Business i$ Business – Par Lindingre & Julien cdm – Ed. Drugstore

17 septembre 2011 2
  • Sur le mode « tous corrompus », « tous lâches », « tous copains » et « tous pourris » voici le dernier opus libertaire de Lindingre dessiné avec talent par Julien cdm. Heureusement, c’est drôle.

Nous sommes à un an de la Présidentielle et des Législatives qui lui succéderont. Tous les partis politiques sont dans les starting-blocks, les premiers débats commencent… La crise économique fait rage, la crise politique, notamment en ce qui concerne la question européenne et les conséquences du printemps arabe, n’a jamais été aussi aiguë. La crise écologique enfin, depuis Fukushima, pose la question de priorité des mesures à prendre et l’angoisse est grande.

Il y a ceux qui espèrent un changement de gouvernement, juste parce qu’il est nécessaire d’espérer, ceux qui ont confiance dans le système en place et qui souhaitent un approfondissement de la politique menée jusqu’ici… Et puis, il y a ceux qui, comme Lindingre, qui estiment que ce sont les règles même de notre monde qui sont corrompues.

Ce n’est pas faux : l’économie accouchée par les Accords de Bretton Woods au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et qui a consacré, de fait, la primauté du modèle étasunien a du plomb dans l’aile. Ceux que l’on appelle les « pays émergents » (Chine, Inde, Brésil…) et qui émergent d’autant plus que l’ancien monde coule, changent la donne. Pendant ce temps-là, la mondialisation est menée dans l’intérêt de quelques multinationales qui dansent le pasodoble avec les fonds souverains, sans que les démocraties dans lesquelles nous vivons ne prennent la moindre mesure.

Tout cela est en filigrane de Business i$ Business, et plus encore. On y reconnaît les protagonistes, même si les noms sont changés : Bernard Arnault, Jean-Luc Lagardère, Serge Dassault, Martin Bouygues, les politiques de tout poil : le nabot-président, un ministre de gauche passé à droite et dont la femme journaliste se retrouve directrice de n’importe quoi du moment qu’on la case, le potentat africain acheté par des subsides européens qui sont rétrocédés pour financer les campagnes électorales hexagonales, les mentors de la communication qui pourvoient les maîtres de l’heure en argent et en femmes, telle est la République décrite par Lindingre et Julien cdm.

L’exercice est drôle et on ricane volontiers, en particulier devant la caricature de Philippe Val en laquais du pouvoir (soutien de Siné, Lindingre ne pouvait pas le rater). Mais ce rire-là a un goût amer car on sent bien que si tout cela pète, et c’est ce qui ressort de ce réquisitoire sans appel, c’en est fait de la démocratie et d’une certaine idée de la République.

Quand l’intelligence détruit au lieu de construire, quand la libre critique n’est plus qu’exaspération de la désespérance, le rire peut devenir la lèpre de l’esprit.

Business i$ Business – Par Lindingre & Julien cdm – Ed. Drugstore
Business i$ Business – Par Lindingre & Julien cdm
(c) Ed. Drugstore

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « Business i$ Business » sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :