Buffy contre les vampires - Saison 10 T.1 - Par Nicholas Brendon, Christos N. Gage et Rebekah Isaacs (Trad. Thomas Davier) - Panini Comics

9 mars 2015 0 commentaire
  • Le Scooby-gang est de retour pour une troisième saison exclusive au format papier ! Avec toujours autant de fraîcheur, d'humour noir et de bestioles démoniaques pleines de dents, préparons-nous à de nouvelles festivités à base de vannes, d'empalements, de décapitations et de sentimentalisme adolescent. En somme, la recette qui a fait le succès de la série de Joss Whedon.

Les événements apocalyptiques de la dernière saison avait développé une volonté de disperser les différentes intrigues en éclatant le cœur du groupe de notre Tueuse de vampires préférée et en proposant une sorte de micro-univers partagé par une petite poignée de récits, chacun développant son propre propos.

Ainsi, la saison 9 nous permettait de retrouver, entres autres, Buffy Summers, la sorcière lesbienne Willow et Alex le borgne en plein San Francisco, faisant face à une étrange mutation chez les nouveaux vampires par laquelle ils perdent toute notion d’intelligence au profit d’une sauvagerie bestiale.

Peu à peu, un objectif commun s’installa : celui de parvenir à rétablir une nouvelle source de magie, disparue lors d’une précédente catastrophe, ce qui eut pour effet de modifier certaines règles fondamentales qui régissaient le monde surnaturel.

En parallèle à cela, l’univers de la Tueuse s’étoffait à travers un autre comics signé Christos N. Gage et Rebekah Isaacs qui mettait en avant deux personnages emblématiques, Angel et Faith, partis pour une croisade folle dont l’objectif n’était rien moins que la résurrection du mentor et père de substitution de nos héros, Giles. De son côté, Victor Gischler conduisait le plus cool des suceurs de sang dans... l’espace !

Buffy contre les vampires - Saison 10 T.1 - Par Nicholas Brendon, Christos N. Gage et Rebekah Isaacs (Trad. Thomas Davier) - Panini Comics
© Panini Comics

Nous voici donc aujourd’hui au commencement de nouvelles péripéties pour nos aventuriers du macabre, introduites par une ribambelle de visages connus qui se regroupent sous un même drapeau afin de botter les fesses fripées d’arrogants petits prédateurs nocturnes. En plus de récompenser le fan de la première heure, cette réunion d’utilisateurs professionnels de haches et de pieux ne sera pas de trop pour contrer la nouvelle menace incarnée par les vampires qui ont vu leur pouvoir renforcé et leurs faiblesses s’effilocher.., résultat de la restauration de la magie sur Terre et de l’établissement de nouvelles règles écrites par une main mystérieuse ayant clairement décidé de donner l’avantage à l’ennemi.

Pour les aider à faire la lumière sur cette nouvelle problématique, le Scooby-gang fera alors appel au plus puissant, au plus mégalomane et au plus narcissique mangeur de vierges : Dracula himself.

© Panini Comics

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le ton si particulier de la série TV de Joss Whedon qui a fait son succès est ici conservé. Un humour très présent de bout en bout et qui passe avant tout par l’excellent travail de dialoguiste de ses scénaristes, Nicholas Brendon et Christos N. Gage, qui retranscrivent à merveille les caractères de chacun des personnages.

On oscille entre moments d’action, situations qui côtoient le grand n’importe quoi et instants d’introspection et de sentimentalisme qui sauront faire fondre, (ou non), les cœurs de pierre des plus aigris d’entre nous.

Le trait rond et assez cartoon-like de Rebekah Isaacs contribue également au charme que dégage cette nouvelle saison de Buffy contre les vampires. Certains passages qui prêtent à sourire sont par exemple accentués par les visages très expressifs des personnages et des moues hilarantes qui nous font revenir des années en arrière et nous rappellent sans grand effort les traits des acteurs du show TV.

Dans la lignée des deux saisons précédentes exclusives au format papier et des quelques mini-séries qui se raccrochent à cet univers, ce premier album constitue un réel plaisir de lecture et justifie sans peine le prolongement de son concept au delà du petit écran, en continuant encore et toujours d’enrichir un univers pourtant vaste et de proposer de nouvelles idées un peu folles qui n’auraient pas forcément pu fonctionner sur son médium original. En cela, nous en remercions la liberté créative qu’a à offrir la bande dessinée.

© Panini Comics

(par Marco ZANINI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?