Barbe Rouge, le plus célèbre pirate de la BD, fait barbe neuve !

27 juillet 2019 7 commentaires
  • Vingt ans après sa disparition au fond d’un gouffre, Dargaud relance les aventures du plus célèbre pirate de la bande dessinée : Barbe-Rouge !

Barbe Rouge, le plus célèbre pirate de la BD, fait barbe neuve !Son nom devait imposer l’effroi sur les sept mers ! Il devint pourtant rapidement le synonyme de l’aventure et de l’évasion pour des générations de lecteurs. Paru dès le premier numéro de Pilote le 29 octobre 1959, Barbe-Rouge entame sa carrière aux côtés d’autres séries (Astérix, Tanguy & Laverdure) qui deviendront le fer de lance de la bande dessinée française. Ses auteurs sont pourtant le plus souvent belges : le scénariste déjà prolifique Jean-Michel Charlier (qui signe également la série qui s’appelle encore Michel Tanguy avec Uderzo, et bientôt Blueberry avec Giraud) et son compère Victor Hubinon.

Complicité, le terme est adapté pour qualifier la relation entre les deux Liégeois. Ils ont réalisé leurs premiers pas ensemble dans l’’agence de Georges Troisfontaines, liégeois comme eux, la World Press, avant de débuter dans Spirou en 1946. Rapidement, leur série Buck Danny impose le tandem comme une des valeurs fortes de Dupuis. Ils ont déjà vingt albums de cette série à leur actif, sans oublier les récits de Jean Mermoz, Tiger Joe, Stanley, des Belles Histoires de l’Oncle Paul et Surcouf avant que Charlier ne décide de participer à l’aventure de Pilote.

Dossier du premier recueil de la nouvelle intégrale

Il a certainement pensé à cette dernière série (Surcouf) en proposant à son compagnon de revenir sur le sujet des pirates et des corsaires [1]. Quoiqu’il en soit, Le Démon des Caraïbes, premier nom de la série, fait fureur ! La fougue et l’intelligence de la construction de Charlier s’accorde parfaitement soin de Victor Hubinon pour un dessin d’un parfait classicisme dont les gréements sont des chefs-d’œuvre de perfection.

La suite est connue : Barbe-Rouge, son fils Éric, le géant Baba et l’éruditunijambiste Triple-Pattes deviennent des images de marque pour Pilote, au point de s’imposer dans la série Astérix en personnages secondaires ! Jusqu’en 1979 et le décès de Victor Hubinon, les deux auteurs réalisent dix-sept albums [2]. Ensuite se succèdent au dessin Jijé, son fils Lorg, Christian Gaty et Patrice Pellerin, ces deux derniers étaient sans doute les premiers dessinateurs franco-belges à travailler simultanément et chacun de leur côté sur la même série.

Le Piège espagnol, avec un des plus savoureux "méchants" de la série...
Barbe-Rouge, par Charlier & Hubinon.

Sacré cliffhanger

Comme l’expliquent très bien les dossiers de l’intégrale de Barbe-Rouge, Ollivier reprend le scénario après le décès de Charlier en 1989. Puis, Marc Bourgne et Christian Perrissin prennent le relais à partir de 1997. Leur approche ne manque pas d’audace car ils transportent nos héros en Amérique du Sud, et rajoutent une nouvelle héroïne, compagne du célèbre pirate. Et la suite ne manque pas de sel non plus car, à la fin de leur deuxième album, Barbe-Rouge tombe au fond d’un gouffre dans les entrailles de Machu Pichu. Puis, dans les deux tomes suivants, la nouvelle équipe laisse planer le suspense concernant le trépas du pirate, en se concentrant le temps d’un diptyque sur la jeunesse de son ex-compagne et sa rencontre avec Barbe-Rouge. Une incursion logique, car elle donne la profondeur nécessaire à la nouvelle héroïne, et s’inscrit dans le travail réalisé par le même scénariste dans La Jeunesse de Barbe-Rouge.

Pourtant, en 2001, Dargaud recentre ses priorités sur d’autres séries, ce que ressentent Bourgne et Perrissin, qui en perdent leur motivation. Finalement, Dargaud décide la même année d’arrêter les deux séries de Barbe-Rouge (la principale et la Jeunesse), tout en laissant aux auteurs le soin de clôturer le diptyque entamé, mais pas d’aller au bout du cycle. Barbe-Rouge est au fond du gouffre, et va y rester quelques années.

Barbe-Rouge, nouvelle intégrale, recueil 12
Perrissin - Bourgne, Dargaud.

Reprise avortée

Étonnamment, c’est le célèbre scénariste Fabien Nury qui tente de sortir Barbe-Rouge de sa léthargie, comme en témoignera plus tard Marc Bourgne. Il écrit un synopsis racontant la "mort" de Barbe-Rouge, ce qui ne serait pas la suite du dernier tome réalisé par Bourgne & Perrissin. Dargaud accepte le script et cherche un dessinateur. Pressentis, Olivier Taduc (Chinaman) décline, et Frédéric Toublanc (Vasco) préfère reprendre Tanguy & Laverdure.

Marc Bourgne
Photo : DR.

Laissons Marc Bourgne lui-même nous raconter la suite de cette épopée éditoriale : « Finalement, Philippe Aymond (Lady S) se déclare intéressé. Son style, un excellent réalisme classique, est dans la parfaite lignée de celui d’Hubinon. Entretemps, Nury est passé à autre chose : il autorise Aymond à développer lui-même son synopsis. Celui-ci a prouvé avec son diptyque Highlands qu’il pouvait maîtriser avec brio le scénario et le dessin d’une série historique, à tel point que Jean Van Hamme confie à lui seul les commandes de "Lady S" à partir du tome 10 de la série. Barbe-Rouge semble donc promis à un beau retour... »

Carloni - Kraehn, Dargaud.

« Mais c’est sans compter sur l’inertie de Dargaud et la très curieuse façon avec laquelle Philippe Charlier gère les séries de son père..., continue l’actuel dessinateur de Michel Vaillant. Aymond attend pendant un an une confirmation de Dargaud. Il finit par interroger l’éditeur qui réagit enfin et contacte Philippe Charlier. Aymond avait annoncé que, du fait de ses séries en cours, son premier "Barbe-Rouge" ne pourrait pas paraître avant 2015. Philippe Charlier, de son côté, déclarait que Barbe-Rouge devait revenir en 2014, et pas après ! Aymond abandonna alors le projet, lassé de ces atermoiements. Et on attend toujours que le Démon des Caraïbes sorte du gouffre dans lequel il a disparu dans "Le Chemin de l’Inca". »

Le Démon ne meurt jamais…

C’est sous ce titre évocateur que débute le dernier article du dernier recueil de l’intégrale de Barbe-Rouge, paru en ce mois de juin. Le rédacteur de son dossier, Brieg Haslé-Le Gall annonce que non seulement une nouvelle équipe reprend la série, mais également que le prochain tome paraître en 2020 ! On doit cette renaissance à l’éditeur, qui a décidé d’investir à nouveau dans le personnage, et a proposé à Jean-Charles Kraehn (Bout d’Homme, Gil St André, Tramp) d’en reprendre le scénario. Quant au dessin, il est assuré par Stefano Carloni, qui nous avait déjà conquis avec Les Savants chez Soleil.

Dans un passionnant entretien, les deux auteurs dévoilent comment ils vont reprendre la série, avec un nouveau diptyque. Dans le premier tome, qui s’intitule Pendu haut et court, on retrouve notre pirate dans une bien fâcheuse posture, comme le démontre cette première planche, qu’on peut retrouver également dans le dernier recueil de l’intégrale.

La première planche de "Pendu haut et court !"
Carloni - Kraehn, Dargaud.

Et que promet J.-C. Kraehn pour ce nouvel album ? « De retrouver un Barbe-Rouge devenu corsaire mais resté pirate dans l’âme, c’est-à-dire libertaire. […] Toujours en quête de l’impossible liberté, il va croiser la route d’un ancien ennemi qui a des comptes à régler avec lui. […] Stefano est à l’unisson de mon texte avec une mise en scène dynamique et des personnages extrêmement vivants. »

Arpès soixante d’ans d’existence, Barbe-Rouge a encore du punch !
Carloni - Kraehn, Dargaud.

Concernant la reprise des personnages, la réaction de Stefano Carloni demeure aussi lucide que mature : « Je pense qu’après Victor Hubinon, chaque auteur a donné sa propre interprétation des personnages originaux, très différentes les uns des autres. J’ai le plus grand respect et la plus grande admiration pour les auteurs qui m’ont précédé. Je n’ai aucune intention de remplacer qui que ce soit. Je suis un adaptateur, les personnages ne m’appartiennent pas, mais j’ai besoin de me les approprier pour faire en sorte de les dessiner de façon naturelle et surtout vivante. […] J’ai essayé de trouver une ressemblance forte avec les personnages originaux, sans perdre ou forcer le style. Cela n’a pas été immédiat : Hubinon avait des codes graphiques extrêmement reconnaissables. Nous allons aussi en découvrir de nouveaux : ceux-là, j’ai eu toute liberté pour les créer. […] Et maintenant, je dois reprendre la mer sur les planches qui me restent à dessiner. Rendez-vous dans "Pendu haut et court" !  »

Quant à nous, nous allons revenir dans quelques jours sur d’autres surprises contenues dans ce dernier recueil de l’intégrale du Démon des Caraïbes !

Eric, le fils de Barbe-Rouge, vu par Stefano Carloni
Carloni - Kraehn, Dargaud.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Le nouveau album ne sera pas la suite du précédant et n’expliquera donc pas comment Barbe Rouge est toujours là (info provenant des nouveaux auteurs qui ne connaissaient pas là fin de cycle prévue, alors que celle-ci est expliquée dans la dernière intégrale !).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Marc Bourgne le 27 juillet à  21:01 :

      Ne pas raconter la suite de nos albums n’est pas notre choix ni celui des nouveaux auteurs, c’est celui de l’éditeur.

      Répondre à ce message

  • La situation et les propos que rapporte Marc Bourgne à mon sujet sont totalement faux, mais cela n’est pas la première fois qu’il me prête des propos qui sont inexactes. Par ailleurs, il semble ignorer que Michèle Hubinon, fille de Victor Hubinon à aussi son mot à dire sur la série Barbe Rouge mais cela aussi n’est pas nouveau. Cela ne retire en rien les talents de Marc Bourgne comme dessinateur de Barbe Rouge.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Marc Bourgne le 29 juillet à  11:23 :

      Je pense, cher Philippe, qu’il y a depuis longtemps, un problème de communication entre les auteurs, Dargaud et les ayant-droits. À la demande des fans de la série, qui ne cessent de m’interroger sur son devenir depuis que Christian Perrissin et moi l’avons arrêtée, j’ai essayé de reconstituer ce devenir à partir d’infos reccueillis auprès de certains des auteurs concernés. Si leurs versions diffèrent de la vôtre, c’est peut-être parce que l’éditeur n’a pas été (volontairement ou non) très clair avec eux sur vos intentions.

      Pouvez-vous rétablir la vérité ? Ça évitera les spéculations erronées.

      Répondre à ce message

  • Bonjour, j’ai une question simple : comment situer, par rapport aux parutions en albums successifs puis en intégrales -que je connais peu- la réédition (Intégrale ?) en 40 albums, proposée par l’éditeur(?) Eaglemoss et vendue par abonnement ?...
    Merci.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 31 juillet à  11:48 :

      Bonjour,

      N’ayant pas été sollicité pour jauger de la qualité de cette intégrale Eaglemoss, je ne peux rien vous dire quant à son contenu (couleurs, censurée ou pas, qualité des dossiers, etc.).

      Je comprends qu’elle rassemble les 35 tomes de la série classique, plus les 5 tomes de la Jeunesse de Barbe-Rouge = 40 en tout. Si vous pouvez mettre la main sur l’un des titres qui ont été récemment complétés ou remis dans leur version d’origine (voir nos précédents articles concernant cette intégrale chez Dargaud), cela vous donnera une idée de la qualité de cette édition.

      N’hésitez alors pas à nous le faire savoir !

      Cordialement

      Répondre à ce message

  • Ayant vu, bien avant la signature de son premier album, des planches de Stefano, je peux vous confirmer qu’il a un grand intérêt depuis longtemps pour les récits maritimes de cette époque… Avec Jean-Charles Kraehn, dont le talent est bien connu, Barbe-Rouge est en de très bonnes mains. Bravo !

    Répondre à ce message