Bisou, le pari "girly" de Delcourt

5 avril 2013 53 commentaires
  • Un "féminin pop, frais et décomplexé", telle se décrit Bisou, la nouvelle revue que lance aujourd'hui Guy Delcourt, surfant sur une tendance "girly" qui s'installe de plus en plus sur le marché de la bande dessinée en France.

Alors que le kiosque est de plus en plus encombré et en crise en raison des grèves à répétition chez Presstalis, Delcourt continue de déployer sa présence en presse en lançant le bimestriel Bisou à 100.000 exemplaires.

Pour ce nouveau titre, il s’appuie sur un transfuge de Casterman, Anaïs Vanel, qui y avait lancé Fluide G en compagnie de Guillaume Prieur, lui aussi membre de cette nouvelle équipe.

Bisou, le pari "girly" de Delcourt
Anaïs Vanel
Photo : DR

La cible de ce nouveau titre ? Le public féminin. Un projet de magazine qui s’accompagne d’un label BD : "Tapas :-*".

Son programme ? "De la mode accessible et branchée, des dossiers d’actualité, de la beauté ludique, des interviews décalées, de la contre-culture, de la psycho amusante..." et, bien entendu, de la bande dessinée.

"Parce qu’il n’existait aucun féminin assez fou pour nous surprendre et parce qu’on avait envie d’un magazine qui sort du déterminisme idiot qui veut que l’on soit belle OU intelligente, drôle OU sérieuse, naïve OU sexy, immature OU chiante, BISOU est né" écrit Anaïs Vanel dans son édito.

Quand on feuillette le magazine, on est dans un vrai féminin : publicité abondante, accessoires de mode, considérations sur les roux, rubrique fashion, horoscope fun et sac offert à tout abonnement. Au rayon BD, on remarque notamment les signatures de Diglee, Leslie Plée, Roxy Lapassade, Margaux Motin...

La BD investit le féminin ou le contraire, telle semble être la ligne éditoriale des éditions Delcourt qui se sont rarement trompées dans leurs choix jusqu’ici.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En kiosque à partir du 4 avril 2013

 
Participez à la discussion
53 Messages :
  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    5 avril 2013 10:52, par Roucas

    http://fr.calameo.com/read/002225378c59403f28902

    Je reste sans voix... Comment en est on tombé si bas ?!?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Geraud le 5 avril 2013 à  13:04 :

      Salut,
      C’est effectivement tout à fait affligeant. Je suis attéré...
      Et cette remarque en fin d’article :

      La BD investit le féminin ou le contraire

      Me laisse perplexe (pour rester sobre) : Ah bon, c’est ça, "le féminin" ? Faut croire alors que toutes les filles ou femmes que je fréquente n’ont rien de "féminin". Et c’est tant mieux.

      Par ailleurs, que devient "Fluide.G" ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Yo le 6 avril 2013 à  16:52 :

        Moi c’est plutôt la phrase "(les)éditions Delcourt qui se sont rarement trompées dans leurs choix jusqu’ici" qui me laisse perplexe...

        Répondre à ce message

    • Répondu par Claude le 6 avril 2013 à  08:59 :

      ARGGGHH, quel est ce truc ??? c’est sponsorisé la par fédération des ophtalmos ?

      Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    5 avril 2013 13:54, par Polo

    Il va falloir arrêter avec l’adjectif "décomplexé", maintenant...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gill le 6 avril 2013 à  18:11 :

      Vous avez raison. Il vaut mieux rester "complexés".

      Mais complexés par quoi, en définitive ?

      Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    5 avril 2013 14:48, par jony

    " de la contre-culture " hihihi !!!!
    Hou ça fait du bien de rire un bon coup.

    Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    5 avril 2013 15:01, par Johan sans Pirlouit

    C’est dans la continuité de la presse féminine qui prend vraiment les femmes pour des imbéciles.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 5 avril 2013 à  16:27 :

      qui prend vraiment les femmes pour des imbéciles

      et du coup-forcement- ça marche.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 avril 2013 à  01:47 :

        qui prend vraiment les femmes pour des imbéciles

        et du coup-forcement- ça marche.

        Vous dites par là que les femmes sont nécessairement des imbéciles, bravo, quelle justesse d’esprit.

        Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    5 avril 2013 17:20, par Alexandra

    Incroyable comme la BD, repère de vieux puceaux misogynes, hurle au viol quand des femmes pointent leur nez. De quoi ont-ils peur ? De passer pour de vieux ringards ? Mais ils le sont, femme ou pas. Ce magazine ne changera rien, si ce n’est l’image que ces otakus du pauvre ont d’eux-mêmes, ce qui n’est peut-être pas un mal. Passé un certain âge messieurs, il serait bon de surveiller sa surcharge, le gras de ses cheveux, sa mauvaise haleine et la manie d’ennuyer les dessinateurs pour avoir des gribouillis dans des albums illustrés, c’est un peu maigre comme vie sociale, il n’y a pas que youporn dans la vie. Inutile de s’en prendre aux femmes par flemme d’affronter le mépris que vous avez de vous-même.

    Longue vie au magazine Bisou !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gill le 5 avril 2013 à  19:16 :

      C’est amusant de voir une réaction féminine à ce rejet, qui n’y voit que du sexisme pur et simple.

      Alors que ce que je vois, moi homme, à ces réactions, c’est un "pseudo-féminisme-intellectualisé" qui se voudrait progressiste et défenseur de la cause des femmes... mais qui ne fait que leur interdire (par les mots et le doigt tendu) de s’éclater dans l’humour, l’auto-dérision et un entre-soi libérateur !

      Des gens qui disent pousser les femmes à se libérer... mais qui leur enjoignent de réprimer tout ce qui pourrait leur faire plaisir et les délasser un peu.

      Comme si on n’avait le droit d’être une femme moderne que par l’intellect et l’intégration à un moule unisexe (qui se trouve être régenté par le sexe masculin), forcément de haute tenue intellectuelle (les hommes se préservant le droit d’aimer Libé ET Playboy, Le Monde ET l’Equipe) !

      J’ai toujours été sidéré par ces gens tellement intelligents (ou snobs) qu’ils s’estiment en droit de stigmatiser ceux qui ont le malheur de ne pas avoir les mêmes goûts qu’eux, de ne pas avoir les mêmes opinions politiques qu’eux, de ne pas avoir les mêmes prétentions culturelles qu’eux. La preuve-même d’une intelligence de façade qui nie par les faits ce qu’elle prétend défendre.

      Et ces hommes, plus "féministes" que les femmes elles-mêmes, en font partie.

      Confondant !

      Répondre à ce message

    • Répondu par jony le 5 avril 2013 à  19:18 :

      A vous lire on comprend en effet que vous devez être le cœur de cible du magazine...

      J’aime bien les bisous, mais avec une haleine de pet, pitié, non. Joan Baez revient !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 avril 2013 à  01:48 :

        J’aime bien les bisous, mais avec une haleine de pet, pitié, non. Joan Baez revient !

        Je ne parierai pas sur l’haleine de Joan Baez, actuellement...

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 avril 2013 à  02:49 :

          Vous avez tort, super performance (sous la pluie !) à la Fête de l’Huma il y a deux ans. Belle énergie, voix intacte.

          ... Mais il est probable que les lecteurs (et en attendant, les rédacteurs) de Bisou se soucieront avant tout de son haleine, priorités, valeurs, tout ça...

          Répondre à ce message

    • Répondu par Geraud le 5 avril 2013 à  19:56 :

      Ah bon.

      Si l’on vous suit bien, la BD "est un repère de vieux puceaux misogynes", des "vieux rigards", à "mauvaise haleine et cheveux gras" , "fanas de youporn" et emplis de "mépris pour eux-mêmes".

      Rien oublié ? (zoophiles, décérébrés, assassins, mécréants...)

      Il semblerait finalement que ce... euh... "journal" (sic) ait trouvé son public.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 avril 2013 à  01:50 :

        Si l’on vous suit bien, la BD "est un repère de vieux puceaux misogynes", des "vieux rigards", à "mauvaise haleine et cheveux gras" , "fanas de youporn" et emplis de "mépris pour eux-mêmes".

        Quand on jette un œil lors des festivals, c’est malheureusement l’image que ça renvoie.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 avril 2013 à  00:58 :

          Les visiteurs des salons BD renvoient l’image de fans de porno ? Ah booon ! Mais que n’organise-on des salons du porno à la place ? Ce serait moins biaisé ! (Avec un i. Si si)

          Par ailleurs, reprocher la fréquentation (fantasmée, il est vrai) du porno quand on s’affiche comme sexuellement décomplexé(e), c’est s’exposer au risque d’être moyennement pris(e) au sérieux ;)

          Répondre à ce message

    • Répondu le 5 avril 2013 à  21:13 :

      Étonnant que la modération du site ai validé ce commentaire 100% insulte, 0% argument ; Alexandra, j’espère sincèrement que vous n’êtes représentative ni des femmes dans la bande dessinée, ni de manière plus générale. Sincèrement. Pour tout dire, j’hésite à vous répondre tant votre commentaire ressemble à une mauvaise parodie injurieuse...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Yoko le 5 avril 2013 à  22:18 :

      Il n’y a pas que les hommes qui lisent de la BD vous vous égarez là et en tant que femme je peux vous dire que la misogynie se trouve bel et bien dans ce magazine ! Consternant...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 5 avril 2013 à  23:45 :

      Alexandra, vous travaillez pour Delcourt ? Quand vous parlez de "vieux puceaux misogynes, hurle au viol quand des femmes pointent leur nez.", admettons à la rigueur... mais avez vous déjà entendu parler de Ah Nana, premier trimestriel BD féminin ?

      Là, il n’y a pas photo, dans le cas de "Bisou" (prolongation du sinistre Fluide Glamour), la BD est à la portion congrue, et réduite à l’expression bloguesque de ses jeunes représentantes, en quête de pré-publication. Ce type de publication peut plaire aux adeptes de "Jeune et Jolie", pour ma part, je m’abstiendrai.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 avril 2013 à  01:46 :

        Ce type de publication peut plaire aux adeptes de "Jeune et Jolie", pour ma part, je m’abstiendrai.

        Vous n’êtes absolument pas la cible M Dartay. Ce n’est pas parce qu’on aime la bd qu’il faut aimer TOUTE la bd. areil pour le cinéma ou la littérature, il en faut pour tous les goûts, tous les âges.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 6 avril 2013 à  03:14 :

          "Cible"... Soupir.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 6 avril 2013 à  15:40 :

            Et oui, cible. La cible de Tintin et spirou c’était les garçons, les boy-scouts, la cible d’Aggie c’était les filles, la cible des Elvifrance c’était les trouffions et les célibataires. Il y a toujours eu des ciblages de clientèle/lectorat dans la BD, que ça vous déplaise ou non.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 6 avril 2013 à  21:38 :

              Double négation. Et intention supposée, car je n’en ai rien dit... Aussi supposée que les cibles dont vous faites état d’ailleurs ; j’ai connu bon nombre de nanas fans de Spirou et Tintin, peut-être même davantage que de garçons sur ce dernier. Décalage entre l’intention et la réception, pour autant je devrai me plier à ce ciblage ? Ha ! Je connais aussi des filles qui collectionnent les Elvifrance parce que ça les fait mourir de rire, et un pote qui kiffe Bécassine ou Aggie. Préjuger d’un public et de ses intensions est un jeu très hasardeux, l’avenir nous dira ce qu’il en est pour Bisou ; sur ce, je vous fais un gros smack.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 9 avril 2013 à  03:56 :

                Elle est très bien cette double négation "que ça vous déplaise ou non", comme la bd girly vous déplait,c’est la meilleure formulation.

                Répondre à ce message

    • Répondu par Roucas le 6 avril 2013 à  00:10 :

      Non non Alexandra, promis juré, c’est affligeant !

      Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 6 avril 2013 à  01:59 :

      En tout cas merci à "roucas" pour le lien qui m’a fait découvrir le contenu de ce magazine. Et, Alexandra, vous confondez dans votre diatribe discriminatoire : passé un certain âge on a pas le cheveu gras, mais sec. Je vous souhaite bonne lecture toutefois, c’est sans aucun doute un magazine qui vous ressemble.

      Répondre à ce message

    • Répondu par François Lejeune le 6 avril 2013 à  21:30 :

      Merci à Alexandra pour son intervention, et honte à tous les hommes qui, par la manière dont ils ont réagi, prouve qu’elle a raison. Cela se sent le rance, à vous lire, messieurs. Honte pour moi, car je suis aussi un "monsieur". Et bonne chance à Bisou (que je n’achèterai sans doute jamais, je ne suis pas trop dans la cible, même si j’aime les bisous !).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 avril 2013 à  02:51 :

        Et si vous nous disiez PRÉCIEUSEMENT ce qui sent le rance ? Parce que les injures gratuites ça va cinq minutes et CA, ça sent vraiment le rance !

        Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    6 avril 2013 13:48, par zizidane

    Donc une femme a comme centre d’intérêt : le bâton de rouge à lèvre, le string et le sac Fashion et aime Margaux Motin parce qu’elle parle de baton de rouge à lèvre, de string et de sac fashion ...
    OK OK.
    En fait une femme c’est un peu la continuité d’une petite fille qui joue aux barbie. Une femme c’est quelqu’un qui ne voit que par le rose flashy et dont les lectures se limitent au mieux par Marc lévy mais surtout par les horoscopes .

    La vache, ça bosse bien chez Delcourt. Bravo les gars !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gill le 6 avril 2013 à  18:02 :

      Là, la réponse habituelle des femmes serait :

      "UNE femme, ça n’existe pas : il y a DES femmes. De toutes sortes. Des femmes qui vomissent le GIRLY et des femmes qui adorent le GIRLY, des femmes hyper-féministes et des femmes qui le sont sans excès, des femmes qui auraient honte d’être vues en train de lire un magazine féminin et des femmes qui se les refilent entre copines"

      Delcourt (du moins je l’imagine) ne s’adresse donc pas à toutes les femmes, mais à celles qui pourraient être amusées par un magazine féminin traditionnel se révélant plus amusant, plus graphique, moins vieillot, plus complice (et faisant travailler des dessinatrices douées).

      Et la réaction la plus intelligente que vous pourriez avoir serait de promouvoir dans ces commentaires le meilleur concurrent de ce magazine. Pour démontrer qu’il existe une autre forme de revues apprécié par les femmes. Un magazine anti-mode, anti-sexiste, anti-pub, anti-commercial, voire anti-futilités, anti-blogs-girly, anti-magazines-féminins... Un magazine lu par les femmes de vos rêves.

      Là au moins, vous respecteriez la liberté de choix, la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté démocratique. Celle qui s’exprime dans la multiplicité et qui craint la pensée unique.

      Ce qui est bien votre credo, n’est-ce pas ? ;)

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 avril 2013 à  21:40 :

        Il existe, et s’appelle Causette. On peut aussi promouvoir des magazine qui ne prétendent pas s’adresser pas à un sexe en particulier, ce qui n’me parait pas être une mauvaise approche.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Nath le 6 avril 2013 à  23:40 :

        Là, la réponse habituelle des femmes serait :

        C’est bien les mecs ça. Se croire autorisé à répondre à la place des femmes. On n’est plus au XXe siècle les mecs, va falloir apprendre à s’écraser un peu. Eh oui il y a une presse féminine, et alors, on vient pas vous emm... avec vos magazines de tunning, de culturisme, de bimbos à poil et autres conneries, alors lâchez-nous.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 avril 2013 à  02:58 :

          Je suis absolument persuadé que tous les gens qui interviennent dans cette discussion sont de fervents consommateurs de magazines de tuning, de culturisme, de bimbos à poil etc...

          (Ironie, si si)

          Ce ne sont pas les lectrices potentielles qui sont remises en cause ici, mais les intentions de l’équipe éditoriale. Arrêter de parler à la place des filles ? Ha mais ! Je suis TOUT A FAIT convaincu qu’il n’y aucun mec dans l’équipe éditoriale, tout comme les articles de 20 Ans (que j’ai lu, dingue non) n’ont jamais été écrits par de vieux briscards de 40 berges et plus :-)

          (Voir plus haut)

          Répondre à ce message

        • Répondu par Gill le 7 avril 2013 à  11:17 :

          « Là, la réponse habituelle des femmes serait » :
          C’est bien les mecs ça. Se croire autorisé à répondre à la place des femmes.

          Hé oui : à cliché, cliché et demi ! ;)

          J’ai voulu faire de l’humour en donnant une réponse "genrée" pour défendre un magazine "genré"... qui lui-même joue sur les clichés, que ce soit à bras le corps ou à contre-pied. D’ailleurs, ses chroniques jouent souvent sur ces généralisations qui irritent tant certaines personnes, et en amusent beaucoup d’autres (hommes ou femmes ;).

          Quoiqu’il en soit, ce débat aura permis de citer les alternatives à BISOU pour celles (et ceux) qui n’aiment pas cette presse :

          - AH NANA ! : Ancêtre des magazines de BD pour filles, vaincu par la censure de l’époque.

          - CAUSETTE : « Avec une diffusion de 116 000 exemplaires, ce mensuel féminin et féministe a gagné son pari. Sur le fond et sur le ton, avec une ligne résolument "plus féminine du cerveau que du capiton ". »
          (Le Monde)

          - BISOU : bimestriel féminin "pop, frais et décomplexé", dont le premier numéro, tiré à 100 000 exemplaires, paraît le 4 avril en kiosque, pour 3,95 euros.

          Et qui donnera du travail à plein d’auteurs(es) talentueux(ses), en remplacement (si j’ai bien compris) de "Fluide G" (là, il pourrait y avoir un débat intéressant : "réussit-on mieux lorsqu’on se positionne comme un magazine féminin traditionnel, ou lorsqu’on essaie d’étendre au féminin un magazine satirique existant ?").

          Et vive la diversité de la Presse !

          Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    6 avril 2013 16:55, par Pierre

    Quelqu’un ici a-t-il lu la preview avant de dire n’importe quoi ?
    http://fr.calameo.com/read/002225378c59403f28902
    Ce magazine est très rigolo, les rubriques sont déconnantes voire trash, on s’y marre bien plus qu’en lisant Fluide Glacial actuellement par exemple.

    Répondre à ce message

    • Répondu par jony le 6 avril 2013 à  20:29 :

      Précisément, Pierre, Précisément.
      On l’a lu...

      Et force est de constater que le capitalisme spectaculaire à encore accoucher d’une daube fumante comme il sait si bien le faire. Avec toute la frime pseudo contre culturelle qui va avec, cerise sur le caca.

      ...Je vais relire Corto en Sibérie...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Rik Le Rouge le 6 avril 2013 à  21:41 :

        "Capitalisme spectaculaire"... "en Sibérie"... Je vois... encore un vieux coco ^^

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 avril 2013 à  02:59 :

          "Encore un vieux coco"... Je vois... Encore un vieux réac ^^

          Répondre à ce message

      • Répondu par Pierre le 6 avril 2013 à  21:44 :

        Précisément, Pierre, Précisément. On l’a lu...

        Ce "on" montre bien que vous ne l’avez pas lu, sinon vous auriez écrit "je l’ai lu". Avec ce "on" vous partez du principe que tous les commentateurs ici l’ont lu, ce qui n’est manifestement pas le cas. Ils ne l’ont pas plus lu que vous, mais c’est habituel dans les commentaires d’Actuabd : "on" critique mais "on" va pas se fatiguer à lire ou connaitre ce qu’il est tellement facile de descendre en flammes, histoire d’avoir l’impression d’exister un peu.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 avril 2013 à  02:46 :

          Bon. Et sur quoi repose cette affirmation que la plupart des commentateurs ne l’auraient pas lu, sachant que le lien vers le PDF figure deux fois dans les commentaires en question, y compris en première position et qu’une belle couleur bleue le fait ressortir ? (A titre personnel je l’avais même lu avant, un pote m’avait filé le lien)

          Parce que là le lien de cause à effet "Vous dites "On", c’est donc que VOUS NE L’AVEZ PAS LU !!!" m’échappe totalement.

          Faut-il vous citer les intitulés des articles (non pitié pas ça !) pour vous prouvez qu’on l’a lu et ainsi poursuivre sereinement cette discussion ? :)

          Répondre à ce message

        • Répondu par Geraud le 7 avril 2013 à  08:47 :

          Je confirme : "on" l’a bien lu, et "on" n’est pas loin de le regretter.
          Vous pouvez apprécier ce genre de littérature, Pierre, mais par pitié, admettez qu’il soit possible de la trouver atterrante.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Lilly dans la cabine le 14 avril 2013 à  16:40 :

            Bon, moi je suis une femme et je suis assez d’accord avec ces commentaires. Cette revue m’a donné le vertige. On peut faire des articles parodiques ou marrants sans pour autant faire dans la superficialité. Dans le cinéma Chaplin et Moniccelli, les Monty Python ont montré qu’il était possible de faire des films comiques mais avec un regard critique sur la société et parfois aborder des vrais questions. Ici il n’y a rien de rien ! Cette revue suggère que nous sommes conformistes et superficielles. C’est un peu comme les concours Miss France, ces productions viennent donner une image très négative des femmes, comme éloignées des préoccupations des hommes, alors qu’à la base nous nous posons les mêmes interrogations dans la vie je pense...

            Répondre à ce message

  • Pourquoi faut-il qu’il y ait, dès qu’un article est consacré de près ou de loin à des auteures des cohortes de misogynes déchainés qui viennent cracher leur mépris des femmes. Sous tous ces articles, Actuabd a des relents fétides de vestiaires, comme si la bd devait rester un truc d’hommes et qu’ils avaient peur qu’on vienne brouter leur pré-carré.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Geraud le 7 avril 2013 à  15:35 :

      Pourquoi faut-il qu’il y ait, dès qu’une série de commentaires est consacrée à une publication quelle qu’elle soit, des cohortes d’intervenants déchaînés soutenant que ces commentaires ne concernent pas la publication elle-même mais sont dues au seul état civil des auteur(e)s ?

      Soyons clair : Je me fiche totalement de la catégorie sociale, civile, politique ou que sais-je encore des auteurs de cette revue. C’est bien le CONTENU que je critique.

      N’est-ce pas cela, le sexisme dont vous parlez : à vous lire, cette revue EST bonne, c’est un postulat. Et si l’on pense le contraire, c’est qu’on est misogyne.

      Quel argument...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit le 7 avril 2013 à  19:42 :

      Le problème n’est pas liè à leur féminité, pour preuve d’autres auteures comme Bretecher, Goetzinger ou Mirallès n’ont jamais essuyé ce genre de critiques ! Il me semble d’ailleurs que les pages BD sont minoritaires, noyées sous un fatras de rédactionnel superficiel (pour ne pas dire niais). Je remarque la revue est abondamment diffusée en maisons de la presse, et que les kiosques ont été généreusement fournies en affichettes de promo. Reste à savoir si à 3,90 euros (prix bas pour une revue de BD, mais élevé pour une revue féminine), la revue s’imposera sur la durée.

      Personnellement, je conseillerai à Guy Delcourt d’étudier le lancement d’un journal consacré principalement aux programmes télé (avec quelques pages de BD à la fin), au sport (après accord avec Bamboo), à l’érotisme (photos de nanas à poil, avec quelques BD choisies par Bernière entre deux séances photos. Là-aussi, le public potentiel est important ! Bien plus que celui de son Pavillon rouge !!

      Répondre à ce message

    • Répondu le 7 avril 2013 à  22:36 :

      C’est quoi Papier] ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 8 avril 2013 à  23:44 :

      Quand les prêchi-prêcha des lanceurs d’anathèmes se révèlent dans toute leur fatuité : la défense du consumérisme sous couvert de pluralisme (Pepsi ou Coca ?). On fait feu de tout bois, prêt à sacrifier l’égalitarisme face à la énième percée du corporatisme d’intérêts. Avez-vous fait un black-out total sur la présentantion des marques dans cette revue, ou pour vous c’est maintenant complètement normal, digéré et "ne- m’embêtez-plus-on-passe-à-autre-chose" ? Mais vous choisissez néanmoins de défendre la médiocrité et de stigmatiser les intervenants. Bravo, vous revenez en 2ème semaine.

      Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    10 avril 2013 16:20, par Al bambino

    "Parce qu’il n’existait aucun féminin assez fou pour nous surprendre et parce qu’on avait envie d’un magazine qui sort du déterminisme idiot qui veut que l’on soit belle OU intelligente, drôle OU sérieuse, naïve OU sexy, immature OU chiante, BISOU est né"

    Cet édito incantatoire sent un peu le moi-je-sais, mais j’invite la rédactrice et son équipe à feuilleter Causette : www.causette.fr ça leur évitera peut-être de passer pour des quiches !

    Après, un nouveau magazine, woué, youpi, mais franchement celui-là, hé ben il est pas très beau et pas très intéressant ! Désolé !

    Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    10 avril 2013 23:59

    Ma femme l’a acheté, je l’ai entendu rire plusieurs fois en le lisant. Le contrat semble rempli.

    Répondre à ce message

  • Bisou, le pari "girly" de Delcourt
    3 octobre 2013 00:30

    C’est déja fini BISOU ? On ne le trouve plus, mon marchand me dit que ce n’est plus sur ses listings.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 octobre 2013 à  15:53 :

      Oui, d’après leur compte twitter...
      2 numéros + 1 hors série et basta.
      Indépendamment du contenu, ça n’avait aucune chance dans ces conditions.

      Répondre à ce message