Canardo T. 20 : une bavure bien baveuse - Sokal - Casterman

1er novembre 2011 7
  • Très bon cru pour le 20ème tome des aventures désabusées de notre canard détective bien connu. Flics ripoux, alcool et valises de billets : du classique bien mené.

Ce jour-là, le commissaire Garenni (tête de lapin donc...) est encore plus saoul que d’habitude. Pas de chance, un braquage en cours l’appelle sur le terrain. Là, un inspecteur zélé prend une balle et se retrouve entre la vie et la mort. Pour Garenni, direction les bœufs-carottes. Et pour Canardo, l’occasion de rendre service à un vieux copain. D’autant qu’il est persuadé que le commissaire n’a pas tiré sur son subalterne. Heureusement, Canardo semble attirer les faveurs de l’inspecteur Manta, plantureuse galonnée de la police des polices...

On a beau connaître ce genre de personnage par cœur pour peu qu’on s’intéresse aux polars, ce vieux commissaire pochtron lance fort bien une enquête ficelée aux petits oignons. Dialogues vifs, personnages secondaires -femmes en tête- piquants, l’intrigue avance à coup de scènes balançant entre humour noir et concertos pour petits calibres.

On n’a pas toujours trouvé Sokal en si bonne forme, raison de plus pour souligner la réussite de ce tome 20.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Vous êtes sûr et certain que c’est de SOKAL ?!?
    Ca fait un bail que c’est son nègre, Pascal Regnauld, qui fait tous les dessins.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 1er novembre 2011 à  14:52 :

      Sans qu’il soit crédité en couv.

      Répondre à ce message

      • Répondu par mikekafka le 1er novembre 2011 à  18:31 :

        ni crédité sur le site casterman ..décevant de la part de l’éditeur et du créateur de la série

        Répondre à ce message

        • Répondu par Bert le 1er novembre 2011 à  18:51 :

          C’est une vieille tradition chez Casterman, le Tintin et les Picaros dessiné par Bob De Moor n’est signé que de Hergé.

          Répondre à ce message

          • Répondu par touitou le 1er novembre 2011 à  21:14 :

            Chez Dupuis aussi, tous les albums des schtroumfs sont signé Péyo et il n en a dessiné aucun.

            Répondre à ce message

  • N’empeche que l’on a du bon Canardo, et c’est qui compte messieurs les puristes ?

    Répondre à ce message

  • Gare au Garenne !
    10 novembre 2011 23:57, par bullesbd

    Gare au Garenne ! En effet, plus habitué à se faire tirer au fusil qu’à tirer lui même, il commet une boulette aux conséquences fâcheuses. Quand il s’agit d’une boulette policière on a pris l’habitude de parler de bavure, particulièrement quand le bavuré finit au cimetière, ce qui est le cas ici.

    Au bout du vingtième volume des aventures de Canardo, on se demande ce qui rend le plus désabusé des palmipèdes de la bande dessinée si attachant. Comment pouvons nous être enchantés par cet univers si désenchanté ? Est ce le bestiaire qui l’entoure ? Il en est de plus éclatants tels que Blacksad, ou bien celui de Walt disney tout simplement. Alors qu’est ce qui fait le charme de cette série ? Il est bien possible que la réussite de cette œuvre réside finalement dans le regard de Canardo : lourd, fatigué et chargé d’un bon quintal d’humanité rehaussé d’un frisottement malicieux qui envoûte les femmes les plus belles malgré l’âge avancé de notre détective, une petite taille que lui impose son état de canard et une condition physique qu’on suppose bien au delà du déplorable, au vu de tout l’alcool ingurgité et de la multitude de cigarettes fumées depuis trente ans. Les yeux de Canardo possèdent le bleu du ciel qui manque aux villes du nord dans lesquelles se déroulent ses enquêtes permettant à l’auteur de décliner toutes les nuances du gris de la palette. Notre détective, béatifié par des hectolitres de bourbon, pourtant conscient des turpitudes du monde, pardonne presque toujours. Débonnaire comme personne, ce canard est bon.

    bullesbd.fr

    Répondre à ce message