"Bolchoi Arena, une épopée spatiale pas si virtuelle

28 novembre 2018 0 commentaire
  • Qualifier "Bolchoi Arena" de "BD ovni" semblerait facile, en considérant sa thématique d'exploration planétaire. Pourtant, Boulet et Aseyn empruntent un chemin innovant, mêlant science, jeu vidéo et chronique sociale.

Et si vous pouviez être qui vous voulez ? Partir explorer le cosmos dans un monde virtuel tellement convaincant qu’il paraît réel ? Ce rêve est devenu possible dans un futur proche : le Bolchoi, réseau mondial de réalité virtuelle, a remplacé Internet et pris le dessus sur le monde réel. Réplique parfaite de notre univers, il a relancé l’exploration spatiale car c’est aussi un immense simulateur pour les technologies futures.

Marje, étudiante en astrophysique, a longtemps hésité avant d’y faire ses premiers pas. Initiée par son amie Dana, elle développe des talents cachés et devient rapidement une personnalité remarquée. Pourtant, en s’impliquant dans le Bolchoi, Marje va consacrer moins de temps à ses études et à son petit ami. Elle va donc progressivement découvrir les limites du Bolchoi et du réel…

Le grand public connaît Boulet pour ses Notes ou le roman graphique La Page blanche réalisé avec Pénélope Bagieu. En forçant le trait, on pourrait dire que Bolchoi Arena est un savant mélange des deux.

De ses Notes, on retrouve la passion scientifique, ici appliquée à la vie quotidienne sur les planètes de notre système solaire et les voyages spatiaux. Boulet dépasse largement ces concepts en mettant en scène cette étudiante en astrophysique qui se laisse prendre au jeu.

"Bolchoi Arena, une épopée spatiale pas si virtuelle

En soignant sa première séquence, Boulet crée un lien direct entre le lecteur et son héroïne. Dès lors, on se passionne pour ses explorations... ainsi que sa vie quotidienne hors du Bolchoi ! En effet, Boulet met l’accent sur l’aspect addictif du jeu, tout en soulignant son intérêt, tant social que sur le développement personnel et scientifique.

Nungesseur
© Fred Bernard & Aseyn - Casterman, 2015.

Tout aussi surprenant, la fulgurante progression d’Aseyn lui permet d’illustrer cet album en modifiant encore son graphisme. On avait suivi son travail via l’aventure numérique des Autres Gens, son album du Palais des glaces et surtout sa fabuleuse biographie de Nungesser.

Ce parcours ne laissait pas présager le style à mi-chemin entre manga et européen qu’il a adopté pour Bolchoi Arena. Aseyn met la finesse de son trait au service du récit. En fonction de la planche, il multiplie les détails pour apporter de la crédibilité, ou minimise la mise en scène pour se focaliser sur les sentiments de son héroïne. Allié au dynamisme soigné des séquences spatiales, chaque page apporte son lot de surprises, entraînant le lecteur dans des paysages insoupçonnés.

Sans bénéficier d’une réelle "intrigue" (pas de monstres sortant d’une dimension parallèle pour éradiquer la race humaine), Bolchoi Arena propose une passionnante et instructive immersion dans l’univers du jeu et des ses applications futures. Les 160 pages de ce premier tome se lisent d’une traite, et le cliffhanger final laisse présager un second tome tout aussi passionnant.

Une série qui fait donc preuve d’une belle innovation, et apporte une touche "grand public" à la sélection du FIBD 2019.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Dans le même "univers", lire le concept des Notes de Boulet, ainsi que la chronique des tomes 1, 2, 5, 7 et 9.

A propos d’Aseyn, lire :
- L’aventure numérique des Autres Gens,
- Le Palais des glaces
- Nungesser avec Fred Bernard

Illustrations (sauf mention) : © Éditions Delcourt, 2018 – Boulet, Aseyn.

  Un commentaire ?