Bananas n° 10 - Revue critique de bande dessinée

12 mars 2018 2 commentaires
  • "Bananas", revue critique et d'histoire de la bande dessinée, a su trouver une approche et un ton. Abordant la bande dessinée avec sérieux et érudition tout en demeurant très accessible, la revue fondée par Évariste Blanchet en 2006 s'est installée dans le paysage éditorial, pour partager avec ses lecteurs la passion des images et l'exigence du contenu.

Le projet à l’origine de la création de la revue Bananas avait suscité quelques remous et réserves, si ce n’est des oppositions. Évariste Blanchet, son fondateur, n’était cependant pas un nouveau venu. Comme le rappelle Renaud Chavanne dans l’éditorial de ce dixième numéro, Bananas "nouvelle série" est en réalité l’héritière d’une formule née en 1981 [1] sous l’égide de José-Louis Bocquet, Gérard Majoureau et déjà Évariste Blanchet.

Il y eut ensuite Critix "première série", pour onze numéros entre 1992 et 1994 [2], Bananas "deuxième version" le temps de quatre numéros en 1995 [3] et de nouveau Critix pour douze numéros de 1996 à 2001 [4]. À chaque fois, Évariste Blanchet s’entoure de quelques rédacteurs - comme Renaud Chavanne, Pierre Huard, Jean-Paul Jennequin, Christian Marmonnier ou Jean-Philippe Martin - et conserve une ligne éditoriale donnant la priorité à la réflexion sur ce qu’est la bande dessinée. Les lecteurs peuvent donc trouver des articles théoriques, des dossiers thématiques, des éclairages sur un auteur ou une série, ainsi que quelques critiques.

Bananas n° 10 - Revue critique de bande dessinée
Couverture de "Bananas" n° 8

Il faut ensuite attendre 2006 pour que renaisse Bananas. Douze ans et dix numéros plus tard, et malgré des débuts quelque peu hasardeux, la revue subsiste au rythme d’un numéro annuel. Elle semble avoir trouvé un équilibre, fondé sur une lecture réfléchie de la bande dessinée où la profondeur historique sert de socle à une critique constructive, attachée à la forme comme au fond, au sens comme aux signes, érudite mais accessible car jamais jargonneuse.

Cette ligne d’une écriture à la fois passionnée et très documentée est confirmée par ce dixième numéro. Le sommaire (lire ci-dessous) allie recherche historique autour des archives de Pierre Le Goff, lecture classique et détaillée par exemple des Tours de Bois-Maury d’Hermann et retranscription de débats liés à des problématiques ayant émergé récemment, comme "la sexualité vue par des femmes dans la bande dessinée contemporaine". Évariste Blanchet et Renaud Chavanne sont certes les deux principaux artisans de ce numéro, mais ils ont également ouvert leurs pages à quelques autres (Pierre-Georges Pélissier sur Les Mange-bitume, Daniel Pizzoli sur Les Tours de Bois-Maury). L’ensemble se révèle fort instructif et stimulant.

Sans reprendre ici tout le contenu de ce numéro, soulignons qu’Évariste Blanchet plaide pour une écriture de l’histoire de la bande dessinée qui soit la plus rigoureuse et la plus complète possible. En dehors des modes et avec les outils et méthodes des historiens universitaires, il s’agit de prendre en compte bien sûr les dimensions culturelles de l’évolution de la bande dessinée, mais aussi - et c’est déjà moins fréquent - politiques et économiques. Le dossier sur les "archives Pierre Le Goff" est en ce sens un modèle de ce que peut être une approche fine de l’histoire de la bande dessinée, appuyée sur les témoignages et sur une documentation variée (journaux et courriers, mais aussi documents administratifs, factures ou autre), et attentive à la diversité de ses acteurs.

Souhaitons que Bananas trouve un écho : elle est l’exemple d’une approche réconciliée de la bande dessinée, sachant puiser dans les classiques tout en étant ouverte aux réflexions les plus modernes et, ce qui n’est pas négligeable, excluant toute visée promotionnelle...

Couverture de "Bananas" n° 10 par Vincent Barrot & Pierre Le Goff

Sommaire du n° 10 :

- Archives Pierre Le Goff :
"Ni fétichisme, ni goût pour la poussière", par Évariste Blanchet
"Entretien avec Jean-Michel Charlier à propos du malaise de la presse pour les jeunes", par Pierre Le Goff
"Témoignage de Pierre le Goff sur le Syndicat National des Dessinateurs de Presse"
"Ciné Images : quand un syndicat de dessinateurs a voulu lancer son hebdomadaire pour la jeunesse", par Évariste Blanchet
"Sorge", par Pierre Le Goff

- "Plancher sur Les Mange-bitume : pistes pour mieux circuler dans la bande dessinée de Lob et Bielsa (1972)", par Pierre-Gilles Pélissier

- Deux tables rondes du 6e SoBD (Salon des Ouvrages sur la Bande Dessinée) :
"La légende de Futuropolis", par Sylvain Insergueix (animateur) avec Florence Cestac, Jean-Luc Cochet, Philippe Ghielmetti et Étienne Robial.
"La sexualité vue par des femmes dans la bande dessinée contemporaine", par Jeanne Puchol (animatrice) avec Zineb Benjelloun, Anneli Fumark, Raphaëlle Macaron et Hilda-Maria Sandgren.

- "De l’excitation sexuelle des dessinateurs", par Renaud Chavanne

- "Les Tours de Bois-Maury, une geste graphique", par Daniel Pizzoli

- Critiques :
"La parodie dans la bande dessinée franco-belge, de Pierre Huard", par Renaud Chavanne
"Pepito 2, de Luciano Bottaro", par Évariste Blanchet

Voir en ligne : Le site de la revue

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Bananas n° 10 - directeur de la publication : Luc Thébault - rédaction : Évariste Blanchet - 17 x 23 cm - couverture souple - 118 pages en noir & blanc - parution en février 2018 - commander la revue chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site de la revue.

Lire également sur ActuaBD :
- Bananas en "guerre critique" contre Soleil
- Bananas n°2 : Jean-Claude Forest à l’honneur
- Bananas suspend sa parution

[1Bimestrielle à cette époque.

[2Seize pages A4 chacun.

[3La revue est donc trimestrielle cette fois.

[4Une soixantaine de pages au format A5 ; des versions abrégées en sont disponibles en ligne.

 
Participez à la discussion
2 Messages :