Dans les galeries Huberty & Breyne et Champaka à Bruxelles, le 9e art s’expose : Judith Vanistendael, Simon Spruyt et Yslaire

7 juin 2021 0 Actualité par Jacques Schraûwen
  • Quoi que puissent encore en penser quelques aigris en mal de reconnaissance, la bande dessinée est un art. Un art qui s’expose, également, permettant d’en découvrir toutes les richesses graphiques. Toute la multiplicité !

La Nouvelle Vague du Lombard jusqu’au 26 juin à la galerie Huberty & Breyne, place du Chatelain, 33 à Bruxelles, jusqu’au 26 juin

C’est dans la galerie Huberty & Breyne que deux nouveautés parues au Lombard s’offrent à découvrir. Une nouvelle vague ?... Une volonté, en tout cas, pour cet éditeur, de faire preuve d’éclectisme, avec une exigence, d’abord et avant tout, de qualité…

Et ce sont deux auteurs belges qui s’exposent aux cimaises de la galerie bruxelloise de la place du Châtelain… Deux auteurs résolument modernes dans leur approche de la bande dessinée… Deux artistes qui font de leur art un dialogue avec la poésie, la mémoire, la culture… Et qui, résolument modernes dans leur graphisme, s’ancrent cependant totalement dans les codes du neuvième art.

Dans les galeries Huberty & Breyne et Champaka à Bruxelles, le 9e art s'expose : Judith Vanistendael, Simon Spruyt et Yslaire

La Baleine Bibliothèque (dessin : Judith Vanistendael – scénario : Zidrou)

Avec Zidrou, Judith Vanistendael a trouvé une sorte de sérénité qui se sent, se ressent dans son dessin. Elle qui racontait des histoires pour ne pas se noyer se fait l’illustratrice d’un récit dans lequel la poésie prend vie aux feux d’un imaginaire qui nous ramène, lecteurs, aux douces folies de nos enfances plurielles. Au travers des aventures d’un postier marin et de sa rencontre avec une baleine dans les antres de laquelle des milliers de livres attendent leurs lecteurs, les auteurs nous emmènent à leur suite dans une approche simple de la vie, une approche qui peut se résumer en deux mots : vivre et aimer !

Le Tambour de la Moskova (auteur : Simon Spruyt)

Avec cet auteur auquel on doit entre-autres l’excellent Bouvaert, nous sommes dans un univers graphique moderne, mais très différent de celui de Judith Vanistendael. Son dessin n’aime pas, c’est une évidence, s’enfoncer dans la routine.
Dans ce livre, il nous raconte la rencontre entre un écrivain, Tolstoï, et un ancien tambour de l’armée napoléonienne. Une rencontre improbable qui permet à Simon Spruyt de réfléchir et de nous raire réfléchir à ce qu’est la mémoire, le mensonge, la mise en scène, qu’elle soit écrite ou dessinée… Son dessin et ses couleurs à l’aquarelle sont d’une superbe présence, presque expressionniste parfois, presque naïve aussi…

Deux auteurs à lire, bien évidemment, mais à aller admirer aussi, dans une galerie aux cimaises amoureuses de la bande dessinée.

Yslaire à la galerie Champaka jusqu’au 19 juin (Mademoiselle Baudelaire – Dupuis)

Le dernier livre d’Yslaire est un vrai chef d’œuvre, une immersion totale d’un artiste dans le monde d’un autre artiste.

Chez Baudelaire, Yslaire a trouvé le chemin vers ses propres vérités, ses propres dérives, ses démesures intimes. Et son dessin, dans lequel on sent l’importance de la gestuelle, se révèle un des plus libres et des plus vivants qu’il ait faits jusqu’à aujourd’hui.

Ce sont les originaux de cet album qui s’exposent au Sablon, rue Ernest Allard, 27, à Bruxelles… Un livre et une exposition à ne pas rater !

(par Jacques Schraûwen)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.