Bad Ass, un comics "à la française" chez Delcourt

20 février 2013 4 commentaires
  • Ce comics à la française présente un super-héros débordant d’arrogance et doté d’un humour cinglant. Une série irrévérencieuse qui renouvelle le genre !

Si le manga a atteint son stade de maturité sur le marché français, le comics continue de progresser. Delcourt l’a bien compris, en développant son offre sur ce terrain pas toujours bien occupé par ses concurrents directs.

C’est ainsi que la maison d’édition fait confiance à des auteurs français afin qu’ils livrent leur vision des super-héros. On se souvient de Masqué qui s’achemine doucement vers sa conclusion dans quelques mois.

Mais l’éditeur au triangle rouge vient également de lancer Comics Fabric. Herrik Hanna nous en expliquait le concept : "Bad Ass est à l’origine de la collection. David Chauvel connaissait mon amour du comics depuis longtemps. Et dans un échange de mails, il m’a dit que si je voulais m’y coller, Delcourt pourrait me suivre et avoir un format américain, ici en France. C’était un coup de poker, mais David m’a dit que s’ils étaient satisfaits du scénario, ce serait OK. Le premier tome a plu, et c’était parti."

Bad Ass, un comics "à la française" chez Delcourt
La fameuse première planche, qui donne le ton de la série !
(c) Delcourt

Dead End, le ’héros’ de Bad Ass est l’assassin de l’un des chefs de la pègre locale. Après avoir volé une formidable somme en diamants, il est désormais considéré comme l’ennemi public numéro 1 de Roman City... une ville protégée par l’implacable Black Snake. Vingt-cinq ans plus tôt, Dead End est encore le jeune et détesté Jack Parks, souffre-douleur de son lycée, jusqu’au moment où il décide de se venger de tous ceux qui l’ont malmené.

Aux antipodes des premiers Superman, plus cynique que Dark night, Bad Ass n’en finit pas de faire rire, de surprendre, voire d’horrifier lorsqu’on dévore les dialogues au scalpel d’Herik Hanna.

Après avoir travaillé avec David Chauvel sur Le Casse, [La Grande Évasion - Void 01-art14107] ainsi que 7 Détectives qui connaîtra prochainement sa propre série, le scénariste vient donc de poser une pierre angulaire de sa carrière avec cet univers aussi acide que déjanté : « [Notre super-vilain] a ses propres caractéristiques et sa propre folie explique Herik Hanna C’est un personnage original comme ‘The Voice’ le sera dans le tome 2. Les deux premiers tomes sont les deux piliers de l’histoire. On y découvre la genèse des deux principaux protagonistes, avant la complication du tome 3 et le dénouement au quatrième volume. »

Une revanche d’adolescent ? Ou l’occasion d’enfin assumer un caractère caustique ?
(c) Delcourt

Bad Ass est donc un pendant aux séries plus comics plus traditionnelles, bien plus cinglante voire parodique, avec ce personnage à l’adolescence brimée, mais qui déteste rencontrer des individus heureux. Sans réel pouvoir à part celui de viser très juste, d’être athlétique, et de balancer une répartie plus vite que son ombre, le héros de Bad Ass est donc aussi dérangeant qu’attirant.

Avec une construction à coup de flash-back d’anti-héros revanchard de son adolescence, le premier tome se conclut sur un audacieux cliffhanger, qui permet de placer le personnage dans une situation aussi inédite que savoureuse. Le scénariste explique pourtant qu’il a écrit la globalité du récit, c’est-à-dire les quatre tomes de Bad Ass, histoire de peaufiner la cohérence de l’histoire jusqu’au moindre détail.

(c) Delcourt

Mis à part le ton décalé et mordant, l’autre surprise vient du trait de Bruno Bessadi issu de l’Heroïc Fantasy (Zorn et Dirna). On apprend qu’il est pourtant autant branché comics que son loufoque de scénariste, et il parvient à donner autant de vie que de dynamisme à ce personnage très peu académique.

Que vous soyez fan de comics et que vous appréciez les détournements, ou que vous soyez seulement amateur de réplique cinglante, d’humour vachard et de situations inextricables, Bad Ass est une série qui comblera vos attentes. Et qui ira sûrement au-delà, avec une vraie ordure de super-héros égocentrique en tête de gondole !

(c) Delcourt

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Bad Ass, T1/4 : Dead End – Par Hanna & Bessadi – Delcourt

Commander le premier tome de Bad Ass chez Amazon ou à la FNAC

Concernant Bad Ass et les autres scénarios d’Herik Hanna, lire notre interview : "J’ai le flash de la première page, puis je laisse les personnages bosser jusqu’à la fin"

 
Participez à la discussion
4 Messages :