BD d’Asie : les tops de la rédaction d’ActuaBD

12 décembre 2016 0 commentaire
  • L'année 2016 touche à son terme et les préparatifs de Noël battent leur plein. Le moment pour nous de revenir sur les publications asiatiques des douze derniers mois et pour chacun de nos chroniqueurs de proposer un top 10 des publications qui l'ont le plus séduit.

Top 10 - Aurélien Pigeat
1. Jojolion, par Hirohiko Araki, Delcourt/Tonkam
2. Les Enfants de la Baleine, par Abi Umeda, Glénat
3. Underwater, par Yuki Urushibara, Ki-oon
4. Golden Kamui, par Satoru Noda, Ki-oon
5. Dead Dead Demon’s Destruction, par Inio Asano, Kana
6. Emerald, par Hiroaki Samura, Casterman/Sakka
7. My Hero Academia, par Kohei Horikoshi, Ki-oon
8. Ryuko, par Eldo Yoshimizu, Le Lézard Noir
9. One-Punch Man, par ONE et Yusuke Murata, Kurokawa
10. Le Mari de mon frère, par Gengoroh Tagame, Akata Éditions

BD d'Asie : les tops de la rédaction d'ActuaBD

J’ai pour ma part décidé d’établir ce top 10 de l’année à partir des nouveautés débutées en 2016 et des one-shot parus dans la même période. C’est que ces mois furent particulièrement riches, aussi bien en phénomènes éditoriaux massifs attendus, comme My Hero Academia ou One-Punch Man, qu’en jolies découvertes comme Les Enfants de la Baleine, Ryuko et Underwater.

Et puis nous retrouvons de nombreux auteurs reconnus : Hirohiko Araki, qui poursuit sa saga Jojo’s Bizarre Adventure avec Jojolion, Inio Asano (La Fille de la plage, Bonne Nuit Punpun ou encore Solanin) avec Dead Dead Demon’s Destruction, Hiroaki Samura (L’Habitant de l’Infini) avec Emerald ou Gengoroh Tagame qui quitte le bara pour un titre grand public avec Le Mari de mon frère.

Mais difficile de ne pas évoquer l’année 2016 sans mentionner les différentes séries qui se sont poursuivies, et parfois achevées, avec brio durant la période. On pense ici tout d’abord à Chiisakobe, vainqueur du prix Asie-ACBD 2016 et dont les sorties des volumes 2, 3 et 4 ont jalonné l’année. Mais aussi aux fins de Kokkoku et Moyasimon, deux séries que nous avons régulièrement défendues. Mais aussi à Ajin, une jolie surprise seinen qui poursuit son bonhomme de chemin, accompagnée par une adaptation anime à succès.

De même, notons des phénomènes éditoriaux particuliers de séries s’achevant pour mieux reprendre. Il y eut bien sûr Gunmm qui vient de vivre une séquence éditoriale intéressante, avec le lancement de sa troisième période, Gunnm Mars Chronicle. Mais aussi Tokyo Ghoul, devenu Tokyo Ghoul Re, ou encore Levius, achevé en trois volumes pour se poursuivre dans un nouveau lancement l’an prochain.

Top 10 - Guillaume Boutet
1. Seven Deadly Sins, par Nakaba Suzuki, Pika
2. Area 51, par Masato Hisa, Sakka
3. Dédale, par Takamichi, Doki Doki
4. Levius, par Hahurisa Nakata, Kana
5. Que sa volonté soit faite, par Tamiki Wakaki, Kana
6. Knights of Sidonia, par Tsutomu Nihei, Glénat
7. Innocent, par Shin’ichi Sakamoto, Delcourt/Tonkam
8. The Ancient Magus Bride, par Koré Yamazaki, Komikku Editions
9. La Princesse Vagabonde, par Xia Da, Urban China
10. Six Half, par Ricaco Iketani, Delcourt/Tonkam

Une année qui n’aura pas été moins marquée pour ma part par les nouveautés venues d’Asie. Evidemment de nouveaux titres intéressants et bien fichus ont fait leur entrée dans nos bibliothèques, dont certains ont été chroniqués avec plaisir, mais la puissance de l’année 2016 aura concerné dans mon cas avant tout la conclusion de certains titres et la confirmation d’autres en cours qui s’imposent plus que jamais comme incontournable.

Concernant les titres en cours, il y a tout d’abord dans le registre du shonen nekketsu le désormais incontournable Seven Deadly Sins, un récit faussement classique car non initiatique et rendant caduque l’application des grilles de lecture standard du genre. Nous nous efforçons depuis son lancement de rendre justice à son audacieux projet artistique.

Ensuite vient l’étonnant Area 51, récit pulpe faisant la part belle à un univers noir aussi désenchanté que merveilleux, puis The Ancient Magus Bride, une plongée délicate et enivrante dans le folklore celtique, et la Princesse Vagabonde, qui nous aura entrainés de façon remarquable cette année chez les Turcs, auxquels notre héroïne, toujours travestie en homme, a offert ses services en attendant d’assouvir sa funeste vengeance.

Dédale, un récit complet en deux tomes, nous a proposé une revisite sidérante du genre « survival », bon enfant et très malin, tandis qu’Innocent et Levius, deux œuvres chocs mêlant violence et esthétique bouclent leur premier cycle et nous reviendrons dès l’année prochaine pour une suite dont nous attendons beaucoup.

Enfin se sont achevés, dans des registres fort différents, ce que nous considérons comme l’un des plus aboutis harem manga de ces dernières années, Que sa volonté soit faite, le space opera très pointu mais aussi très positif, Knights of Sidonia, et le shôjo manga Six Half qui nous aura proposé sur un motif très classique, amnésie et amour interdit, une œuvre d’une belle justesse dans ses personnages.

Pour l’année 2017 qui arrive, les nouveautés qui suscitent le plus notre impatience sont March comes in like a lion chez Kana, récit de reconstruction sur fond de shogi, les échecs japonais, et Bungô Stray Dogs chez Ototo, histoire de détectives rendant hommage aux classiques du genre de la littérature japonaise. Tous deux annoncés pour février.

Top 10 Manga - Marc Vandermeer

1. Pupa, par Sayaka Mogi, Komikku
2. Kiriko, par Shingo Honda, Komikku
3. Anguilles démoniaques, par Yusuke Ochiai & Yû Takada, Komikku
4. Vinland Saga, par Makoto Yukimura, Kurokawa
5. Immortal Hounds, par yo Yasohachi, Ki-oon
6. Les Misérables, par Takahiro Arai, Kurokawa
7. Kasane, la voleuse de visage, par Daruma Matsuura, Ki-oon
8. Prophecy - The Copycat, par Tetsuya Tsutsui - Hitomi Houjo & Fumio Obata, Ki-oon
9. Monsters Friends, par Yoshihiko Inui, Komikku
10. Inspecteur Kurokôchi, par Nagasaki & Kôno, Komikku

Cette année 2016 aura été marquée essentiellement par un retour en force de mangas horrifiques. Kasane, la voleuse de visage joue sur la subtilité et la finesse, alliant beauté narcissique et cruauté immonde. Au niveau des one shots et séries courtes, notons le fascinant Kiriko, plongeant le lecteur vers une abysse frémissante, tandis que Pupa, prévu en trilogie, exploite un scénario tonitruant, montrant des jeunes enfants torturés, se transformant en bêtes sanguinaires. Monster Friends, quant à lui, prévu pour des lecteurs plus jeunes, affiche tout de même son lot d’hémoglobine à outrance…

Les amateurs de thrillers sombres et glauques auront certainement noté la trilogie remarquable Anguilles Démoniaques, aussi morbide que terrifiante. Un Must dans son genre ! Dans un tout autre rayon, les séries toujours en cours de publication, reprenant des thèmes historiques Vinland Saga et Les Misérables cartonnent toujours autant. Ces deux séries sont pourvues d’un réalisme et d’un trait graphique de haute voltige.

Enfin et non des moindres, soulignons la fin de deux séries parmi les seinen les plus prolifiques ces dernières années : Tout d’abord, Coq de combat, de son vrai nom Shamo, montrant le parcours d’un parricide, depuis son centre de correction pour mineur, jusqu’aux premières loges des champions de MMA. Un final inattendu mais d’une précision jusque dans ses derniers retranchements. Chapeau à Akio Tanaka, qui a su briller durant de nombreuses années avec son protagoniste Ryo Narushima. Espérons que l’auteur revienne prochainement avec du lourd de même acabit.

Cette année 2016 aura vu la conclusion d’un phénomène dans son style : Sun Ken Rock du talentueux Boichi. Un auteur coréen exemplaire dont la qualité graphique frise avec le génie. Qu’il s’agisse de la précision de ses protagonistes, des décors arrière-champ ou encore de son réalisme prononcé à l’extrême, ses œuvres ont la teneur d’un uppercut frontal ! Autant Coq de Combat que pour Sun Ken Rock apportent une réflexion sur notre condition humaine et nos relations vis-à-vis d’autrui.

D’ailleurs, tout amateur de seinen débutera l’année 2017 avec l’une des affiches tant attendue : le retour de Berserk, prévu début janvier. Espérons qu’il en sera de même pour la suite de Vagabond de Takehiko Inoue....

(par Aurélien Pigeat)

(par Guillaume Boutet)

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?