Bannister : « "Les Enfants d’ailleurs", c’est un peu "Le Club des Cinq" en BD ! »

21 septembre 2007 0
  • Dans {Les Enfants d’ailleurs}, {{Nykko}} & {{Bannister}} mettent en scène quatre gosses qui découvrent un passage vers un monde parallèle… Prisonniers malgré eux de cet univers, ils doivent retrouver un passage qui leur permettra de retrouver leur vie normale. Nous avons rencontré Bannister, le dessinateur, de cette série d’aventure destinée aux enfants…

Vous avez publié l’année dernière le premier tome des Enfants d’Ailleurs. Quel a été votre parcours jusque là ?

Nous avions publié, mon scénariste et moi-même, le premier album de Félicité Bonaventure en 2004. Malheureusement, les ventes ont été décevantes… Nous avons donc présenté les Enfants d’Ailleurs aux éditions Dupuis, qui ont été immédiatement séduites. Nous voulions réaliser un récit d’aventure, de la même trempe que ceux que nous lisions lorsque l’on était enfant dans le magazine Spirou

Bannister : « "Les Enfants d'ailleurs", c'est un peu "Le Club des Cinq" en BD ! »Pourquoi vous adresser aux enfants ?

Tout simplement parce que ce type d’histoire correspond à mon style graphique. C’est une histoire que j’aurais eu envie de lire durant mon enfance. Nous participons avec cet ouvrage à une réactualisation de la BD pour enfants aux éditions Dupuis. Les Enfants d’Ailleurs contiennent un côté social. Les personnages sont assez étudiés. Ils ont tous vécu une aventure singulière auparavant. Ce qui enrichit l’histoire. De plus, nos héros réagissent en fonction de la manière dont ils ont été élevés.

Vous intervenez dans le scénario ?

Il y a un véritable échange entre Nykko et moi-même, mais je n’interviens pas dans l’écriture. Nous essayons d’arriver à un compromis pour que l’on soit contents du résultat, que ce soit pour le scénario que pour le dessin…

"Les Enfants d’ailleurs" de Nykko & Bannister dans la Collection Punaise
Editions Dupuis

Vous accordez beaucoup d’importance au cadrage…

Effectivement. J’ai grandi avec la bande dessinée franco-belge. Lors de mon adolescence, j’ai lu beaucoup de manga. J’essaie d’introduire, dans mon travail, 80% d’éléments issus de la culture franco-belge et 20% d’efficacité et de narration. J’essaie de récupérer chez les Japonais les aspects les plus intéressants de leur narration pour dynamiser mon dessin. Tout en gardant un graphisme franco-belge, bien entendu…

Les Enfants d’Ailleurs ont intégré Punaise, une collection qui accueille des livres lisibles par des enfants de six ans et plus. Votre histoire n’est-elle pas trop compliquée pour cette tranche d’âge ?

Cette série a été conçue pour les enfants proches de l’adolescence, effectivement. Nous avions prévenu les éditions Dupuis des thèmes abordés et de la trame de l’histoire. Ils nous ont donné le feu vert. Mais dès que l’enfant acquiert un niveau de lecture acceptable, dès sept ou huit ans, il pourra se plonger dans l’album. Il appréciera le livre, mais comprendra sans doute certaines subtilités quelques mois plus tard…

Les enfants apprécieront certains aspects de l’histoire : la franche camaraderie, comment braver l’interdit, etc…

Oui. Les héros de la série sont des enfants, et forment une sorte de Club des cinq en BD. À onze ans, ils sont tous plutôt curieux, et réalisent des choses par opposition. Ils sont surtout doués !

Vous dessinez également de temps à autre pour des éditeurs américains…

En effet, je travaille régulièrement pour une anthologie d’histoires courtes qui s’appelle Flight. J’ai également réalisé le générique d’ouverture du podcast vidéo de Steve Hamaker, un ami, qui est le coloriste de Bone

"Les Enfants d'ailleurs" de Nykko & Bannister. Croquis préparatoires.

Avez-vous d’autres projets ?

Je me concentre sur les Enfants d’ailleurs. Nous allons publier les trois premiers albums en moins de dix-huit mois. Le premier cycle, qui tiendra sur trois albums, se terminera au printemps 2008. La série est planifiée en trois cycles de trois tomes…

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lien vers le site de l’auteur et son blog

Les images sont (c) Bannister, Nykko & Dupuis.
Photo en médaillon (c) Nicolas Anspach

  Un commentaire ?