Bo Doï n°106 : toujours vert ?

26 mars 2007 0 commentaire
  • Le numéro d'avril annonce carrément la couleur : vert. Faut-il voir dans cette affirmation un positionnement dans le contexte électoral français ou une occasion de rassurer les lecteurs sur la bonne santé éditoriale du journal?

Alors encore vert , Bo Doï ? Le magazine joue-t-il volontairement sur les mots ?
Nous nous sommes déjà fait ici l’écho des remous qui agitent la rédaction depuis quelques temps. Néanmoins, ce dernier numéro témoigne d’une bonne santé, tant sur le plan de la forme que sur celui du contenu, et ne semble, pour l’instant, guère affecté par les changements annoncés.

Profitant du contexte préélectoral, le magazine de "Toute la Bande Dessinée" a choisi le vert pour nous rappeler qu’un bon nombre d’auteurs s’est souvent soucié d’environnement. Qu’il s’agisse de Franquin pour les plus anciens, ou de Léo avec Les Mondes d’Aldébaran (présenté dans un dossier de cinq pages), certains auteurs ont depuis bien longtemps emprunté les voies de l’écologie militante (comme Reiser), prédictive (comme dans les aventures de Valérian), ou parfois irrévérencieuse. C’est d’ailleurs l’angle choisi par Ratte qui, avec Toxic planet, illustre ce propos dans deux épisodes à paraître chez Paquet et qui fait l’objet d’un article dans le journal.

Si ce numéro fait la part belle à l’écologie, on n’y oublie pas pour autant l’actualité du moment : c’est aussi l’occasion de rencontres savoureuses avec Bilal ( le quatrième tome du Monstre qui sort ces jours-ci) ou Michel Plessix (avec le second tome du Vent dans les sables) sans oublier Boucq, Fane et Jim, qui prennent leur distance par rapport à leur célèbre Joe Bar Team.

Du côté des séries, le second épisode de Malefosse joue davantage sur une ambiance de gris coloré que de vert, mais le rythme et le dynamisme du récit nous rassurent sur la bonne santé de la série : vert et fringant, à coup sûr, Gunter, le héros, semble dans le ton !
Le troisième épisode du Complexe du Chimpanzé, débouche sur une conclusion provisoire. Cette série ambitieuse et de grande qualité graphique séduira autant les passionnés d’astronautique que les amateurs d’aventures et de SF. La sortie du premier des trois albums est annoncée chez Dargaud pour avril.
La nouveauté du mois s’appuie sur un scénario de Desberg dessiné par Henri Reculé, pour un récit qui utilise des aller et retour entre l’antiquité et les aventures très contemporaines d’un groupe d’archéologues. L’histoire commence par l’enquête menée par une séduisante jeune scientifique à propos de la mort mystérieuse d’un brillant avocat romain. Comment résoudre une énigme deux mille ans après les faits ?

Un numéro assez traditionnel comme on les aime, mais bourré comme à son habitude d’infos de toutes sortes.
La nécessité de trouver un second souffle semble toutefois assez indiscutable, et c’est pourquoi les lecteurs et amis de la revue sont invités sur le blog du journal à s’exprimer, proposer, critiquer, afin de contribuer à la mutation de celui-ci. À vos idées et vos claviers !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Bo Doî n°106 en kiosque dès le 23 mars .

  Un commentaire ?