Bruno Gazzotti (Seuls, Soda) : "Le dessin n’est qu’une succession de tricheries"

16 juillet 2010 3 commentaires
  • Avec son scénariste {{Fabien Vehlmann}}, {{Bruno Gazzotti}} vient de boucler le premier cycle de {Seuls}. Les auteurs nous avaient promis de nous révéler la raison de la disparition des adultes. Ils tiennent leur promesse relançant l’intérêt des lecteurs après ces premiers albums, qui font à présent office de mise en place d’un univers fantastique riche et irrationnel.

Bruno Gazzotti (<i>Seuls</i>, <i>Soda</i>) : "Le dessin n'est qu'une succession de tricheries"Vous envisagiez cette fin de cycle depuis longtemps ?

Depuis le premier album de Seuls ! Nous nous sommes amusés à glisser des indices çà et là concernant la raison pour laquelle nos personnages se retrouvent dans ce monde parallèle. Nous connaissions cette fin dès le début. Notre éditeur nous a demandé de ne pas trop traîner à la dévoiler afin de ne pas impatienter le lecteur.

Avez-vous l’impression que les enfants ont accrochés ?

Nous avons eu quelques échos. Ils ont été surpris. Cet univers les fait « tripper ». Ils ont envie d’en savoir plus. Cette série leur parle réellement. Fabien et moi-même, sommes très fiers d’être parvenus à ce qu’ils accrochent à Seuls.

Vos cinq personnages sont à présent "immortels". Il n’y a plus tellement de surprise à attendre dans le prochain cycle, vu qu’ils peuvent « renaître »…

Immortel ? Peut-être, ou peut-être pas ! Nous avons des idées jusqu’au quinzième album, et je peux vous assurer que nous avons des pistes intéressantes. Il y a encore de nombreux éléments qui demandent une réponse dans le prochain cycle.

Intervenez-vous dans le scénario ?

Cela m’arrive. Je donne surtout des idées visuelles à Fabien. Fabien écrit une histoire très personnelle qui me convient parfaitement. Je ne pense pas qu’il se force à adapter ce récit pour qu’il me convienne mieux. Son travail est sincère.

Extrait du T5 de "Seuls".

Sur votre blog, vous dévoilez que vous réalisiez certains décors en 3D.

Oui. J’aime réaliser ce genre de travail pour les décors ou les autres éléments que je vais réutiliser par la suite. J’ai aussi modélisé le bus que l’on voit dans la série et certaines voitures. Autrefois, certains auteurs faisaient des maquettes. Aujourd’hui, on fait plutôt de la 3D pour mieux choisir l’angle de vue idéal, ou pour ne pas oublier certains détails lors de l’utilisation continue du décor. C’est simplement une aide documentaire pour le dessin. Je pourrais m’en passer, mais la modélisation est devenue un plaisir et une pratique qui m’aide dans mon travail. Pourquoi s’en priver et perdre du temps inutilement à redessiner tous ces décors sous des angles différents ? Il n’y a aucune tricherie, vu que j’invente les décors et les dessine pour les modéliser. Quoique, si l’on réfléchit, le dessin n’est qu’une succession de tricheries. Regardez-moi, est-ce que vous apercevez un trait qui détoure mon corps ? Non, bien sûr, il n’y a pas de trait noir autour de moi. Le dessin ne représente donc pas la réalité. Et puis, un dessinateur peut tricher dans ses choix de cadrage. Le dessin n’est que de la triche… pour mieux faire passer une histoire.

Les animaux ont un rôle important dans cette série. Ils vous passionnent ?

Il n’y a pas d’adultes dans Seuls. Les animaux accentuent l’aspect dramatique de l’histoire. Ils sont, pour la plupart sauvages, et sont donc dangereux pour les enfants. Fabien tenait à les inclure dans le récit, d’autant plus qu’ils ont une raison d’y être.

En fait, j’ai horreur de dessiner des animaux (Rires). Fabien m’a fait dessiner un tigre, un requin et un cochon dans le cinquième album. Je n’ai pas l’habitude d’en dessiner. Il n’y avait que très peu d’animaux dans Soda. C’est donc avec une certaine appréhension que je les mets en scène.

Vous vous sentez plus à votre aise dans la représentation de décors urbains ?

Non, pas du tout ! Il m’est naturel et facile de dessiner des personnages humains. Pour le reste, cela me demande beaucoup plus d’effort.

Extrait du T5 de "Seuls".

N’éprouvez-vous pas une lassitude par rapport aux décors. J’imagine que vous en aviez fait de nombreux lorsque vous étiez assistant de Tome et Janry sur Le Petit Spirou.

Non. Je réalisé des crayonnés complets pour le Petit Spirou. Janry encrait le crayonné. J’ai également travaillé sur quelques planches de Spirou à Moscou en collaborant avec Janry de la même manière. Soda était une série plus urbaine et, pendant quinze ans, je n’ai dessiné que très peu d’animaux. On a forcément plus de facilité à reproduire le type de décor sur lesquels on a le plus travaillé. Le rhinocéros apparaît très tôt dans la série. Je l’ai dessiné plusieurs fois, et je suis à présent capable de le représenter à la main levée. Pour le tigre, j’hésite encore. En fait, c’est plus une question de travail, d’étude et de réflexion pour comprendre comment l’animal bouge. Les grands auteurs animaliers, comme René Hausman, par exemple, savent intuitivement comment le squelette et les muscles des animaux s’articulent lorsqu’ils sont en mouvement.

J’aimerais vous poser cette question, hélas devenue rituelle. À quand le retour de Soda ?

J’attends des pages découpées depuis des années. J’ai signé un contrat pour trois autres albums de Soda. Je reste le dessinateur de cette série, d’autant plus que j’ai envie de réaliser ces albums. Le jour où je recevrai des pages scénarisée par Philippe Tome, je m’y mettrai immédiatement. La série existe depuis les années 1980. Le dernier tome est paru en 2005. Ce serait bien que cela bouge un peu, surtout qu’il y a projet d’adaptation cinématographique de Soda qui semble aboutir. En attendant, je travaille sur le prochain cycle de Seuls, qui ferra cinq albums, ainsi que sur d’autres projets. J’ai travaillé sur un projet d’aventure de Spirou et Fantasio pour la collection qui accueille des one-shot de différents auteurs. Mais malheureusement, ce projet n’a pas abouti.

Seuls est la série que Fabien et moi-même aurions aimé lire quand nous étions enfants ! Nous nous éclatons à la réaliser. Dans le dernier album, il y a de nombreuses références à des films que nous avons appréciés lorsque nous étions enfants. Je songe à Délivrance, de John Boorman qui raconte l’histoire de quatre amis qui se font attaquer lorsqu’ils naviguent en canoë sur des rapides. Nous n’avons pas pensé à ce film lorsque nous travaillions sur cette BD. Par contre, il y a aussi quelques références volontaires à L’Odysée de l’espace et La Planète des singes.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Lire les chroniques de Seuls : T1, T2, T4, T5.

Lire des interviews de
- Bruno Gazzotti : "Je préfère que l’on me parle de l’histoire de ‘Seuls’ que de mon dessin !" (mai 2008)
- Fabien Vehlmann (où il évoque Seuls) : "Nous recentrerons Spirou et Fantasio sur l’aventure et l’humour (avril 2009)

Lien vers les blogs de Bruno Gazzotti et de Fabien Vehlmann

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Photo : (c) Nicolas Anspach
Illustrations : (c) Gazzotti, Vehlmann & Dupuis

 
Participez à la discussion
3 Messages :