C’était la guerre des tranchées (nouvelle édition) - Par Tardi - Casterman

26 novembre 2014 4 commentaires
  • Album essentiel sur la grande guerre, et jalon majeur dans la carrière de Tardi, {C'était la guerre des tranchées} s'habille de neuf pour son édition anniversaire. Sa grande force, c'est d'éviter constamment le cours d'histoire, pour entrer brièvement, mais avec une force inouïe, dans la vie de quelques sacrifiés, parmi des millions d'autres.

Vous pouvez commencer par la dernière page. Tardi s’emporte en une page sur les festivités des commémorations en cours. Centenaire obligé de la guerre 14-18, avec son cortège d’œuvres de circonstance, à l’exception notable du cinéma. Un Tardi qui semble songer amèrement à la violence des guerres d’aujourd’hui, mais surtout condamner les gouvernements de tous bords. La verve anar est toujours là.

Paru en 1993, C’était la guerre des tranchées inaugurait la longue série de travaux qui allaient devenir le fil conducteur de toute une carrière. Impossible aujourd’hui d’évoquer la der des der vue par le neuvième art sans citer Tardi, sans saluer plusieurs de ses albums essentiels. Mais il y a 20 ans, le thème n’avait pas encore envahi les rayons BD. Grâce au support de Jean-Pierre Vernet, mine inépuisable de précisions et documentaliste indispensable, Tardi avait alors scrupuleusement contextualisé ses portraits de soldats. Car ce monumental album n’a rien de descriptif. Il ne suit pas une trame chronologique. On saute simplement d’une tranchée à l’autre, d’un destin au suivant. Et toujours, en toile de fond, l’attitude butée des gradés, le climat oppressant des gardes dans la nuit boueuse, les mitrailleuses aux aguets...

Tardi réussit à ne pas rendre son propos trop lourd en intégrant aussi quelques passages dans les villages, lors de moments d’accalmie trompeuse, ou au milieu des populations civiles. Il lance aussi des chiffres. Qu’il faut lire. Et relire. Tenez : 35 pays participants ; 10 millions de morts. Oui, relisez : 10 MILLIONS. Mais aussi 794 000 maisons et immeubles détruits, sans compter les milliards dépensés. Et j’en passe, sa liste est impressionnante.

Devant l’ampleur de la production BD sur le thème, avec des œuvres majeures comme Notre mère la guerre, il faut bien reconnaître le rôle fondateur de ce grand album. Il paraît ici dans un format plus large, augmenté de 40 pages de dessins, croquis, illustrations diverses, et une couverture inédite. Au-delà de la réussite artistique, de la portée de son propos, il ne faillit pas à sa mission pédagogique : en savoir plus, approfondir, et ne pas oublier.

C'était la guerre des tranchées (nouvelle édition) - Par Tardi - Casterman
© Casterman 2014

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • "augmenté de 40 pages de dessins, croquis, illustrations diverses, et une couverture inédite."écrivez vous. Fort bien, il s’agit d’une oeuvre majeure sur ce thême, prépubliée à l’époque dans les pages du regretté (A SUIVRE), bien avant qu’on ne célèbre ce centenaire, ce qui ne permet pas de remettre en cause la sincérité de Monsieur Tardi, alors que tant d’autres éditeurs ont attendu 2014 pour publier sur le sujet, compte tenu du fort relai médiatique.
    Mais pourquoi y a t’il des pages en plus et une nouvelle couverture ? Je remarque que la pratique se multiplie chez Casterman ; nouvelles présentations, nouvelles maquettes, cela commence à bien faire. Quand allez vous vous mettre à publier de nouveaux livres intéressants, au lieu de vouloir toujours nous revendre les mêmes sous des présentations différentes ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jerome le 27 novembre 2014 à  10:13 :

      Il semble effectivement que les projets nouveaux soient moins nombreux chez Casterman, qui propose en majorité des rééditions. Par exemple, le livre-objet sur Tintin et ses "archives", a été publié précédemment en exclusivité chez France-Loisirs par Moulinsart. A part des reprises de vieilles séries, des rééditions et de nouvelles maquettes, peu de titres ayant la stature de celui-ci. Certains auteurs restent fidèles à la maison, comme Tardi qui poursuit son devoir de mémoire, Schuiten et Peeters leurs utopies... mais cette maison semble devenue bien frileuse... Les albums en couleurs consacrés à 14-18 par Tardi, précédemment, étaient nettement moins forts que cet album, créé sur le long terme, et qui a bénéficié de la prépublication dans "A Suivre", sur un bon nombre d’années. Cette expérience éditoriale est devenue impossible aujourd’hui.

      Répondre à ce message

  • Il est intéressant de constater que deux des seuls projets à ma connaissance en développement au cinéma, sensés sortir lors de ce centenaire sont des adaptations de bandes dessinées : Notre mère la guerre (par Olivier Marchal) et Les sentinelles. De là à dire que le médium a éclipse le cinéma...

    Répondre à ce message

  • Il est intéressant de constater que deux des seuls projets à ma connaissance en développement au cinéma, sensés sortir lors de ce centenaire sont des adaptations de bandes dessinées : Notre mère la guerre (par Olivier Marchal) et Les sentinelles. De là à dire que le médium a éclipse le cinéma...

    Répondre à ce message