Avengers forever T. 2 - Par K. Busiek & C. Pacheco - Panini Comics

3 février 2011 6 commentaires
  • Sept vengeurs du passé, du présent et du futur tentent de sauver leur ami Rick Jones des griffes d’Immortus dans un récit aussi creux qu’incompréhensible.

Kurt Busiek le scénariste du grand succès critique et commercial Marvels se plonge dans une histoire dont la loufoquerie pourrait être applaudie si elle n’était pas fortuite.

Captain America, la Guêpe, Œil de Faucon, Pourpoint Jaune, Giant Man, Songbird et Captain Marvel, piochés à différents moments du continuum espace-temps, sont réunis pour tenter de protéger cette tête à claques de Rick Jones d’une mort certaine, on ne sait pas trop comment, par Immortus, on ne sait pas trop pourquoi.

Pour cela, ils vont devoir s’allier à leur pire ennemi Kang le conquérant, dont les auteurs nous retracent une biographie interminable.

Sans la moindre explication intelligible, les héros sont envoyés dans des dimensions loufoques qui changent toutes les trente secondes. Là-bas, ils s’y battent et discutent. Des murs de dialogues qui défient toutes les lois de la cohérence nous sont alors servis pour finir de nous perdre.

Les personnages, objets magiques et révélations incompréhensibles s’enchaînent des fois sans raison et d’autres pour aider le scénariste devant un nœud narratif délicat comme :

« - Les méchants sont protégés par une bulle impénétrable !

- Vite allons chercher l’Intelligence Suprême pour qu’elle nous fabrique des pistolets magiques ! »

Avengers forever T. 2 - Par K. Busiek & C. Pacheco - Panini Comics

On ne sait pas où l’on est, ni pourquoi, mais on s’en fout, on a qu’à castagner tout ce qu’on croise sans raison. La fin est donc une suite inlassable de batailles générales sur 27 pages soporifiques avec des personnages aussi creux que le journal de 13 heures de Jean-Pierre Pernaut.

Autant dire qu’on se moque pas mal de l’issue, du moment qu’elle arrive.

(par Mathieu Drouot)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • les histoires de Marvel ou DC sont à de rare exceptions prêt toujours tirés par les cheveux, redondantes, voir inintéressantes , bien séance oblige. Mais il faut quand même avouer que sur cet album, si le scénario est totalement alambiqué et incompréhensible, il n’en reste pas moins le dessin de Carlos Pacheco, qui est d’une beauté abasourdissante ! Chaque page nous en colle plein la vue...

    Répondre à ce message

  • Avengers forever T. 2 - Par K. Busiek & C. Pacheco - Panini Comics
    4 février 2011 14:56, par Jean-Paul Jennequin

    Visiblement, vous n’avez pas tout compris à ce récit, dont les enjeux ne sont pas uniquement de casser du super-méchant mais aussi de remettre un peu d’ordre dans la continuité de la série "Avengers", à l’époque sérieusement mise à mal. J’ai lu ça il y a quelques années déjà, lors de la sortie initiale américaine, et je garde le souvenir d’un récit passionnant, extrêmement jubilatoire pour le lecteur un peu au fait de l’histoire de l’univers Marvel, et très humain, puisque les personnages avaient été pris à divers points de leur histoire, pas nécessairement celui où ils étaient au mieux de leur forme. Par exemple, le Captain America présent dans cette aventure est celui qui vient de découvrir que le chef du Secret Empire n’était autre qu’un - très - haut dignitaire du gouvernement américain, ce qui va l’amener à abandonner un temps l’identité de Captain America pour prendre celle de Nomad. La version de Pourpoint Jaune est la toute première, celui qui avait oublié qu’il était Henry Pym et n’a pas envie de le redevenir. Et ainsi de suite.
    Bref, je ne pense pas que cette histoire mérite les épithètes peu flatteurs que vous utilisez. Elle n’est peut-être pas faite pour vous, mais cela n’en reste pas moins un bon récit, fort bien dessiné par Carlos Pacheco, et qui tient en haleine jusqu’au bout.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Mathieu Drouot le 4 février 2011 à  21:11 :

      C’est justement l’exploitation de ces personnages potentiellement intéressants que je regrette. Elle semble en effet avoir été mise au pilori au profit des scènes d’action redondantes qui ne sont accompagnées, à mon gout, d’aucune trame dramatique solide.
      Il me semble par ailleurs un peu dommage qu’une série ne soit accessible qu’à des fins connaisseurs de l’univers Marvel.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 6 février 2011 à  13:40 :

      Désolé Jean-paul (je me permet , parce que je vous connais...) mais c’est justement dans ces petits détails totalement inintéressant que l’on voit que l’univers de marvel tourne en rond. je connais bien ce dont vous parlez à propos de yellow jacket... mais franchement on s’en fout : marvel nous recrée son univers toutes les x années histoires de récupérer de nouveaux lecteurs et faire du réchauffé avec de l’ancien , si bien qu’ on finit par s’y perdre. ces "mises à plats" sont rébarbatives, même pour les esthètes dont je fais parti...

      Répondre à ce message

  • Je suis complètement d’accord avec l’auteur de cet article, Busiek et Pacheco (mais surtout Busiek admettons-le) se sont un peu foutus de la tronche les lecteurs, en les prenant pour des mômes sans cervelle. Merci à Mr Drouto d’avoir remis les pendules à l’heure.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alain perrine le 6 février 2011 à  06:05 :

      Je n’aurais pas dit mieux que l’auteur ! Appelons un chat, un chat : cet album est un navet !

      Répondre à ce message