Bandes Dessinées Magazine N°7 : BDMag renie le people

23 mai 2005 5 commentaires
  • Nouvelle formule et nouveau format pour le dernier BDMag. Le magazine lancé par Hervé Loiselet modifie quelque peu la formule qui avait fait sa réputation. Du format « Voici », on est passé au format « Express ». Mais on est resté sur l'essentiel : raconter l'actualité des acteurs de la BD.

La formule est rodée : Un auteur, une interview, une gueule. La BD a enfin un visage, telle était au début la baseline d’un magazine qui avait choisi de montrer la bobinette des auteurs et de leur poser des questions sur un mode léger. « Argh, c’est la mort du genre », nous avait-on dit. On ajoutait : « On nous avait déjà tout fait, mais CA, çaaaaarrrgh » (s’en suit une longue agonie digne de la Dame aux Camélias, et on est prié d’applaudir entre chaque crachat entrecoupant les insultes).

Benoîtement, dirait le pape, BDMag suit sa voie. Avec son nouveau format, plus réduit, plus compact la confusion avec le people disparaît. On dirait même qu’il le renie. On frise le house organ, le Arleston Mag avec la tronche de Troy en couverture. Mais après tout, pourquoi pas ? L’univers de Troy est un succès en librairie et Soleil devrait avoir honte ? Non mais, et de quoi ?

Quand on feuillette, on se détrompe. Deux pages sur Ric Hochet et Duchâteau côtoient Bernard Werber (dénommé un moment Patrick, bonjour la coquille), Dany et Olivier Rameau, Alcante, Desberg, Durieux, Sokal et Canardo, Servais, Toshy et Christophe Pernoud, Denis Bourdaud et Hiroyuki Takéi (Shaman King), ou encore Chris Lamquet et son Norge... Christian Godard nous apprend que son père avait de l’humour ("Le sort est une peau d’hareng"), Jim renouvelle le roman-photo en proposant un concentré de pin-ups, Stéphan et Laurent Astier inventent le polar campagnard. Il se passe donc bien des choses dans la BD d’aujourd’hui ! [1].

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Eh non, vous ne trouverez pas ma signature dans ce numéro, comme pour le précédent. C’est donc en toute indépendance que j’écris ces lignes.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • eh voilà...le mag était bien, maintenant ils nous le polluent avec des prépubs à la Bodoï.
    ça fait facile une 20aine de pages d’interviews en moins, je suis déçu !

    Répondre à ce message

  • > Bandes Dessinées Magazine N°7 : BDMag renie le people
    25 mai 2005 16:03, par Laurent Mélikian

    Bonjour Didier,

    C’est sympa de t’intéresser à Bandes Dessinées Magazine. J’avoue être un peu interloqué lorsque tu parles de renier le côté people de la revue. D’abord BDMag est-il un magazine People ? Oui, par le fait qu’il parle d’abord des personnes qui font la bande dessinée. Non, par celui qu’il ne colporte ni ragots, ni photos volées, ni articles sur la vie privé des personnes. Nous restons sur cette ligne, je ne vois donc pas ce qui peut être renié.

    Quant au format, je te remercie d’avoir remarqué sa réduction de 10 %. L’ancien (A4) était-il spécifique de la presse people ? Je ne le crois pas. Il est sûr que les nouvelles dimensions ne correspondent à aucun genre de presse en particulier, si ce n’est à quelques millimètres près à celui des comics. En fait, ce format est aujourd’hui appliqué à des titres féminins, économiques, loisirs, ... . Ce genre de réduction correspond d’ailleurs à une tendance générale dans la presse actuelle. Pour nous, c’est un nouvel atout, notamment pour une meilleur prise en main du magazine, accentué par son dos carré.

    Mais comme tu n’as pas semble-t-il pas remarqué que le magazine s’intéresse à la bande dessinée africaine grace à un reportage de Thierry Bellefroid à Kinshasa et un article de Nicolas Fréret sur Ptiluc, j’en profite pour le signaler. J’en profite aussi pour signaler que Bandes Dessinées Magazine est devenu quarantecinqomadaire :-) , c’est à dire qu’il paraît tous les mois et demie. Et j’en terminerais en signalant qu’il est désormais également composé de bandes dessinées en prépublication avec pour commencer "Samuraï" de Jean-François Di Giorgio et Fred Genet et surtout une oeuvre transcontinentale, "Superman-Tarzan" dessinée par l’Argentin Carlos Méglia.

    Bulles et bonheur à tous !

    Laurent Mélikian, responsable photo de Bandes Dessinées Magazine.

    Répondre à ce message

    • Répondu par tony encore le 25 mai 2005 à  22:50 :

      à propos de Thierry Bellefroid, pour info faites gaffe, vous l’avez oublié dans l’ours ;-)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Laurent Mélikian le 26 mai 2005 à  11:46 :

        Bigre, Tony-la pinaille-anonyme en a après nous !

        Continue à creuser cher Tony-encore. Sur 7 numéros, t’en trouveras d’autres ! Et si tu me donnes ton contact, pour ta collec’, je te passerais les bourdes des confrères ! :-)

        Répondre à ce message

        • Répondu par Tony the mystérious le 27 mai 2005 à  13:52 :

          oah non je n’en ai pas particulièrement après vous, non non, j’aime bien le mag vu que je l’achète chaque fois. je suis quand même déçu de l’apparition des prépubs, tout de même. Ca enlève beaucoup d’espace aux pages de présentation des festivals et des auteurs qui avaient fait la particularité du mag. mais bon.

          Répondre à ce message