Batwoman Elegy – Par Greg Rucka & J.H. Williams III – DC Comics/Panini Comics

3 octobre 2011 0 commentaire
  • Publié dans Detective Comics après la maxi-série 52, Batwoman plonge dans les aventures ésotériques de Gotham City. Découvrons dès maintenant les npuvelles aventures de la chauve-souris à la chevelure de feu.

Reprenant les épisode de Detective Comics du #854 au #860, nous suivons la suite directe des événements de la série 52. Kate Kane est Batwoman et combat les 13 Crime Convents, une sorte de secte du crime.

L’arrivée à Gotham du nouveau chef de la Religion du Crime pousse Batwoman a savoir pourquoi cette secte s’intéresse tant à elle. Elle est aidée par son père, un militaire de carrière et par d’anciens membres de la Religion du Crime. Cependant, cette traque fait resurgir les douloureux souvenirs de Kate, et surtout celui de sa sœur jumelle.

Batwoman Elegy – Par Greg Rucka & J.H. Williams III – DC Comics/Panini Comics
(C) DC Comics/J.H. Williams III

Greg Rucka nous concocte ici un scénario convenu mais diablement efficace. Ce n’est pas seulement une intrigue policière, mais aussi un retour sur les origines de Kate Kane qui sont ici très bien amenées. Qui plus est, Kate Kane étant plutôt portée sur les amours saphiques, Rucka ne tombe pas dans le fan service niais et montre qu’il est vraiment difficile de combiner une vie de vigilante nocturne et une vie amoureuse normale.

(C) DC Comics/J.H. Williams III

J.H. Williams III administre ici une vraie leçon de mise en page et de découpage. Cependant, à trop en faire, il laisse parfois l’intrigue de côté à trop lisser les figures de ses entrechats graphiques.

(C) DC Comics/J.H. Williams III

Au final, ce fascicule de Batwoman nous offre une très bonne histoire, doublée d’un retour sur les origines pertinent, magistralement illustré par un artiste en grande forme. On pourra regretter qu’il n’y ai pas un petit rappel des événements de la série 52, mais cela reste anecdotique.

Panini a eu la bonne idée de publier ce titre dans nos contrées (mais avec un titre massacré : Élégie pour une ombre...). Les amateurs de VF pourront s’y référer.

(par Antoine Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?