Presse & Fanzines

Bonne Ambiance magazine : Journal d’un curé de camping - par David Snug - La petite maison dans l’imprimerie

Par Louis GROULT le 22 octobre 2022                      Lien  
David Snug le prolifique est de retour avec le deuxième numéro du fanzine Bonne Ambiance magazine intitulé : Journal d'un curé de camping. En quelques mots et une couverture farfelue, le ton est donné. Petit rappel de l'aventure de David Snug avec le fanzine : Alors qu'il est invité à un salon du fanzine, il se rend compte qu'il n'en a jamais publié. Ni une, ni deux, David Snug sort son premier fanzine et quelques mois plus tard le second : Journal d'un curé de camping.

Bonne Ambiance magazine : Journal d'un curé de camping - par David Snug - La petite maison dans l'imprimerie

Ce fanzine est une compilation de strips publiés sur son compte instagram @davidsnug et c’est toujours aussi politique et drôle. Ce qui saute aux yeux quand on lit David Snug, c’est qu’il a trouvé la forme parfaite pour illustrer son propos. Le dessin est simple et reconnaissable, il y a d’ailleurs une page hilarante sur le fait de tout dessiner en perspective cavalière. Ce gain de temps permet à Snug de dessiner vite et d’être donc toujours dans l’actualité. Ce trait est aussi parfait pour faire de la satire, c’est de cette distorsion entre notre monde et le dessin que vient l’humour si particulier de l’auteur. Finalement, c’est un peu de la chronique d’humeur mise en image. Un mix entre la chronique radio et le dessin satirique à la Charlie Hebdo.

On sait ce que l’on attend d’une bande dessinée de David Snug et l’on devient vite accro. Au final, son œuvre est presque un manifeste politique ou plutôt un manifeste de déconstruction de la politique traditionnelle. Snug met toujours le doigt là où ça fait mal sans se soucier de l’avis des lecteurs. C’est encore plus le cas en auto-édition même si cette liberté politique totale se ressent aussi chez ses éditeurs comme Nada ou Même pas mal. Ça fait du bien de lire de la bande dessinée aussi libre, de la bande dessinée qui passe d’une critique de la figure de Jean-Luc Mélanchon à un strip sur les fait d’avoir les oreilles bouchées. C’est l’illustration parfaite de l’expression, passer du coq à l’âne.

(par Louis GROULT)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

PAR Louis GROULT  
A LIRE AUSSI  
Presse & Fanzines  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD