Bienvenue en enfer - Par Pes & Guerra - Delcourt Erotix

6 avril 2015 0 commentaire
  • Comme le précise le sous-titre de cet album, "Une aventure sexy-trash de Magenta", les auteurs de l'héroïne la plus appréciée par les fétichistes passent de l'humour au polar sombre. Réussi ? Pas vraiment...

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore le personnage de Magenta, sachez qu’elle a été créée, avec sa copine Lucrèce, par les italiens Pes & Guerra. Après avoir sévi dans Bédé’Adult, Dynamite proposa trois premiers petits fascicules brochés. Sur un ton humoristique et décalé, Magenta et Lucrèce mènent des enquêtes pleines de bas noirs, de talons aiguilles, et de sexe…

Delcourt sentit tout le potentiel de ces récits portant le fétichisme au pinacle, et reprit la série en 2011, pour sortir deux albums de 144 pages, mais toujours dans un format proche du poche. C’est dans leur prolongation que le même éditeur vient de publier, toujours dans sa collection Erotix, Bienvenue en Enfer.

Bienvenue en enfer - Par Pes & Guerra - Delcourt Erotix

Les lecteurs de la première heure seront certainement surpris par l’ambiance violente et sérieuse de ce récit : si Magenta est toujours en bas et gants noirs, elle assassine froidement un amant dès la seconde page, avant de recevoir une mission de la part d’un mystérieux groupe de commanditaires. Elle doit foncer, culotte baissée, dans la maison d’un sénateur, et y découvre ce qui s’y déroule...

En comparaison des premiers épisodes parus précédemment en français, le dessin est toujours soigné, mais le visage de Magenta semble de temps en temps approximatif. Le découpage est parfois trop rapide, ce qui provoque quelques incompréhensions. Malheureusement, le propos est d’une grande violence gratuite, ce qui ne lui confère aucune crédibilité. L’humour est presque absent, malgré quelques faibles tentatives. Et alors que d’autres héroïnes telle que Stella ou Fiona avaient compris qu’il fallait parfois allier fétichisme et soumission avec un brin de faiblesse, ce qui pouvait les rendre attirantes malgré l’incongruité de certaines situations, la froideur de Magenta laisse souvent le lecteur de marbre. Enfin, le passage au grand format n’est pas suffisamment exploité, avec trop de pages qui ne contiennent que deux-trois cases, un découpage adapté pour le format de poche, mais trop faible pour un album "standard".

La première édition, parue en 2002 en Italie

Pourquoi toutes ces approximations, alors que les derniers albums semblaient si aboutis dans leur style ? Tout simplement parce que Bienvenue en enfer est la réédition du premier album de Magenta, paru en italien sous le titre Invitation to Hell, resté inédit en français jusqu’à présent. Même si Nik Guerra explique qu’il a "revu et corrigé" ce premier jet de Magenta, le résultat est bien éloigné des attentes de son public, principalement au niveau du scénario et des dialogues.

Les amateurs de Magenta ne devront donc pas s’offusquer du tournant brusque pris par la série, cela ne devrait être que temporaire. Il ne gâche en rien les poses acrobatiques de l’héroïne pour dévoiler ses charmes gainés de nylon. Quant aux amateurs qui aurait boudé les albums en petit format, s’ils se laissent entraîner par le graphisme de Guerra, ils pourront rapidement continuer leur découverte avec les autres volumes déjà disponibles !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Des mêmes auteurs et avec la même héroïne, lire nos articles Erotix contre-attaque ! et la chronique du tome 3 paru chez Dynamite

  Un commentaire ?