Bande dessinée sans frontière : Arméniens et Turcs ensemble à Angoulême 2012

24 janvier 2012 0
  • Alors que les politiques se déchirent, des artistes arméniens et turcs de bande dessinée exposent ensemble dès jeudi à Angoulême dans le cadre du programme "Bande dessinée sans frontière" qui s'emploie à maintenir un lien entre les peuples à l'aide d'un art qui rassemble.

C’est le propre co-fondateur du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême mais aussi celui d’Erevan en Arménie, Jean Mardikian qui, avec les journalistes Laurent Mélikian et Didier Pasamonik, ce dernier étant le co-fondateur du Festival international de la bande dessinée à Istanbul, Istanbulles, qui ont pris cette initiative avec l’aide du Conseil Général de Charente.

"Le programme « Bandes dessinées sans frontières » entend faire dialoguer les artistes de bande dessinée de toutes les cultures, au-delà de tous clivages" disent-ils.

Turquie : une tradition de BD déjà très ancienne

Ce n’est pas la première fois que la Turquie marque sa présence sur les bords de la Charente. L’année dernière déjà, une forte délégation était présente.

Avec Abdülcanbaz de Turhan Celçuk (1922-2010), le « Hergé turc » dont le héros peut tuer son adversaire d’une seule « gifle ottomane », au magazine satirique Gırgır dont le tirage était de 500 000 exemplaires par semaine et ses descendants Limon, LeMan, Penguen, Uykusuz, L-Manyac, etc., en passant par le Studio Rodeo qui travaille aux USA avec Roy Thomas ou encore l’auteur de Foot furieux de Gurcan Gürsel (Ed. Joker), la BD turque est l’une des plus vivaces au monde. Quelques-uns de ses représentants seront aux cimaises du Conseil Général et présents dans la cité charentaise cette année.

C’est le Studio Rodeo dans lequel on compte des dessinateurs comme Cem Özüduru, Murat Mıhçıoğlu, Ergün Gündüz, Bahadır Barış Özsoy… qui est l’invité spécial de cette édition, tandis qu’une vitrine rappellera l’histoire de la bande dessinée en Turquie, lieu de contre-pouvoir et de liberté d’expression même sous les périodes les plus autoritaires.

Bande dessinée sans frontière : Arméniens et Turcs ensemble à Angoulême 2012
Un exemple de la production du studio Rodeo : la revue turque Totem

Arménie : Une jeune nation de bande dessinée

Dans la jeune république arménienne qui vient de fêter son vingtième anniversaire, mais forte d’une culture trois fois millénaire, une nouvelle génération d’artistes initie le public arménien au 9e art. Ils sont soutenus par l’Association pour la Promotion de la BD arménienne qui a créé voici trois ans le Festival de la bande dessinée d’Erevan, avec le soutien de Jean Mardikian et de Laurent Melikian.

De cette bande dessinée naissante émerge quelques individualités comme Levon Gyulkhasyan, Tigran Mangassarian, actuellement en résidence à la Maison des auteurs d’Angoulême, ou encore Agata Badalyan, membre du dynamique collectif 3 Dzuks dédié aux publications pour la jeunesse et présent au dernier Festival Istanbulles.

Le trio de charme et de choc du collectif 3 Dzuks : Liana, irina et Agata
Photo : DR

Leur rencontre sera sûrement l’occasion d’échanges libres et passionnants sur leur tradition culturelle, leurs envies, leur besoin de produire, en dehors d’un débat politique particulièrement envenimé ces jours-ci.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

ActuaBD est fier d’être l’un des partenaires média de cette manifestation.

Inauguration :

Le jeudi 26 janvier 2012 à 11h30

au Conseil général de la Charente

31 boulevard Emile Roux, 16000 Angoulême

  Un commentaire ?