Blue Heaven - T1&T2 - Tsutomu Takahashi - Génération Comics

25 juillet 2005 0 BD d’Asie par François Peneaud
  • Le principe d'un groupe de personnes confrontés au danger dans un espace confiné n'est pas nouveau. Il est pourtant ici utilisé de façon à la fois intelligente et - malheureusement - réaliste.

Le Blue Heaven (litt. "Paradis bleu") est un paquebot dernière génération, qui emporte plus de 1.200 personnes pour sa croisière inaugurale. Personne n’imagine les conséquences du sauvetage des deux survivants d’un petit navire naufragé en pleine mer...
L’un des survivants révèle bientôt que l’autre est un assassin sans scrupule, et l’incrédulité fait vite place à l’inquiétude. Celle des personnages, et celle du lecteur, qui comprend que cet ange de la mort est en fait l’exemple parfait de l’amoral pour qui la vie humaine n’a aucun prix.

Tsutomu Takahashi a l’intelligence de camper rapidement quelques personnages réalistes et crédibles : Natsukawa, une jeune femme engagée dans les relations publics du vaisseau, Sano, un ancien flic reconverti dans la sécurité, un couple de touristes japonais un peu ridicules au premier abord, etc. Ceux-ci permettent évidemment l’identificaton du lecteur, et renforcent le côté iconique des personnages plus extrêmes et relativement monolithiques : Li Cheng Long, l’assassin, mais aussi un très riche personnage défiguré dont le fils Garuf, qui s’avère aussi dangeureux que le naufragé, est la figure presque méta-humaine de celui qui possède tout et ne voit l’humanité que comme son terrain de jeu personnel.
Sont alors en place les protagonistes d’un jeu cruel, dans lequel on voit Garuf utiliser pour le pur plaisir le racisme et la stigmatisation envers un groupe (l’assassin est asiatique, donc tous les asiatiques...), alors que Li Cheng Long, dont l’histoire personnelle est finalement dévoilée dans toute son horreur, semble se prendre d’affection pour Natsukawa - mais nulle trace de bluette ici, bien au contraire.

La grande réussite de l’auteur nous semble être dans sa capacité à réunir rythme très dynamique, scènes d’action glaçantes (les conséquences de la violence ne sont pas du tout dissimulées) et interrogations sur ce qui fait l’être humain, le lien social sans lequel nous ne sommes que des animaux intelligents.

Mis en scène d’un trait expressif qui participe de la densité des pages et de la création d’une ambiance psychologique prenante, Blue Heaven est un excellent thriller qui ne s’arrête pas à la surface des choses.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire un extrait.

Le troisième et dernier volume est prévu pour octobre 2005.