Newsletter ActuaBD

Bande Dessinée Internationale N°3 redonne de la mémoire à la BD

  • Bande Dessinée Internationale a enfin trouvé sa « baseline » : redonner de la mémoire à la BD. Pour ce faire, il accueille en couverture le père de la Ligne Claire moderne : Géo Mac Manus, le créateur de Bringing Up Father, en français : La Famille Illico.

Illico est devenu multimilliardaire. Son grand plaisir dans la vie est d’aller boire un pot et jouer au billard avec les copains. Mais son épouse ne l’entend pas de cette oreille : parvenue enfin à l’aisance, elle tient à maintenir son rang. Pas question que son mari se mêle avec la plèbe si elle veut être intégrée dans la haute société. C’est sur ce concept simplissime que McManus a créé cette série. Il y ajoute en outre une science du trait et des formes qui rarement été atteint depuis. Pas étonnant que Hergé l’ait regardé de près. BDI en restitue l’histoire grâce à un excellent article de l’historien Jean-Claude Glasser, le préfacier mémorable des éditions Futuropolis.

Egalement au sommaire de ce numéro : Brétécher, Reg Smythe, Disney (probablement Floyd Gottfredson), R. Mas, O. Soglow et C.D. Russel. On y ajoute quelques pages du dessinateur Silhouette et un dossier BD et Automobile avec une interview de Jean-Marc Thévenet, directeur du Festival d’Angoulême.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Ce journal peut-être commandé chez Presse de france

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Cette revue pourrait être intéressante si elle était plus sélective dans les strips qu’elle publie.

    On est heureux de retrouver du Claire Brétecher, du Quino, Andy Capp de Reg Smythe ou Blondie de Chick Young, ainsi que la famille Mc Manus.

    En revanche il est discutable de retrouver cotoyant ces strips pour adultes des choses telles que le Pif d’Arnal ( définitivment vieillot et ennuyeux), le Donald de Walt D., ou encore le Spooky de Bill Holman qui n’a jamais brillé, et qui pompe allègrement qui vous savez, sans avoir son talent.

    Il y a quand même un choix suffisamment large de strips qu’il ne couterait pas plus cher de publier pour remonter la qualité de cette revue, par exemple les Peanuts de Schlutz, ou l’Ernie de Bud Grace.

    Aussi quel besoin de tout publier sur du papier glacé couteux ? je préfèrerais avoir 200 pages sur papier journal que 74 !

    C’est dommage cette revue a perdu un lecteur qui adore pourtant le strip, il s’en est fallu de peu.

    Répondre à ce message

    • Répondu par J.C. Lebourdais le 7 octobre 2004 à  11:32 :

      Aux USA un mensuel comme COMICS REVUE fait ça effectivement beaucoup mieux avec un format plus adapté et moins couteux, et surtout de grands strips classiques faits par des auteurs de talent.

      JC

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD