Avec Marvel NOW !, Panini revient en force en kiosque

12 juillet 2013 9 commentaires
  • Le lancement de Marvel NOW ! chez Panini Comics en France en ce mois de juillet donne l'avantage au représentant de la Maison des idées dans les kiosques de l'hexagone, alors que le film "Wolverine, le Combat de l'immortel" sort en France.
Avec Marvel NOW !, Panini revient en force en kiosque
Uncanny Avengers #1 - Marvel NOW !

Marvel et DC Comics sont les deux faces de l’univers super-héroïque américain, deux labels rivaux qui se sont développés dans le combat singulier que se livrent ces deux maisons new-yorkaises à la tête du box-office depuis les années 1940.

DC Comics a souvent été l’initiateur : avec la création de Superman en 1938, puis de Batman en 1939, The Flash en 1940, il a inauguré la geste super-héroïque. La société qui allait s’appeler Marvel avait alors répliqué avec Namor the Submariner (1939), The Human Torch (1940) ou Captain America (1940)...

En 1960, DC Comics une fois encore innove. Par allusion à la Ligue de baseball américaine, l’éditeur Julius Schwartz a l’idée de réunir une "ligue de super-héros", formant un groupe chorale intitulé "Justice League of America" comprenant les sept plus importants super-héros de la maison, parmi lesquels Superman, Batman, Aquaman, Flash, Green Lantern, Martian Manhunter et Wonder Woman, pour lutter collectivement contre le Mal.

Iron-Man #1 - Marvel NOW !

Ceci déclencha chez Marvel, la mode des groupes de super-héros comme les Fantastic Four (1961), les X-Men (1963), The Avengers (1963), ces derniers regroupant, comme dans la JLA, les principaux héros du label parmi lesquels Iron-Man, Thor ou Hulk...

Dans l’histoire récente, en août 2011, DC Comics décidait d’arrêter tous ses comics en cours pour les relancer au numéro 1 (certains paraissaient de façon ininterrompue depuis les années 1930 !), c’est l’opération New 52 dans laquelle toutes les histoires redémarraient au début, comme si rien ne s’était passé auparavant. L’occasion pour revisiter le look des personnages avec des graphismes plus modernes, y intégrer de nouveaux venus (comme les personnages du label Wildstorm rachetés par DC Comics) et réorienter des personnages existants, comme Batgirl, vers des champs scénaristiques plus fertiles que l’ancienne continuité.

Le rival Marvel ne pouvait pas rester de marbre face à ce sang neuf irrigué dans le catalogue de son principal concurrent. "Marvel NOW ! n’est pas la réécriture de cinquante et quelques années d’histoire Marvel" martèle Marco M. lupoï, le directeur éditorial de Panini Comics dans un communiqué lancé à l’occasion du Comic Con France, [...] tout ce qui est sorti de l’imagination de Stan Lee et de ses successeurs, du premier numéro de Fantastic Four paru en 1961 jusqu’à aujourd’hui, est advenu et ne peut être effacé."

Spider-Man #1 - Marvel NOW !

Spider-Man #1 - Marvel NOW !

Certes, mais qu’est-ce alors ce Marvel NOW ! sinon un reboot ? "Marvel NOW ! est une relance générale, dit Lupoï sans trop convaincre, un point de départ qui s’adresse aux inconditionnels les plus fidèles autant qu’aux lecteurs qui se sont laissés séduire récemment par les péripéties de Spider-Man, des Avengers et tant d’autres. À cette occasion, pour la première fois dans l’histoire Marvel, quasiment toutes les parutions recommencent au numéro 1, avec de nouvelles aventures, de nouveaux artistes, une approche plus directe dans la narration et, pour la plupart, des concepts qui revisitent l’univers des héros et les entraînent sur des chemins inexplorés. Les QF, Cap, Iron Man, Thor, Wolverine vont découvrir des mondes et des temps insolites, les X-Men ne seront plus du tout les mêmes (ou pas…) et les Avengers seront confrontés à des difficultés toujours plus insurmontables. Spider-Man connaîtra sans doute le bouleversement le plus profond en devenant "supérieur".

Wolverine # 1 - Marvel NOW !

Une autre façon de dire que Marvel remet ses héros au goût du jour pour coller davantage au marché et intégrer les développements de l’univers sur le grand écran. Comme ses concurrents d’en face...

Au passage, Brian M. Brendis prend les manettes du titre-amiral, les X-Men, avec l’aide des dessinateurs chevronnés Stuart Immonen et Chris Bachalo, tandis que Rick Remender prend en charge Uncanny Avengers avec le dessin toujours impeccable de John Cassaday ; il devient aussi le scénariste de Captain America ; Matt Fraction reprend les Fantastic Four et Jonathan Hisckman les Avengers avec Jerome Opeña et Steve Epting au dessin...

Si vous aviez lâché l’univers Marvel ces derniers temps, ce moment éditorial vous permettra peut-être de vous raccrocher aux branches en découvrant les nouveaux talents du comics de 2013 dans une mise en avant spectaculaire opérée depuis fin juin dans les kiosques en France.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

(c) Marvel Comics - Panini Comics France

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • « Marvel et DC Comics sont les deux faces de l’univers super-héroïque américain, deux labels rivaux qui se sont développés dans le combat singulier que se livrent ces deux maisons new-yorkaises à la tête du box-office depuis les années 1940. »

    raccourci non confirmé par les faits.
    c’est l’association Kirby/Lee qui fait de Marvel (anciennement Timely) à partir de la fin des années 50 seulement le rival de DC.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 13 juillet 2013 à  20:08 :

      Ce n’est pas entièrement vrai, déjà avant le "pre-code" Timely-Atlas et DC se livraient à une concurrence redoutable. Timely-Atlas (futur Marvel) n’était qu’un des nombreux concurrents de DC à cette époque toutefois. EC et d’autres se disputaient les talents et le marché. Le tournant vint bien entendu avec la croisade du "bon" Dr Wertham. Marvel fut prompt à réagir pour dicter les règles du jeu sous le label du CCA (et ce chapitre est trop long pour que je m’y attarde ici). Les autres acteurs qui de toute manière produisaient depuis qq temps des sous-produits (EC compris) furent bien vite éliminés. Donc, vrai que Marvel n’était pas "LE" concurrent redoutable de DC jusqu’avant la première moitié des 50’s- mais les choses évoluèrent à une rapidité super-sonique à partir de cette date. Et là vous avez raison, Stan Lee et surtout Kirby et son formidable pouvoir d’adaptation firent toute la différence. Bien à vous.

      Répondre à ce message

  • Avec Marvel NOW !, Panini revient en force en kiosque
    12 juillet 2013 14:00, par florian

    C’est quand même un comble que la seule planche choisie pour illustrer cet article ne fasse pas partie d’une série de Marvel Now !

    Avenging Spider-Man ne fait pas en effet par partie du reboot.

    Un planche de Superior Spider-man aurait été plus appropriée.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 12 juillet 2013 à  20:08 :

      Désolé mais cette planche figure dans le numéro de l’édition française de Spider-Man NOW ! Bon on vous en a rajouté deux plus conformes à vos attentes.

      Répondre à ce message

  • Comment on dit "indigestion" en anglais ?

    Répondre à ce message

  • Avec Marvel NOW !, Panini revient en force en kiosque
    13 juillet 2013 11:10, par High Jacques

    Espèrons que cela sera mieux que Heroes Reborn.....

    Répondre à ce message

  • Avec Marvel NOW !, Panini revient en force en kiosque
    3 septembre 2013 09:01, par TuHadji

    Alors c’était quoi les séries "Ultimate" ??? j’avais l’impression que c’était DEJA un reboot...alors marvel now serait un reboot de reboot ??? ou juste un moyen de faire encore plus d’argent sur notre dos en nous proposant des numéros toujours plus fins...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Franck B. le 3 septembre 2013 à  11:57 :

      L’univers Ultimate est un univers parallèle.
      Oui, un vrai Reboot qui n’a pas osé s’assumer jusqu’au bout.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Dartay le 3 septembre 2013 à  21:17 :

        Tout à fait ! A la base, il s’agissait d’un univers Marvel concentré sur trois ou quatre titres. Facilement accessible aux nouveaux et jeunes lecteurs, car hors-continuité normale de la Marvel, qui s’était compliqué au fil des décennies, d’ailleurs les titres normaux ont continué comme si de rien n’était. Les personnages étaient mis au goût du jour, le Peter Parker Ultimate avait des airs de Leonardo DiCaprio (dans le comics VO, il sortait même un Fuck bien senti (sacré Bendis !!)à l’envahissante tante May), quant à Nick Fury, il est devenu afro-américain pour l’occasion (c’est vrai qu’il y avait très peu de blacks dans les BD écrites par Stan Lee vers 1963, alors qu’ils devaient bien représenter au moins 10% de la population américaine). L’action commence vers l’an 2000, alors qu’elle démarrait vers 1963 dans l’univers Marvel "réel". Les films Spider-Man et X-Men (les deux premières trilogies) ont largement emprunté au ton général de ces séries, quant à Nick Fury, il est carrément interprété par Samuel Jackson, qui avait servi de modèle pour le personnage réincarné par Bryan Hitch dans ses excellents Ultimate Avengers.

        Répondre à ce message