Actualité

Canal BD perd des partenaires suisses

Par Olivier Wurlod le 22 juillet 2008                      Lien  
Malmené par leur partenaire Canal BD, certains libraires suisses s'allient à BDCaf avec l'espoir d'être pris plus au sérieux.

Plusieurs librairies suisses ont récemment choisi de quitter le large réseau de librairies mis en place par Canal BD. Déçus par les retards répétitifs de certaines actions autour d’évènements spéciaux, comme la parution d’ex-libris en lien avec la parution d’un nouvel album, elles avaient la désagréable sensation d’être laissées pour compte.

Parmi les librairies “dissidentes“, on compte les trois maisons indépendantes de Lausanne : « Apostrophe », « Belphégor » et « Raspoutine » [1], mais aussi « Impressions » à Bienne (suisse alémanique), « Tache d’Encre » à Morges et « Tome 1 » à Yverdon-Les Bains.

Canal BD perd des partenaires suisses

Pour pallier à cette rupture, les libraires suisses ont choisi de recourir aux services de BD Caf. Réunissant plus d’une quarantaine de librairies, dont les sept du « Groupe BD Fugue », BD Caf imprime un magazine comparable à celui de CanalBD. Édité par les Éditions du Café, BDCaf’mag paraît tous les deux mois et propose toutes les dernières news en lien avec ses partenaires, mais aussi interviews d’auteurs, critiques d’albums et un planning détaillé des prochaines sorties. Le numéro de juillet-août, vingtième numéro du magazine, offre des entretiens de Richard Guérineau et Henri Meunier pour leur one shot Après la Nuit, de Kris, scénariste de Coupures irlandaises et Des Ensembles Contraires, ainsi que de Anthony Roux, l’un des trois associés de la maison d’édition Ankama.

Maintenant est-ce que les libraires suisses ont trouvé là une bonne alternative ? Difficile à dire pour le moment, car cette option est toute neuve. Il subsiste toutefois un goût amer, car de la parole même des libraires suisses, sans même tenir compte de la taille du réseau de Canal BD, leur magazine leur semblait jusqu’ici un peu plus complet et de meilleure facture. Espérons toutefois que, passée cette première phase test, ils parviendront cette fois à être satisfait d’une collaboration nécessaire dans un marché particulièrement difficile pour les librairies indépendantes.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

NDLR. Cet article a été modifié le 23 juillet 2008 par souci de clarification.

[1bien connue pour ses éditions de luxe autour du Scorpion notamment et autres ex-libris

🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Une question : cette déperdition ne touche que des Suisses ?
    22 juillet 2008 21:36, par François Pincemi

    Le problème ne me semble pourtant pas relever de la nationalité des libraires. S’il y a de la grogne, je ne vois pas pourquoi elle ne s’exprimerait pas non plus chez les libraires français. L’appartenance à un réseau suppose une cotisation, qui devrait offrir un certain nombre d’avantages. Quels sont-ils ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par JF le 23 juillet 2008 à  15:56 :

      Oui le problème des cotisations en forte hausse se pose, mais il n’est pas le seul.
      Le groupement CanalBD a récemment décidé de nouvelles orientations qui sont loin d’avoir fait l’hunanimité auprès de ses membres...
      D’ou le départ en force des libraires suisses, mais aussi de bon nombre de libraires français !
      Il serait d’ailleurs très révelateur de connaitre le nombre actuel d’adhérents, et de le comparer aux années précedentes...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel D. le 23 juillet 2008 à  21:31 :

        car j’ai voulu auto-financer totalement cette activité. Donc tous les faux-frais en sont bannis. Je m’interroge sur les intérets d’une adhésion à un réseau : si c’est pour recevoir (moyennant finances) une sorte de revue-catalogue enthousiaste de tous les éditeurs du marché, pourquoi pas ? Mais il y a d’autres frais bien plus lourds. Si c’est pour recevoir (là-encore cela fait partie du droit d’adhésion ou cotisation) des ex-libris offset non signés non numérotés, je n’en vois pas trop l’intéret non plus. Et une page web bien conçue draine plus de passages que l’insertion dans le carnet d’adresses de ce réseau. Reste les tournées de dédicaces, efficaces pour le libraire qui ne connait aucun auteur ??

        Répondre à ce message

  • Canal BD perd des partenaires suisses
    24 juillet 2008 10:34

    Malmenés par leur partenaire Canal BD, certains libraires suisses s’allient à BDCaf avec l’espoir d’être pris plus au sérieux.

    Je risque une correction orthographique ;)

    Répondre à ce message

  • dés lors, ce groupe important impose ses volontés aux libraires indépendants qui financent pourtant le système.

    Répondre à ce message

PAR Olivier Wurlod  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD