Bande dessinée et résistance (2/2) : Figures héroïques

10 juin 2019 0 commentaire
  • On a beau dire, l’histoire doit être incarnée, d’autant plus que les faits s’éloignent et s’estompent dans les mémoires. Qui connaît encore les enjeux militaires de la Chanson de Roland ? Les ennemis -le saviez-vous ?- étaient les Bretons. En revanche, chacun se rappelle du perfide Ganelon et du valeureux Roland qui porte le nom de Roncevaux, l’endroit où il est mort. L’histoire est ainsi faite : le sacrifice des héros en est souvent réduit à l’anecdote.
Bande dessinée et résistance (2/2) : Figures héroïques
"Airborne 44" par Philippe Jarbinet (Casterman)

La bande dessinée se nourrit de stéréotypes, de clichés, de figures héroïques, mais aussi de réalité. La fable est d’autant plus édifiante que l’on s’identifie à ses personnages. Cela fait bientôt 75 ans que nous vivons dans la paix. La France n’a connu pas une si longue période de concorde depuis plusieurs siècles. Les nouvelles générations qui n’ont pas connu la guerre pensent que leur tranquillité leur est acquise, que le combat est achevé, que les atrocités font partie du passé.

Mais on sait, avec les crimes du régime des Khmers rouges au Cambodge en 1974, avec les guerres des Yougoslavie de 1991, avec le génocide des Tutsi en 1994, avec les crimes de Daech en Irak et en Syrie de 2014, avec la montée des régimes autoritaires dans le monde et notamment des extrêmes en Europe, que tout cela est d’une insigne fragilité. Il faut entretenir l’esprit de résistance, nourrir la réflexion sur les notions de liberté, de responsabilité, de conscience... La BD peut aider à cela, à l’heure où rares sont les jeunes qui ouvrent un essai historique un tant soit peu sérieux.

Et ce n’est pas nouveau : derrière toutes les chansons des aèdes et des bardes, il y a le souvenir de ces heures terribles où il a fallu payer le prix de cette quiétude retrouvée. Après le Débarquement célébré ces derniers jours, il y a des combats sanglants qui ont permis la chute de l’Allemagne nazie. La chose a été largement illustrée en bande dessinée, mais ce qui caractérise celles d’aujourd’hui – Tardi est passé par là- c’est l’incroyable documentation sur laquelle s’appuie cette histoire.

"Airborne 44" par Philippe Jarbinet (Casterman)

Ainsi en est-il dans la remarquable série Airborne 44 de Philippe Jarbinet (Casterman), une saga en huit tomes dont le dernier, Sur nos ruines, vient de sortir.

Elle raconte, avec force détails et une empathie enthousiasmante, les derniers moments de cette guerre qui se termine et dont on ignore encore toute l’étendue de l’horreur. Grâce à la résistance du général américain McAuliffe à Bastogne et aux contre-attaques des généraux Patton et Hodges, la Contre-offensive von Rundstedt est un échec et l’Allemagne est envahie. L’album montre une Allemagne ruinée, bombardée sans ménagement, dont la splendeur passée s’achève piteusement avec le suicide d’Hitler et la chute de Berlin prise par les Russes. Une série qui fonctionne en diptyques et qui, tant du point de vue du dessin que de l’histoire, ne déçoit jamais

"Une Famille en guerre" par Stéphane Piatszsek et Espé -(Ed. Glénat)

Une famille en guerre de Stéphane Piatzszek & Espé, décrit la résistance d’une famille de vignerons alsaciens qui prennent de plein fouet l’invasion allemande de Mai 1940. Le fils d’Alfred Engel parti au front défendre sa patrie, la France, est encore prisonnier ; Fina, sa fille est une jeune prof idéaliste encore ébranlée par les événements et François, son plus jeune fils , est encore au lycée qui ne comprend pas encore ce qui se passe. Alfred planque ses fûts les plus précieux tandis qu’une résistance, pied à pied, avec les Allemands s’engage.

Toujours justes, les scénarios de Piatzszek ne laissent pas entrevoir la documentation qui est derrière. Quant au dessin d’Espé, le dessinateur de Châteaux Bordeaux, il est clair et précis lui aussi. Ce n’est pas la première fois que les deux complices travaillent ensemble : on leur doit la remarquable Île des justes (Glénat) qui décrit la façon par laquelle les Corses, grâce à une résistance passive ont pu sauver la majorité des juifs de l’île.

"Une Famille en guerre" par Stéphane Piatszsek et Espé -(Ed. Glénat)
"Général Leclerc" Par Jean-Yves Le Naour et Frédéric Blier (Grand Angle)

Les Compagnons de la Libération

Enfin, il faut saluer l’initiative de Grand Angle (Bamboo) qui vient de lancer une série de biographies sur Les Compagnons de la Libération, ces femmes et ces hommes qui, aux premières heures de l’Occupation, rejoignirent le Général De Gaulle et la France Libre quelles que soient leurs opinions et obédiences. Ils sont 1038 « Compagnons de la Libération » dûment décorés.

"Pierre Messmer" par Catherine Valenti et Philippe Tarral (Grand Angle)

À commencer par le colonel Philippe de Hautecloque dit Leclerc qui prit l’initiative, à partir du Tchad qui, à l’instar des colonies africaines, océaniennes et asiatiques, avait rejoint la France Libre dès les premiers mois, d’enlever aux ennemis, en force et en nombre supérieurs aux siens, l’oasis libyenne de Koufra (1941), initiative qui contribua à la victoire des Alliés sur les forces de l’Axe en Afrique du nord. Là, il fait le serment de libérer Strasbourg, ce qu’il ne manquera pas de faire avec la 2eDB en 1944.

C’est l’historien Jean-Yves Le Naour, un habitué des collections Bamboo (il a écrit sur Verdun, mais aussi sur De Gaulle), qui est aux manettes de cette histoire efficacement illustrée par Frédéric Blier, dont on n’oublie pas le diptyque Amère Patrie signé avec Christian Lax (Dupuis).

L’autre récit concerne Pierre Messmer. Oui, le Premier Ministre de Georges Pompidou ! Il a été un des premiers à rejoindre Londres dès avant l’Appel du 18 juin. De l’Érythrée à El Alamein, en passant par la Palestine et Damas, jusqu’à la Bataille de Normandie, il est de chaque instant du combat pour la libération de la France. Un beau destin de patriote raconté par Catherine Valenti et mis en images par Philippe Tarral.

Une jolie collection qui devrait s’adjoindre la biographie de Jean Moulin à la rentrée.

"Général Leclerc" Par Jean-Yves Le Naour et Frédéric Blier (Grand Angle)
"Pierre Messmer" par Catherine Valenti et Philippe Tarral (Grand Angle)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

LIRE LA PREMIÈRE PARTIE DE L’ARTICLE : Bande dessinée et Résistance : quand la BD réécrit le Roman National

Acheter "Airborne T. 8 : Sur nos ruines" sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Acheter "Une Famille en guerre T. 1 : Le Pays perdu" sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Acheter "Les Compagnons de la Libération : Le Général Leclerc" sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Acheter "Les Compagnons de la Libération : Pierre Messmer" sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

  Un commentaire ?