Buddy Longway - T20 : La Source - par Derib - Le Lombard

13 juin 2006 0
  • {Le bout de la piste} étant déjà chez Blueberry, Derib a choisi {La Source} comme titre du dernier opus de Buddy Longway. Avec ce 20ème et ultime album, une des plus belles sagas western s'achève. Pour l'auteur, il était logique de faire mourir son héros.

Buddy et Chinook décident de repartir vivre dans le Nord. Leur route les ramène sur les traces de leur passé. D’ailleurs, dans ces lieux chers à leurs cœurs, le couple va de nouveau croisé amis et ennemis : Arbre rouge, Slim le Borgne, Dennis et Cheval fougueux...

Derib est inquiet... Comment vont réagir les lecteurs à la mort d’un héros qui, pendant 35 ans, les a guidé à travers les bois et les plaines de l’Ouest sauvage ?
"C’est très difficile de faire mourir un personnage. Certains lecteurs vont avoir l’impression que je les trahis car je tue Buddy. En même temps, ceux qui sont vraiment fidèles comprendront que j’avais raison et que toute vie finit par la mort. Il y a une rigueur réaliste dans Buddy Longway depuis le début et je voulais vraiment aller jusqu’au bout. Mais l’épilogue adoucit le drame, l’explique et permet à Kathleen d’accepter la mort de ses parents." nous confiait Derib en décembre dernier.

Dès la création de son personnage de trappeur, en 1972, dans les pages du journal Tintin, l’auteur entame l’histoire d’une vie. Le personnage vieillit avec le temps et la mort est présente quasiment dans chaque album. Scénariste et dessinateur, Derib va laisser éclater tout son talent à travers cette œuvre, prenante par l’action développée, enrichissante par la thématique révélée. Les thèmes abordés sont ceux, assez classiques, du western : la chasse, la lutte contre les bandits, les guerres indiennes, la recherche de l’or... mais tout cela est le support d’un propos plus profond. En réalité, le lecteur est invité à lire cette bande dessinée dans 3 directions :
Buddy Longway - T20 : La Source - par Derib - Le Lombard la première flatte l’homme d’aujourd’hui, immergé dans le mythe du retour à la nature. Buddy Longway est un western "écologique", en ce sens qu’il contient à la fois un profond respect pour le milieu naturel mais qu’il montre en même temps que la vie dans la nature est difficile et n’est pas à la portée du premier citadin venu.
- la deuxième propose une image positive du couple et de la famille. Il est clair que cet aspect, tout particulièrement, est très sensible au cœur de Derib. Dans Buddy, la famille représente le lieu de l’équilibre, la structure idéale permettant la transmission des connaissances et des valeurs, mais aussi le lieu du conflit dans lequel se forme la personnalité de l’enfant.
- la troisième direction de lecture réside dans une réfutation très clairement marquée et affirmée du racisme.

La nature toujours omniprésente
© Derib/Le Lombard

De son oeuvre se dégage un regard de tendresse, comme un baume pour les plaies humaines. Dans cet ultime épisode, les références aux albums précédents sont nombreuses. Certains personnages secondaires réalisent ainsi leur dernier tour de piste. La dernière planche reste pudique sur le décès du couple Longway. Le personnage de Kathleen, dans l’épilogue crayonné et peint à l’aquarelle, permet de garder une note optimiste et pourquoi pas l’espoir de nouvelles aventures...
Merci Buddy et merci Derib pour ce parcours de vie.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire la chronique du tome 17
Lire la chronique du tome 18
Lire la chronique du tome 19

Commander La Source sur Internet

Le Lombard publie également, une nouvelle édition de la belle monographie signée par Georges Perrin : Derib, un créateur et son univers

  Un commentaire ?