Bleach T.57 - Par Tite Kubo (trad. Anne-Sophie Thévenon) - Glénat

10 mars 2014 0 commentaire
  • C'est la débâcle totale du côté de la Soul Society. Il est donc temps pour le Capitaine Yamamoto d'entrer dans l'arène. Voilà un des meilleurs volumes de Bleach depuis bien longtemps. Bankai!

Bleach fut longtemps l’un des trois piliers du Weekly Shonen Jump, aux côtés de Naruto et de l’indétrônable One Piece. Le manga de Tite Kubo fait partie de la vague de shonen nekketsu fleuve qui ont instauré cette tendance à produire de très longs récits, parfois inutilement étirés.

C’est ce qui fut d’ailleurs souvent reproché à Bleach : des arcs narratifs interminables marqués par des avancées scénaristiques faméliques et ponctués de combats sans fin, parfois vains. À la fin de la longue bataille contre Aizen, Tite Kubo tenta de relancer complètement l’intrigue en introduisant de nouveaux personnages, de nouveaux enjeux : las, le succès ne fut pas au rendez-vous et survint l’annonce, il y a deux ans au Japon, du dernier arc narratif de la série consacré à un ancien ennemi des Shinigami, les Quincy.

Bleach T.57 - Par Tite Kubo (trad. Anne-Sophie Thévenon) - Glénat
Zaraki vient également se frotter à Yhwach, roi des Quincy
© Kubo / Shueisha / Glénat

Pour autant, Bleach a de tout temps fondé son succès sur le traitement de ses personnages,classieux et poseurs, voués à révéler d’étonnants pouvoirs lors de terribles affrontements, reprenant en cela en partie la recette appliquée par Masami Kurumada dans Saint Seiya. Avec, comme avantage par rapport à son illustre ainé, un dessin nettement plus agréable et élégant : Tite Kubo est actuellement considéré comme l’un des meilleurs dessinateurs dans le monde du manga, du moins en ce qui concerne les personnages, son intérêt pour les décors étant manifestement très limité.

Les Shinigami, dont fait partie le héros, Ichigo, sont des guerriers spirituels chargés de conduire les âmes des morts vers la Soul Society et de protéger les humains des âmes les plus torturées, devenues des Hollows. Les Quincy sont eux des humains dotés de capacités qui leur permettent de détruire ces mêmes Hollows, ce qui perturbe la balance des âmes. Une guerre opposa des siècles auparavant Shinigamis et Quincy, les premiers l’emportant sur les seconds. Aujourd’hui, pourvus de nouveaux pouvoirs, ces derniers viennent prendre leur revanche.

Une planche de calligraphie pour illustrer la puissance de Yamamoto
© Kubo / Shueisha / Glénat
Un visage sans pitié
© Kubo / Shueisha / Glénat

Nous en sommes donc là au tome 57 : les Sternritters, l’élite des Quincy, mènent un assaut contre la Soul Society, volant leur bankai - la manifestation la plus puissante des pouvoirs des shinigamis - à leurs adversaires, les laissant entièrement démunis. Il faut donc que Yamamoto, général commandant l’ensemble des Shinigami, intervienne avec la ferme intention de stopper net cette attaque et de tuer Yhwach, le général ennemi.

Ce volume est bien l’un des meilleurs de la série depuis longtemps en ce qu’il concrétise enfin une promesse faite au lecteur il y a près de 50 tomes : découvrir le bankai de celui présenté comme le plus puissant des personnages introduits. Presque tout le volume est ainsi consacré à la mise en scène de Yamamoto pour un résultat assez jubilatoire.

Si tant est que la longueur de la série n’ait pas épuisé la patience des lecteurs, voilà donc un volume qui ravira les fans de la série. Et pour ceux qui auraient décroché, on ne saurait trop leur recommander de plonger dans ce volume tant la démonstration du vieux capitaine impressionne et ravit.

Enfin, le bankai tant attendu du Capitaine Yamamoto
© Kubo / Shueisha / Glénat

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Bleach T57, "Out of Bloom". Par Tite Kubo. Traduction Anne-Sophie Thévenon. Glénat, collection Shônen. Sortie le 5 mars 2014. 192 pages. 6,90 euros.

Commander ce livre chez Amazon ouà la FNAC

  Un commentaire ?