Aux sources de Conan, une nouvelle collection chez Glénat

28 mai 2018 0 commentaire
  • Conan a de nouveau la cote. Aux États-Unis, Marvel publie à partir de l'année prochaine de nouvelles aventures du Barbare. Cette année, un projet beaucoup plus proche des textes d'Howard voit le jour en France avec une nouvelle collection chez Glénat : Conan le Cimmérien. Objectif ? Une nouvelle = un album = une équipe d'auteurs.

Robert E. Howard est un des pères-fondateurs de la littérature « Sword and Sorcery », ce sous-genre de la Fantasy qui n’a rien d’une sous-littérature. Son personnage le plus célèbre, Conan, a connu maintes adaptations en bande dessinée ou à l’écran qui ont peut-être popularisé le personnage mais l’ont aussi extrêmement malaxé voir bafoué. Au point que Conan est devenu "le barbare" et toute l’âme du personnage et des récits du texan s’est envolée vers des contrées qu’on espère retrouvées avec cette nouvelle collection Glénat. Car comme le dit très bien le français Patrice Louinet (un de ceux qui ont réhabilité l’auteur) : « Conan, c’est avant tout cela : non celui qui conquiert et tue, mais celui qui survit à tous les périls ». Coucou John Milius.

Parmi les vingtaines de nouvelles mettant en scène Conan, Glénat a logiquement jeté son dévolu sur La Reine de la côte noire pour débuter cette collection qu’on espère belle et prospère. Écrite durant l’été 1932, cette nouvelle fait partie des récits les plus connus du personnage et Bêlit, la fameuse reine, n’est pas étrangère à ce succès.

Par d’improbables circonstances (circonstances "Howardiennes" diront certains), Conan va accompagner Bêlit jusqu’aux confins de la terre et de la mer. Cette relation ne cessera d’évoluer, tout comme les différentes péripéties sur leur chemin. Dans le monde des pulps de 1932, il est courant de voir des femmes en couverture des numéros. Souvent dévêtues, elles sont cependant loin d’être aussi fortes et indépendantes que Bêlit. Car elle n’est pas « l’amoureuse de Conan » comme on peut le lire ici ou là. Elle est bien plus que cela, Bêlit est une reine au caractère bien trempé qui vit jusqu’au bout ses passions. Sa rencontre avec Conan tombe sous le sens. Tout est rapide dans la vie de Conan, il ne cesse d’être amené d’une aventure à une autre et au final, n’a qu’un but : survivre. Leur amour rapide est signe de l’union de leurs deux caractères qui ont en commun ce mot d’ordre : vivre, vivre, vivre.

Aux sources de Conan, une nouvelle collection chez Glénat
Conan par Pierre Alary et Sedyas © Glénat

En effet, derrière des récits rondement menés, Robert E. Howard philosophe aussi sur tout un tas de sujets. Qu’est-ce qu’être vivant ? La figure de Conan surgit pour apporter une des réponses à cette question, à savoir apprécier le moment tout en n’omettant pas la rudesse et la violence de la vie. Pour cela, Jean-David Morvan propose de nombreuses phases narratives, où les dialogues s’effacent face à une réflexion qui fait resurgir la prose et les thèmes centraux de l’œuvre du Texan. On croit voir renaître l’auteur par moments, signe que l’adaptation ne fait pas table rase des récits originaux.

Lorsqu’on pense à Howard, deux autres noms sont souvent mis sur la table : Lovecraft et Smith. Auteurs pour le Weird Tales, les trois mousquetaires ont fait l’Histoire du magazine et son succès. Si leur correspondance est encore à découvrir (jetez-vous sur les quelques bribes de traduction de la correspondance Howard Lovecraft chez Actusf, tout un pan de l’Histoire de la littérature de l’imaginaire s’offrira à vous), force est de constater qu’un thème central les rapproche : la décadence de la civilisation. La Reine de la côte noire nous en fait bien entendu part et pour cela, le travail artistique accompagne le récit d’une merveilleuse façon.

Conan par Pierre Alary et Sedyas © Glénat

Si le doute était permis quant au choix du style de Pierre Alary pour illustrer ce premier tome fort réjouissant (un trait cartoonesque/manga pour Conan !? Sacrilège, il ne manquerait plus que Arnold Schwarzenegger dans le rôle titre du film !!), il s’est vite dilué face à des planches impressionnantes de maîtrise et diversité. Les pages de combat, d’exploration, d’amour ne se ressemblent pas et proposent un cachet différent, bien appuyées par les couleurs expressives de Sedyas.

L’amour des auteurs pour Robert E. Howard se ressent et c’est avec plaisir que nous tournons la dernière page, heureux de voir le personnage retrouver l’essence qui l’a fait naître. Pour parachever cette édition, quelques lignes de Patrice Louinet remettent en situation l’auteur et la nouvelle et une galerie d’illustrations conclut une édition soignée. Par Crom, foncez !

En attendant De l’autre côté de la rivière en fin d’année, Glénat publie en parallèle de La Reine de la côte noire, Le Colosse noir par Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat. Vous pouvez retrouver la chronique sur Actuabd.

Conan par Pierre Alary et Sedyas © Glénat

(par Clément DUVAL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Conan le Cimmérien - La Reine de la côte noire - Par Jean-David Morvan et Pierre Alary - Glénat

Commander Conan le Cimmérien - La reine de la côte noire chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?