Bo Doï n°117 : Les héros ne sont pas fatigués !

21 avril 2008 0 commentaire
  • Si l'on en croit le contenu de ce numéro d'avril, la fonction de héros de BD est pleine d'avenir!

Les héros ne meurent pas mais ils survivent souvent à leurs auteurs, la question est de savoir comment et sous quelle forme.

A l’occasion de la sortie du dernier opus de Blake et Mortimer, BoDoï relance le débat en sollicitant quelques personnalités qui, on s’en doute, n’ont pas tous le même point de vue sur la question : de Thierry Culliford (les Schtroumpfs) à Claude Saint Vincent , directeur de Media Participations ou Anne Goscinny. Cette dernière résume assez bien l’enjeu : quel équilibre trouver entre les attentes des uns (les lecteurs, mais pas seulement !) et les droits des autres (les héritiers, les éditeurs et d’autres ), poser la question, ce n’est évidemment pas répondre de manière univoque.

Bien que très souvent bousculés et malmenés, les héros de la série Donjon ne sont manifestement, eux, pas près de raccrocher ; c’est du moins ce qu’on peut comprendre dans les propos de leur auteurs. Dix ans après sa création la série protéiforme initiée par Sfar et Trondheim tient toujours le cap et la relève, nous dit-on, est assurée !

Spirou repris par Émile Bravo ne semble pas montrer de signe de fatigue lui non plus. Dans le long entretien accordé à Laurence Le Saux, le dessinateur se dévoile encore un peu plus, une rencontre agréable et sans faux semblant.

Dans son souci de renouvèlement, le magazine a initié la publication d’histoires courtes ; c’est bien souvent l’occasion de nous présenter de nouveaux auteurs au talent très prometteur, c’est encore le cas ce mois-ci. À travers ses chroniques aigres douces rassemblées sous le générique Mon gras et moi (à paraître en juin chez Diantre) nous découvrons l’univers très personnel de Gally, une jeune femme à l’humour coup de poing assez ravageur.

Du côté des séries en prépublication, le magazine mérite aussi le détour par la présentation de deux histoires qui retiennent l’attention dont Ewen, fable mêlant Héroic Fantasy et conte fantastique de Arinouchkine et Oger dont le graphisme somptueux et précis accompagne un récit haletant et de plus en plus convaincant.

Avec Commando Colonial, nous retrouvons le duo du très remarqué Biotope, polar SF et écolo paru chez Dargaud, mais cette fois dans une histoire au contexte historique fort et précis : la résistance gaulliste pendant la Seconde Guerre mondiale sur l’île de Madagascar... Presque un sujet de thèse ! Brüno et Appollo nous entraînent ici dans une aventure exigeante, historique mais captivante en associant petite et grande histoire avec une redoutable efficacité. Une nouvelle série qui ne devrait pas laisser indifférent !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Bo Doï n°117 en vente jusqu’à la fin du mois au prix de 6,50 €

  Un commentaire ?