Bunker – T3 : Réminiscences – Par Bec, Betbeder & Genzianella – Dupuis

21 février 2009 2 commentaires
  • Dans "Réminiscences", Christophe Bec & Stéphane Betbeder focalisent leur récit sur les souvenirs et le passé de leur héros, Aleksi Stassik. Une forme de parenthèse bienvenue et toujours aussi bien écrite!

Avec l’aide de la nièce de l’empereur Anika Borodine, Aleksi Stassik tente de renouer avec une enfance oubliée. Le voile se brise, lorsque le jeune homme remet un pied dans les décombres de l’orphelinat où il a vécu quelques années et découvre son rôle dans l’anéantissement de cette région d’Azbuska. Apprenant en même temps que sa mère est encore vivante, il décide de la retrouver pour comprendre définitivement qui il est, ou plutôt ce qu’il est ! Mais il n’est pas le seul à tenter de remonter dans les origines troubles de son passé, puisque le Delegat-Officer Velikic, enquête aussi sur lui. En plus de cette menace, un commando Ieretik vient de franchir la Demarkacia afin de le supprimer. Le jeune Stassik semble définitivement au centre de toutes les préoccupations !

Il n’est pas aisé de faire un résumé succinct et clair de ce troisième tome de Bunker, tant Réminiscences regorge de révélations sur le passé et la vie de notre héros. Un album que l’on peut toutefois qualifier de transitoire, car s’il apporte son lot de réponses aux questions suscitées lors de la lecture des deux premiers tomes, il annonce en même tant l’apocalypse à venir dans les deux prochains (le quatrième s’intitulera Carnages).

Une transition bienvenue et très bien construite, car si Christophe Bec & Stéphane Betbeder y distillent la plupart des réponses escomptées, ils le font de manière progressive afin de maintenir intact l’attention de son lecteur tout au long de l’album. Leur scénario reste ainsi toujours aussi renversant, voire même poignant, puisqu’il humanise un peu plus ses personnages avec des scènes très fortes comme celle des retrouvailles entre Stassik et son frère, ou celle où l’empereur se balade avec nostalgie dans une immense allée remplie de souvenirs lui rappelant une toute puissance désormais menacée.

Bunker – T3 : Réminiscences – Par Bec, Betbeder & Genzianella – Dupuis

Au dessin, Nicola Genzianella confirme un talent dont nous vous avions déjà fait part dans notre article sur le deuxième tome. Son trait réaliste est encore plus affirmé que dans Point Zéro. À noter que c’est Bec qui continue de signer les superbes dessins de couverture. Celle de ce troisième épisode est de toute beauté.

Jusqu’ici, Bunker fait donc un parcours sans faute et, de notre côté on trépigne d’impatience à l’idée d’en découvrir la suite, d’autant qu’elle s’annonce sanglante...

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :