Calvin & Hobbes - T24 : Cette Fois, c’est Fini - par Bill Watterson - Hors Collection

24 février 2005 0 commentaire
  • Comme le titre le suggère, ce 24e tome marque la fin de la traduction en français d'une des plus originales créations de toute la production en BD du 20e siècle. {{Calvin & Hobbes}} demeure une oeuvre incomparable. Sa publication n'aura duré que dix ans dans les journaux américains, du 18 novembre 1985 au 31 décembre 1995.

Durant cette courte période, cette série a obtenu les prix les plus prestigieux : en 1987 celui de la National Cartoonist’s Society, l’année suivante celui du meilleur album Bulle d’Or de Brignais et en 1992 elle reçoit l’Alph’ Art du meilleur album étranger au Festival International d’Angoulême.

Comme avant lui Charles M. Schulz avec ses Peanuts, Bill Watterson a eu du génie avec son oeuvre remarquable et remarquée.
On ne peut pas sous-estimer le privilège extraordinaire que Watterson avait obtenu aux Etats-Unis : il fut le dernier auteur américain à obtenir un format de publication particulier, plus grand pour ses planches de fin de semaine, afin de permettre une lecture plus ludique. Une première lacune dans cette dernière édition francophone : la puissance créatrice des mises en page d’origine qui comportent des cases variées et rythmées pour une lecture globale n’est pas respectée. Cette structure essentielle est escamotée dans l’édition française en plaçant parfois une seule case par page.

L’absence de couleurs est une autre lacune, encore plus regrettable. Elles aussi ont été conçues par Watterson pour créer des effets narratifs et psychologiques en harmonie avec un humour qui devient chromatiquement poétique. Malgré ces omissions éditorialistes ou économiques, on apprécie la force graphique et la puissance narrative de cette série unique, qui éveille un désir irrépressible et justifié de lire la version originale en anglais, afin de mieux apprécier le dessin qui est à l’image du scénario : à la fois inoubliable et inclassable. Le lecteur découvrira pour son plus grand plaisir que dans la version américaine, pas une case ne peut faire bande à part.

Calvin est un jeune garçon « hyperactif » d’environ six ans dont le tigre en peluche, Hobbes, s’anime, le conseille, le réprimande, devient un confident jusqu’à l’instant fatal où quelqu’un d’autre, souvent les parents, entre en scène et rompt le charme. Ce fabuleux tigre se transforme alors en simple jouet inanimé. L’auteur exploite à merveille cette manière ambiguë de jongler avec le réel et l’imaginaire. Calvin peut se transformer à sa guise en astronaute sous le nom de Spiff, en tyrannosaure, en éléphant, en zombie, en super-héros et même en tigre. Il peut devenir invisible, se dédoubler, évoluer dans un décor sans perspective, sans couleur et surtout sans école...

Les décors appartiennent au regard poétique de l’enfance et les mots d’enfants s’élèvent au rang des fables philosophiques du 20e siècle. Calvin rêve tout éveillé, fantasme des situations préhistoriques, intergalactiques et même apocalyptiques ; puis dans la dernière case, la chute se présente sous la forme d’un véritable rebondissement imprévu, un gag toujours très drôle qui appelle la relecture de la bande sous un nouvel éclairage.

Watterson ne bâcle jamais le dessin et évite de tomber dans l’intellectualisme en vogue. Le dessin sobre, le trait pointu, la richesse des cadrages ainsi que la qualité inégalée des expressions des visages donnent à cette série toutes ses lettres de noblesse. D’une incroyable richesse d’invention et de traitement, l’univers graphique de cet auteur ne ressemble à aucun autre : ça fourmille, ça grouille, ça déborde de gaieté et de trouvailles délirantes. C’est une BD que l’on peut classer sans hésitation au Panthéon des plus grands chefs-d’oeuvre du 9e art. Il ne vous reste plus qu’à vous précipiter dans la lecture de cette extraordinaire série qui donnera vie à vos rêves d’enfant les plus secrets et les plus vrais.

(par Richard Langlois)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?