques prônés par la mouvance "verte". Et l’homme étant ce qu’il est, il n’est pas toujours simple de concilier développement durable, protection de la nature et long trajet en voiture ou envie de saucisse cocktail. Mais Pedrosa a le bon goût de s’en amuser et l’élégance de se prendre lui même comme modèle pour décrire cet écolo bourré de contradictions.

Autobio 2 - Par Cyril Pedrosa - Fluide Glacial
(c) Pedrosa-Audie Fluide Galcial

Le premier tome ayant été vendu à 7.000 exemplaires, score fort honorable pour un sujet tout de même beaucoup plus pointu que celui du Retour à la terre de Manu Larcenet, rien n’empêchait la réalisation d’un deuxième, si ce n’est le manque d’inspiration de l’auteur. Fort heureusement pour le lecteur, l’écolo urbain possède en lui un réel potentiel comique, source de gags pour plusieurs tomes. Et l’on retrouve avec délice dans ce tome 2 Cyril, sa femme et ses deux enfants, acteurs principaux de la grande aventure de l’écologie, celle que l’on rencontre au bout de la rue. Celle des sacs péruviens tout pourris, des consoles de jeu interdites à la maison, des maudites côtes de blette, des coop bio assassines pour le porte-monnaie, des discussions avec des chasseurs. Une aventure où les grandes aspirations se confrontent à la dure réalité, et où c’est souvent cette dernière qui gagne... L’homme est faible, et le militant écolo est aussi un homme.

Loin d’être un tract électoral pour les Verts, Autobio est surtout l’histoire de Cyril qui lutte contre ses instincts pour être en accord avec ses convictions. Évidemment, et ça n’étonnera pas les lecteurs de Fluide Glacial, l’idée est surtout de se payer, sur le dos du héros, une bonne tranche de rigolade (sans OGM bien sûr). Le résultat est tendre, vachard et très drôle. Dans le genre biopic, on connaissait La Guerre d’Alan d’Emmanuel Guibert, il faudra donc compter dorénavant avec Cyril, le (pas toujours très) fier soldat de l’écologie.

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Autobio 2 - Par Cyril Pedrosa - Fluide Glacial
    24 septembre 2009 23:06, par Dam

    Thierry lance le nom de Larcenet pour faire mousser son article.

    Bonne pioche, Manu n’a pas résisté à faire valoir son droit de réponse :

    http://www.manularcenet.com/blog/articles/1858/les-tournesols-ou-les-pommes

    Répondre à ce message

    • Répondu le 25 septembre 2009 à  03:32 :

      Il se prendrait pas un peu pour Nick Rodwell le Larcenet ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par Thierry Lemaire le 25 septembre 2009 à  12:48 :

      Effectivement, si j’avais mis Larcenet et Tintin dans la même phrase, je serais en train de me faire mousser dans une cellule de Fleury-Mérogis. Dur métier que celui de journaliste.

      Répondre à ce message

  • Autobio 2 - Par Cyril Pedrosa - Fluide Glacial
    25 septembre 2009 11:14, par Oncle Francois : Lecteur aimable de bonnes BD !

    Incroyable !! Je croyais que Larcenet etait sympa, mais je vois que le monsieur a les nerfs à fleur de peau ! A croire que la vie à la campagne lui monte à la tête ! Plutot que de regler ses ulcères bilieux sur le net, il ferait mieux d’aller couper du bois, je peux vous dire qu’il s’agit d’une activité physique qui permet de se dépenser, tout en gardant la forme et en s’assurant de bonnes flambées au cours de l’hiver. S’il pète les plombs dés qu’on cite son nom dans le cadre d’un commentaire sur un album sur le bio, où va t’on ???

    Répondre à ce message

  • Moi je trouve que son argumentaire se tient.
    Force est de constater que votre article manque de fond et surtout d’arguments, quand vous en venez à comparer les deux séries que sont "AutoBio" et "le retour à la terre". Il semble plus facile de s’amuser à comparer Larcenet à Rodwell (comparaison d’ailleurs étrange) que d’étayer vos assertions avec une réelle argumentation.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thierry Lemaire le 28 septembre 2009 à  16:44 :

      Bonjour Monsieur Anonyme,

      faire une analogie entre "les contradictions quotidiennes d’un urbain bobo vivant son militantisme écologique" et "le choc culturel d’un urbain qui décide de s’installer à la campagne" ne me paraît ni être un contresens magistral ni mériter de développer une argumentation. Quant à la comparaison Larcenet - Rodwell, ce n’est pas moi qui l’ai faite.

      Le plus drôle dans toute cette histoire est que la comparaison que je fais entre les deux sujets n’a rien d’une charge contre Manu Larcenet comme il semble le penser. Etre moins pointu (ou plus universel, ou partagé par plus de monde - on peut discuter de ce point précis) n’est pas une insulte. C’est ballot sa réaction parce que j’aime beaucoup son travail.

      Le moins drôle dans toute cette histoire est que je me fais exécuter en bonne et due forme sur un blog qui n’accepte pas les commentaires et donc la contradiction. Un petit commentaire sur ActuaBD ? Non. Un petit mail à mon adresse perso ? Non. L’artiste donneur de leçon n’est pas à une contradiction près.

      Tout cela n’est pas bien grave. Larcenet m’a tuer, la vie continue.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois : je m’amuse arf arf arf le 28 septembre 2009 à  22:09 :

        Attention Monsieur Lemaire (de Champignac sans doute ?), Larcenet prépare le second tome de Critixman, où vous serez donné en pature aux admirateurs de la ligne indé marrante.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 29 septembre 2009 à  08:44 :

        Vous vous étalez en public, vous aussi, et montrez par là que vous n’aimez pas la critique. N’y aurait-il pas de votre part aussi, une certaine contradiction ? L’hôpital, la charité, tout ça...

        Répondre à ce message

    • Répondu le 28 septembre 2009 à  16:45 :

      Mettre dans le même "genre", "Autobio" et "La guerre d’Alan" c’est pas mal non plus...

      Répondre à ce message