Bruxelles : dans les coulisses de "Gagner la guerre"

20 novembre 2019 0 commentaire
  • Belle exposition croisée à Bruxelles, dédiée à Xavier Besse, David Morancho et Frédéric Genêt. L'occasion de s'intéresser à l'exceptionnelle adaptation que ce dernier a réalisée de "Gagner la guerre", le best-seller de Jean-Philippe Jaworski..
Bruxelles : dans les coulisses de "Gagner la guerre"
Xavier Besse - Illustration

Si vous êtes de passage à Bruxelles, l’exposition de la galerie "Passerelle Louise" mérite le détour. Anciennement dénommée "Ziggourat", cet espace d’exposition va fêter prochainement ses cinq ans. On y organise régulièrement d’intéressants accrochages dont le dernier en date, soutenu par les la ville, propose un passionnant regard croisé entre trois artistes originaux.

On y trouve d’une part Xavier Besse qui s’est illustré avec la Trilogie chinoise qu’il vient de terminer sur un scénario d’Alcante & LF Bollée : Lao Wei. Planches en noir et blanc et couleurs côtoient les illustrations dépaysantes où l’on découvre la Chine du XIXe siècle

Laowai T3 - Besse, Alcante & Bollée
David Morancho - Illustration

D’autre part, dans une ambiance de Sixties américaines, le thriller Sara Lone dont la fin de la tétralogie a marqué le chant du cygne de Sandawe trouve lui aussi le chemin des cimaises. La série scénarisée par Erik Arnoux a été auréolée de nombreux prix et fait elle aussi plaisir à voir grâce aux illustrations réalisées par son dessinateur David Morancho, dans l’esprit de l’art-book qu’il avait également réalisé chez l’éditeur participatif. La finesse de son travail à l’aquarelle participe pleinement à son charme.

David Morancho - Sara Lone - Illustration : Station Texaco

Le retour de Frédéric Genêt à la bande dessinée

Frédéric Genêt

Le troisième auteur à avoir accepté l’invitation de la galerie n’est pas non plus un inconnu pour nos lecteurs, car il est notamment le dessinateur de Mygala et de la fameuse série de japon médiéval édité chez Soleil : Samurai. Ce retour inattendu nous poussa à lui demander ce qui l’avait poussé à s’éloigner plusieurs années de la bande dessinée : « Après onze tomes réalisés avec Jean-François Di Gorgio, j’ai commencé à me sentir à l’étroit dans la bande dessinée, nous a expliqué l’auteur. J’avais le sentiment d’être contraint par la taille des cases et l’aspect narratif du dessin parce que je mettais justement la priorité sur la narration, au dépend de la qualité graphique. Je me suis donc tourné progressivement vers l’illustration, où l’on peut choisir le meilleur moment d’un récit ou d’un concept, et consacrer le temps nécessaire à une seule image, ce qui commençait à me manquer avec la BD où l’on a une obligation de rentabilité. Je ressentais le réel besoin de changer d’air... »

La couverture couleur du tome 2 de "Gagner la Guerre"

Frédéric Genêt fait pourtant un fracassant retour à la BD avec Gagner la guerre : "une brillante aventure de cape et d’épée mêlée de machinations politiques au scénario tendu et aux dessins éblouissants", écrivions-nous. Un retour d’autant plus remarqué que Frédéric Genêt adaptait alors la nouvelle de l’écrivain Jean-Philippe Jaworski, une référence en la matière.

L’auteur nous explique ce brusque retour de flammes : « Dans mes carnets, j’avais depuis longtemps un projet de Fantasy, un genre que j’ai toujours apprécié depuis mon enfance, avec "Le Livre dont vous êtes le héros, Warhammer, HeroQuest", et le reste, bref mon univers de prédilection. Et en vacances, je suis tombé sous le charme du roman "Gagner la guerre" de Jean-Philippe Jaworski, qui rassemblait tout ce que j’appréciais. Selon moi, une bonne façon de remettre le pied dans la bande dessinée après près de trois ans d’illustration, était un one-shot. Et pourquoi pas l’adaptation de la nouvelle "Mauvaise Donne" de Jaworski, qui faisait écho à mes envies de "low Fantasy" et qui était dotée d’une fin ouverte avec la possibilité de continuer avec le roman ? Puis voyant l’enthousiasme du Lombard sur cette idée, nous sommes directement partis sur une série, tout en commençant donc par l’adaptation de cette nouvelle dans le premier tome. »

Le roman en lui-même, qui prendra quatre tomes en tout, pour une série qui en comptera donc cinq.

Double planche qui compose l’introduction du tome 2

Pour entrer contact avec Jean-Philippe Jaworski, Frédéric Genêt avait l’avantage d’être impliqué dans le milieu du jeu de rôle depuis longtemps, une passion partagée par Jaworski et qui l’aide à imaginer ses univers ultra-construits. C’est d’ailleurs par ce biais que les premiers contacts se sont créés entre les deux auteurs : « En tant que fan de son univers, je m’étais tout d’abord présenté pour illustrer ses jeux de rôle, explique Frédéric Genêt. De fil en aiguille, il m’a proposé un scénario de bande dessinée qu’il avait écrit, dans l’univers du "Vieux Royaume". Toutefois, ce qui m’intéressait surtout restait la puissance de la cité de Ciudalia, en tant que "personnage" principal du premier tome de la BD. Bien sûr, j’étais également attiré par Benvenuto : il est issu du peuple et sa débrouillardise m’a séduit. Ainsi que sa forme d’humour cynique ! De manière générale, "Gagner la guerre" est surtout un roman qui se concentre sur les mauvais, que l’on suit tout au long du récit : un contre-pied terriblement attrayant ! Je voulais poser la question au lecteur : « Allez-vous pour une fois apprécier les méchants ? Et finir par les aimer ? »

Projet de planche au lavis pour le tome 1 (inédit)
F. Genêt, JP Jaworski - Le Lombard

« Le second gros challenge résidait dans l’adaptation en elle-même, continue l’auteur, Car "Gagner la guerre" est un roman dense, très bavard. Et puis, les séquences ne sont pas toujours proposés dans un ordre chronologique. Le roman comporte énormément d’ellipses que je ne peux pas toujours maintenir en bande dessinée. Le tome deux est pourtant plus linéaire que le premier, que j’avais dynamisé en découpant un gros flashback en une série de petites séquences. »

« Pour ce second tome, j’ai dû réagencer les éléments du roman, qui débute environ à la page 20. Tout le premier tiers de ce second album sont des séquences qui n’existent pas dans le livre et que j’ai dû créer de toutes pièces. Afin de respecter le ton de Jaworski, j’ai repris des répliques du roman que j’ai replacées à bon escient dans la bouche des protagonistes. La difficulté résidait dans le fait de choisir les bonnes séquences et les bons dialogues. Mais cela reste un défi intellectuel qui m’amuse énormément, et je suis aussi bien entendu suivi par mon éditeur qui m’aide à bien placer les césures entre les albums. Et puis par Jean-Philippe Jaworski valide qui haque étape de chaque planche, du scénario à la couleur en passant par le crayonné et l’encrage. Une validation indispensable à mes yeux. »

Mise en page aussi étonnante qu’efficace, pour évoquer la déchéance du personnage principal
Genêt, Jaworski - Le Lombard.
F. Genêt : illustration « saut de l’ange »

L’implication de Frédéric Genêt se retrouve dans les superbes planches du tome 2 qui sont exposées à la galerie : son encrage, parfois sombre, parfois léger impose l’atmosphère des séquences. Les planches où le personnage principal est brisé, et les grandes doubles-pages sont d’ailleurs particulièrement impressionnantes. Sans oublier les projet de planche du tome 1 au lavis, les recherches couleur et les couvertures des albums.

Une exposition qui mérite largement le détour. Et pour ceux qui n’auraient pas l’occasion d’y aller, l’exposition virtuelle permet de calmer la frustration et éventuellement d’acquérir la version limitée noire et blanche du tome 2 vient de paraître !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Créabulles présente l’exposition Besse, Genêt et Morancho du 8 au 30 novembre 2019
Galerie Passerelle Louise, 34 rue Dejoncker - 1060 Bruxelles - Belgique
La galerie est ouverte le jeudi, vendredi et samedi de 12h30 à 18h45 (ou sur rendez-vous).
Métro Louise – Trams 8, 92, 93, et 97 Louise ou Stéphanie
Parking Louise Village (36 rue Dejoncker)

Inscriptions/infos : info@creabulles.be

Sur le même sujet, lire notre chronique du premier tome : "Gagner la guerre", quand Frédéric Genêt imagine Benvenuto Gesufal : un régal, ainsi que notre Coup de cœur de la rentrée : "Gagner la guerre", un tome 2 qui marque le début d’une saga épique

De Gagner la Guerre de Jean-Philippe Jaworski adapté par Frédéric Genêt (Le Lombard), acheter sur
- le tome 1 en version classique (la version N&B est épuisée) chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le tome 2 en version classique chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le tome 2 en version limité N&B (sortie le 31 octobre) chez BD Fugue, FNAC, Amazon.

Tous les visuels sont : DR.

  Un commentaire ?