Brune Platine : Mon sang est plus noir que le vôtre - Par Lisa Mandel & Marion Mousse - KSTR

6 mai 2013 17
  • Un duo de détectives qui pourrait bien connaître d'autres aventures, avec une recherche en paternité au cœur des terres balkaniques. La fantaisie et la maitrise scénaristique de Lisa Mandel font mouche une fois de plus.

Retrouver son père, demande classique. Mais d’où vient cette étrange cicatrice dans le cou ? Pour le duo de détectives Brune Platine, voilà une affaire intrigante.

Même si l’instinct de Brune la pousse à renoncer, Platine, sa plantureuse associée dit oui au mystère, et surtout à la liasse de billets. Très vite, la piste mène en Herzéguie, où ce papa fuyant serait médecin, après avoir fréquenté l’armée française...

À l’image de son album Esthétique et filatures, Lisa Mandel mêle trame policière et éléments sociaux, sentimentaux, et même érotiques. La surprise déboule toutes les deux planches, et sa galerie de personnages compose un petit monde loufoque et attachant, où la débrouille croise le fer avec les grands principes.

Brune Platine : Mon sang est plus noir que le vôtre - Par Lisa Mandel & Marion Mousse - KSTR
© Casterman 2013/Lisa Mandel, Marion Mousse

Si le propos s’intéresse de près aux amours et angoisses féminines, le personnage de la fille en quête de père évite habilement le déjà-vu, tout en apportant des éléments de thriller. Le dessin très girly de Marion Mousse n’est certes pas fédérateur, mais s’y acclimater n’a rien d’un effort, tant le charme de ce récit vous prend par la main.

Si prochains épisodes il y a, bonne nouvelle ce sera...

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
17 Messages :
  • "Le dessin très girly de Marion Mousse" J’avoue que je ne saisis plus très bien ce qui pousse à qualifier ainsi un style ni en quoi ce dessin est "girly" pas plus d’ailleurs que je ne vois en quoi il ne serait pas fédérateur.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pic le 6 mai 2013 à  11:34 :

      Entièrement d’accord : ce style est un mixte de clarté et de lisibilité poétique, avec plus de relief qu’un Avril ou Dupuy/Berbérian et on peut - ce qui est toujours énervant pour l’auteur - y trouver des apparentements célèbres : Stanislas, Bruno Heitz, voire Meulen. Trois mecs.

      Pas évident que vous l’eussiez qualifié de "girly" si vous n’en aviez pas connu les signatures...

      En résumé, je trouve ce style fédérateur et on est loin du style gnan-gnan qualifiable de "girly" (comme par exemple le chevalier P. B.)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Thierry le 6 mai 2013 à  16:14 :

        Pas évident que vous l’eussiez qualifié de "girly" si vous n’en aviez pas connu les signatures...

        Mais Marion est un homme, donc votre argumentaire tombe à plat (Marion était le vrai prénom de John Wayne, le saviez-vous ?).

        Répondre à ce message

    • Répondu par Brian Addav le 6 mai 2013 à  12:13 :

      On est en droit de se dire que si Marion s’était prénommé Robert, l’adjectif "girly" ne serait jamais apparu dans la conversation :)

      (On va préciser pour ceux qui l’ignorent encore que Marion Mousse est un garçon...)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Pic le 8 mai 2013 à  15:05 :

        Oui, je l’ignorais !-)

        Mais alors pourquoi utiliser "girly" ?

        C’est totalement déplacé et sexiste, alors ?
        On m’aurait encore menti ?

        Répondre à ce message

    • Répondu par lebon le 6 mai 2013 à  13:12 :

      La couverture est d’une grande laideur et totalement rebutante.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 mai 2013 à  15:09 :

        Vous êtes d’une remarquable constance dans le commentaire sans intérêt et sans analyse. À croire que vous êtes incapable de raisonner... Si vous n’avez pas les capacités intellectuelles pour émettre autre chose qu’un avis sommaire en moins d’une ligne ayez au moins la décence de commencer votre phrase par "Je trouve que..."

        Répondre à ce message

        • Répondu par lebon le 6 mai 2013 à  19:05 :

          J’ai bien lu les remarques que vous m’adressez, je vous en remercie et je vous informe que je n’en tiendrai pas compte ni maintenant, ni à l’avenir. Je vous remercie également d’avoir bien noté que je m’insurge avec constance contre les apôtres du politiquement correcte (comme vous par exemple) qui tentent de limiter la liberté de s’exprimer ou "d’artistes" qui essayent de nous faire avaler la soupe du marketing à la mode, pour une durée de 6 mois.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 6 mai 2013 à  21:56 :

            Vous ne vous exprimez pas : vous écrivez un commentaire hargneux à la va-vite pour la validation de votre égo. Je n’ai jamais cru une seconde que vous suivriez mes conseils de modération. Je continuerais à dénoncer la veulerie de vos interventions lapidaires.

            Répondre à ce message

            • Répondu par lebon le 7 mai 2013 à  12:55 :

              J’exprime une évidence partagée par beaucoup d’autres, je le crois. Si je vais droit à l’essentiel, c’est que la médiocrité graphique de cette couverture m’y incite. Quand on sait l’importance qu’a une couverture dans le succès d’un livre... Ceci étant dit, que vous deveniez mon contradicteur me réjouit d’avance, car je considère que confronter son avis à celui d’un autre est toujours intéressant.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 8 mai 2013 à  01:00 :

                Vous vous donnez une importance que vous n’avez pas. "L’évidence partagée par beaucoup d’autres" ne l’est que par vous dans ces commentaires. Et je ne suis pas votre camarade de jeux, je dénonce la veulerie de vos commentaires expéditifs dénués de tout raisonnements. Point final.

                Répondre à ce message

                • Répondu par lebon le 8 mai 2013 à  18:40 :

                  Vous ne voulez pas débattre avec moi. Qu’est ce que je vais devenir ?
                  Permettez-moi de vous dire juste une chose, être qualifié de veule par un courageux anomnyme, ça ne manque pas de culot ! Une toute belle soirée à vous . Olivier lebon (Bruxelles.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 8 mai 2013 à  23:18 :

                    Olivier lebon (Bruxelles.

                    ’connais pas...

                    Répondre à ce message

                  • Répondu par Pic le 9 mai 2013 à  11:39 :

                    Vous avez raison, Olivier.

                    Tant sur l’anonymat que sur la "banalité de la bêtise hargneuse" que l’on trouve sur ces forums... Ainsi qu’au "grand courage de l’esprit d’escalier derrière son clavier".

                    Je ne vise pas spécialement votre contradicteur qui semble avoir un ressentiment ancien à votre égard.

                    Je pense que votre jugement à l’emporte-pièce (j’aime-j’aime pas) a sa place ici, d’autant plus qu’il s’agit d’une couverture et non d’un problème de fond comme l’affaire de Tintin au Congo. Donc pas forcement besoin de "raisonnement" : une couverture de livre déclenche (houpa) une réaction réflexe et donc - pourquoi pas - un commentaire réflexe comme le votre.(Et pour ce qui est de cette couv’, elle ne me charme pas non plus mais m’intéresse. Je pense que le choix du lettrage ne l’aide pas : trop banal et déjà vu dans son affichage "violence et malaise")

                    Par ailleurs, concernant le terme "girly", je continue de penser qu’il est à bannir, du moins dans l’usage péjoratif qu’il endosse. Il ne faut pas encourager ça : utilisez plutôt "mièvre" par exemple s’il vous plait monsieur le journaliste si viril et un peu misogyne... (quand bien même "toute ma démonstration s’écroulerait" parce que Marion est un garçon. En tant que garçon, une autre vieille baderne, un prof d’art en Allemagne, a cru me vexer quand j’avais 16 ans en qualifiant mon dessin de "dessin de fille". Je lui ai ri au nez.)

                    Et sinon, je sais d’où vient John Wayne, pourquoi Hollywood l’a remarqué et aussi ce qui a provoqué sa mort.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 9 mai 2013 à  22:47 :

                      Merci de ne m’avoir pas stigmatisé dans votre réponse. Vous semblez peu familier du contenu des messages de lebon, faits de généralités censées exprimer un avis général. J’appelais à une relativisation, que les goûts exprimés en ces lieux lui sont -jusqu’à preuve du contraire- exclusivement personnels. Ce que l’intervenant refuse d’admettre, se cachant sous les généralisations. Que m’importe son nom, son pseudo... je n’utilise pas mon anonymat pour critiquer des oeuvres -jamais ! Un peu facile aussi de dénigrer de tout bloc le désir d’anonymat sur un site qui le permet. À court d’arguments c’est en tout cas un moyen prouvé pour dénigrer les propos de son opposant. Et puis l’anonymat c’est aussi une idée, pas seulement un moyen de s’en tirer à bon compte -c’est un peu comme ceux qui disent "si tu votes pas t’as pas le droit de te plaindre". Réminiscence des bacs à sable... Et le commentateur a pu signer de son nom (qu’en sais-je ?), il aurait pu le faire d’un pseudo ou anonymement, le contenu de ses messages restent toutefois immuable, ancré dans une mauvaise foi où le commentateur interpelle une majorité inexistante, parle pour un lectorat qui reste à définir et se fait représentant de "beaucoup" (???). Votre coeur était certainement à la bonne place mais là vous vous êtes probablement fourvoyé dans votre combat.

                      Répondre à ce message

  • Brune Platine : le girly est à la mode
    8 mai 2013 22:46, par Geoffroy

    La bd girly est tellement à la mode que des dessinateurs males prennent des pseudos féminins pour etre édités. Jusqu’où va-t-on ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par pic le 12 mai 2013 à  20:31 :

      Hey, Geoffroy, tu savais pas que John Wayne avait un prénom de gonzesse ?

      (mdr, voir les notes précédentes, Marion était le vrai prénom de ce riche oisif athlétique repéré parmi des beautifull people dans un stade de Californie et qui est mort des suites d’ingestions de poussières radioactives d’une terre de couleur tellement belle que les studios en avaient fait apporter des camions entiers pour le tournage d’un film de guerre à la con !-)

      Répondre à ce message