Newsletter ActuaBD

Boncornards têtes-de-lard ! - Les Années Spoutnik, 4 - Baru - Casterman

  • Avec ce quatrième titre des "Années Spoutnik", Baru clôture sa chronique d'une petite cité ouvrière du Nord de la France, à la fin des années 50, vue au travers les aventures des bandes d'enfants de la région. Commencée à l'époque du lancement du satellite Spoutnik dans l'espace, elle se termine dans l'émotion, avec la fermeture de l'usine qui cimentait toutes les relations sociales et les activités de la région. Le cycle se termine, le Nord commence sa descente aux enfers. Mais ça, c'est une autre histoire.

Sainte-Claire, 1957. La tension monte parmi les mêmes de la cité face à leurs homologues de Comborne, là-bas sur le plateau. Une fois encore, on va s’affronter pour le contrôle et l’usage du "kippe", l’immense terril qui marque la frontière entre les deux territoires - et le terrain de jeu préféré de tous les enfants du secteur. Sainte-Clairiens, tête-ce-chien contre Bonconards têtes-de-lard ! En lisière de cette compétition enfantine, acharnée mais sans haine, ce sont pourtant d’autres conflits, autrement plus lourds d’enjeux, qui vont peu à peu prendre le pas sur les émotions de l’enfance : la violence du conflit algérien vient rôder jusque sous les fenêtres de la petite cité ouvrière, et dans l’usine toute proche, la grève avec occupation des locaux vient d’être déclenchée...

A l’occasion de la sortie de ce quatrième tome, les Editions Casterman éditent un coffret regroupant les quatre volumes, accompagné d’un dossier spécial de 16 pages intitulé "Et pendant ce temps-là". Il contient des croquis et des anecdotes sur les années 50 dessinées par Mattotti, Igort, jean-Claude Denis, Munoz, Ferrandez, Juillard et Rochette.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

D’un côté, il y a l’enfance, avec ses petits et grands bonheurs, ses petites et ses grandes conneries, son insouciance et ses problèmes que ne comprennent pas les grands. De l’autre, il y a la société qui évolue et qui les écrasera peut-être un jour, avec ce contraste entre le monde technologique, symbolisé par la conquête de l’espace qui démarre vraiment ces années-là, et les conditions de vie des habitants du Nord de la France. Il n’y a rien de larmoyant ni de nostalgique, pourtant, dans cette brillante chronique de Baru. Au contraire, on rit beaucoup, grâce au pittoresque des personnages, enfants comme adultes, et au grotesque de certaines situations qui font inévitablement penser à "La Guerre des Boutons". Mais la tendresse et l’émotion sont bien présentes, particulièrement dans cet ultime tome.

Lire un extrait

 
Newsletter ActuaBD