Aventures de Stevostin, T.1 la porte sombre - Par Grégory Maklès - Carabas

12 janvier 2008 3 commentaires
  • Album qui tente de décliner ironiquement le monde du jeu World of warcraft. Un naufrage qui tombe des mains.

Ca doit être l’âge. Ou bien ma méconnaissance des jeux vidéo ou du site internet qui a semble-t-il lancé ce héros tout en finesse : Stevostin.

Soit les tribulations délirantes d’une sorte de monstre goguenard et pataud dans toute sorte de milieux. Mais j’en ai déjà trop dit. Cet album (?) tombe des mains au bout de dix pages. Pas de scénario, juste quelques jeux de mots qui pèsent une tonne, des tronches sorties d’une table de cours de maths d’un redoublant de seconde, et des couleurs qui varient du beige au marron clair.
Quant aux décors, ils s’avèrent inexistants. Pourquoi en effet s’évertuer à soigner le graphisme avec un texte aussi brillant...

Il est possible que les amateurs de "culture" des jeux vidéo se dérident en parcourant ce tome 1. Mais l’édition en album de ce défoulement inepte me laisse perplexe.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Je pense que sa doit etre ton ignorance sur l’univers de Wow qui te fais dire tous se charabia...

    Ayant lu la Bd sur le net avant qu’il soit remarquer, et etant un joueur de Wow, je suis litteralement tomber de ma chaise tellement je pouffai.

    Il reprend plein de chose du jeu telle que les Dieu MJ ou le camping de cadavre pour pouvoir tuer la victime avant qu’elle recupere sa vie/mana.

    Bref joueur de wow ou connaisseur de l’univers du JEU (pas l’histoire) sauter dessus.

    Les autres par curiositer essayer sinon passer votre chemin.

    Pnub, chasseur70 Les Clairvoyants

    Répondre à ce message

  • Une mauvaise critique sur ActuaBD ?
    12 janvier 2008 22:37, par BD75Paris

    Bizarre, nous n’y sommes pas vraiment habitué. D’où son aspect inattendu, salutaire même ?

    Il semble que ce livre s’adresse aux fondus de jeux-vidéo, comme il y a des amateurs de thriller financier, de western financier ou de blagues bien grasses. J’oublie les BD typées socioprofessionnellement (mais tellement pratiques pour offrir aux gens dont on connait principalement le métier !

    une BD peut trés bien fonctionner commercialement si elle touche un large public, cela quelles que soient ses qualités intrinsèques. Leçon à méditer...n’est ce pas l’une des clefs de la réussite du manga ?

    Répondre à ce message

  • "Il est possible que les amateurs de "culture" des jeux vidéo..."

    Je crois que les guillemet en disent long sur la fatuité remarquable de cette critique... Mettre en doute l’existence d’une culture "jeux vidéo", comme ça, l’air de rien, comme si des millions de gens jouant depuis plus de deux décennies n’avaient aucune légitimité à fabriquer une culture qui leur soit propre...

    Voilà qui me rappelle fortement une attitude dont la BD n’a pas tout à fait fini de patir. Dans la bouche d’un critique... non, pardon, d’un "critique" BD, ça fait frémir.

    Répondre à ce message