"Bandes dessinées : Manuel de l’utilisateur" : L.L. de Mars à la pointe de la bande dessinée pédagogique

3 mai 2019 1 commentaire
  • Qui eût cru que L.L. de Mars se pique de réaliser une bande dessinée pédagogique ? Lui qui aime nager à contre-courant et expérimenter dans divers champs artistiques livre chez Ab Irato un petit manuel digne de Scott McCloud. À moins que...

Une bande dessinée sur la bande dessinée. Il y en a déjà eu, dès avant le retour en vogue de la BD pédagogique, et il y en aura encore. Absurde et inutile ou génial et indispensable ? C’est quoi qu’il en soit s’offrir une mise en abyme et une « méta-bande dessinée » à peu de frais. L.L. de Mars ne se refuse pas ce luxe avec son Manuel de l’utilisateur paru chez Ab Irato éditions.

L’emballage est clair mais trompeur. On nous vend un livre qui serait un véritable mode d’emploi pour lire voire écrire et dessiner une bande dessinée, tout en distillant quelques clés d’explication sur le monde de l’édition et moult conseils pour y survivre. Mais le contenu ne s’embarrasse pas des prodromes habituels. Cases, planches, bulles, scénario et dessin sont oubliés. Pas de débat sur la définition de la bande dessinée « art séquentiel », ni de rappel historique. Pas même de description de l’état actuel de la création. Surproduction ou effervescence ? Peu importe, tout cela n’est que contingence.

"Bandes dessinées : Manuel de l'utilisateur" : L.L. de Mars à la pointe de la bande dessinée pédagogique
Bandes dessinées : Manuel de l’utilisateur © L.L. de Mars / Ab Irato éditions 2019

L.L. de Mars préfère se concentrer sur le méconnu : les coulisses en quelques sortes. Qu’est-ce qui motive les auteurs comme les éditeurs ? Comment échangent-ils et parviennent-ils à conduire leurs projets communs ? Quelles sont leurs relations avec les lecteurs et les journalistes ? Quel est le rôle des libraires et des critiques ? L.L. de Mars lève le voile sur tout un microcosme [1].

Ce faisant, l’auteur brosse un portrait de famille drôle et grinçant mais non sans fondements. Il écarte rapidement ce qui ne l’intéresse pas, à savoir les « gros » éditeurs et leurs rouleaux compresseurs - i.e. le système de diffusion et de distribution actuel - qui jusqu’à preuve du contraire dominent encore très largement le marché de la bande dessinée et par là influent sur la plus grande partie de la création, pour se concentrer sur l’édition dite indépendante. C’est évidemment ce qu’il connaît le mieux, ayant lui-même, en plus de l’auto-édition qui reste son territoire de plus grande liberté, édité chez 6 Pieds sous terre, Tanibis, feu Bicéphale, The Hoochie Coochie, Rackham ou encore La Cinquième Couche.

Bandes dessinées : Manuel de l’utilisateur © L.L. de Mars / Ab Irato éditions 2019

L.L. de Mars nous présente donc les principaux acteurs de la bande dessinée indépendante en les incarnant dans quelques personnages types. Du libraire soi-disant spécialisé à l’éditeur auto-satisfait en passant par l’auteur exalté et le spécialiste auto-proclamé [2], il fait défiler une galerie de personnages plus vrais que nature. Nous pourrions les croire excessifs ou caricaturaux, mais ils n’ont en fait que cette once d’exagération qui les fait paraître réels.

Le dessinateur se garde bien de nommer qui que ce soit. Non pas qu’il craigne de se créer des inimitiés, ce dont il n’a cure [3], mais parce que ce serait non seulement inutile, mais aussi contre-productif. Cibler tel ou tel ne ferait que détourner le lecteur de l’essentiel, c’est-à-dire la description d’une petite comédie parfois pitoyable, parfois burlesque, qui souvent oublie qu’elle aurait tout à gagner à faire preuve d’humilité et à serrer les rangs pour faire face à l’expansion pour le moment ininterrompue des groupes de l’industrie du divertissement.

L.L de Mars enchaîne ainsi une douzaine de saynètes, ponctuées de pages intercalées dans lesquelles des auteurs s’interpellent d’une fenêtre à une autre. L’ensemble est un peu théâtral. Mais la comédie de mœurs, quand elle est bien menée, vaut toutes les analyses sociologiques. Piquant sans être vulgaire, s’appuyant sur une constante invention langagière, l’auteur privilégie les dialogues sans négliger le dessin, ce qui eût été indélicat de sa part. Notons par exemple la judicieuse idée de remplacer les visages par des sortes de masques ou des trognes irréalistes, ce qui évite le piège des ressemblances tout en rappelant le théâtre populaire tel qu’il était joué dans les rues voici des siècles. Même les corps deviennent parfois fantasmagoriques mais signifiants, comme ceux de ces éditeurs fats et fiers, dont le buste et la tête sont remplacés par de grandes plumes évoquant autant des paons à la parade que des danseuses en représentation aux Folies Bergère.

Où l’auteur se place-t-il lui-même parmi cette troupe ? Il n’a ni la prétention ni l’audace de l’indiquer directement. Sans doute estime-t-il que son œuvre parle pour lui, auquel cas nous ne pourrions lui donner tort. Foisonnante, protéiforme et en constante évolution, elle est le fruit d’un travail opiniâtre, qui fait fi des modes et des conventions. Élaborée sans le souci de toucher un public particulier [4], elle témoigne d’une volonté de créer de nouvelles formes indissociablement de la réflexion sur le fond.

Bandes dessinée : Manuel de l’utilisateur va encore en ce sens, mais il est conseillé de ne point s’y cantonner pour mieux l’apprécier. La mise en perspective avec d’autres travaux du Commandant Charcot de Bruc sur Aff [5] se révèle fructueuse : de la pseudo-bande dessinée pédagogique ricanante, nous passons alors à un tableau des us et coutumes agitant le monde de la bande dessinée indépendante - ou alternative ? - et ainsi, en filigrane, de ses points d’achoppement et des questions qu’il lui faudrait se poser pour continuer d’avancer sans être trop recyclée par les marchands du Temple.

Bandes dessinées : Manuel de l’utilisateur © L.L. de Mars / Ab Irato éditions 2019
Bandes dessinées : Manuel de l’utilisateur © L.L. de Mars / Ab Irato éditions 2019

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Bandes dessinées : Manuel de l’utilisateur - Par L.L. de Mars - Ab Irato éditions - 17 x 26 cm - 90 pages en noir & blanc - couverture souple avec rabats - parution le 26 avril 2019.

Consulter le site de l’auteur & lire quelques pages de l’ouvrage.

Consulter une biblio-disco-filmographie complète et régulièrement mise à jour de L.L. de Mars & visionner la présentation du livre par son auteur.

Lire également sur ActuaBD :
- 15 jours avant la fin du monde - Par LL de Mars - 6 Pieds sous terre éditions
- Le printemps sombre et brillant de L.L. de Mars
- "Tarzan - Seigneur des signes" : une fantaisie de L.L. de Mars

[1Nous reprenons ce termes de Jean-Christophe Menu, dans Plate-bandes, L’Association, 2005, le jugeant fort à propos dans ce contexte.

[2Il se peut d’ailleurs que nous soyons l’un d’entre eux.

[3La preuve par certains textes qu’il a déjà pu faire paraître par ailleurs, notamment sur du9.org.

[4À ce sujet, lire Bande dessinée et grand public du même auteur, Éditions Adverse, janvier 2019.

[5PCCBA, la Principauté du Commandant Charcot de Bruc sur Aff, est l’une des structures d’auto-édition de C. de Trogoff et L.L de Mars.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • C’est le regardeur qui fait l’œuvre mais si le regardeur n’est pas cultivé, difficile pour lui de décoder ce que l’auteur lui propose.
    Alors, oui, depuis quelques décennies, il ne faut jamais dire à quelqu’un qu’il n’est pas cultivé. C’est vexant. Mais quand même, là où certains voient qu’avant Turner, il n’y avait pas de brouillard à Londres d’autres continueront à ne voir que de la peinture poser sur une toile. Comment peut-on comprendre ce qu’est la Bande Dessinée si on ne se pose pas la question de manière métaphysique ?C’est-à-dire, qu’est-ce que c’est que de faire une bande dessinée et comment la lire ?
    LLdM se pose sans cesse ce genre de questions. La preuve, il cherche sans cesse à redéfinir son travail. Peu d’auteurs se posent autant de questions que lui. Cela ne veut pas dire qu’il parvient à y répondre, mais au moins, il a le mérite de se les poser et de tenter d’y répondre.

    Répondre à ce message