Caricatures de Mahomet : Une BD de Ville Ranta censurée en Finlande

26 février 2006 0 commentaire
  • L'affaire des caricatures danoises continue à faire des ravages. Cette fois, c'est la revue finlandaise {Kaltio} qui a licencié son rédacteur en chef à la suite de la publication dans ses pages d'une bande dessinée sur Mahomet dessinée par le dessinateur finlandais Ville Ranta, un auteur récemment invité à Angoulême et publié en France par Dargaud.

Décidément, le ventre mou idéologique des sociétés occidentales et la lâcheté de certains politiciens aux prises avec les pressions financières continuent à empoisonner le climat déjà délétère des relations de l’Occident avec l’Islam. Cette fois, c’est la revue culturelle Kaltio publiée dans la ville d’Oulu (nord de la Finlande) qui vient, selon nos sources, de mettre à pied son rédac-chef, M. Jussi Vilkuna à la suite de la publication dans ses pages d’une bande dessinée sur Mahomet et suite à son refus de retirer la dite BD du site internet du journal. L’élément déclencheur aurait été le brusque retrait de deux sponsors du journal, la Banque Sampoi et la compagnie d’assurances Tapiola, à la suite de la publication de ces bandes. En conséquence, le Conseil d’administration du journal, réuni par téléphone, Conseil où figure l’ancienne ministre finlandaise de la culture Mme Tytti Isohookana-Asunmaa, aurait décidé le 23 février dernier de virer le rédacteur en chef récalcitrant. Le Président de ce Conseil, M. Harri Kynnös, considérerait en effet que « [cette] bande dessinée était en contradiction avec [ses] valeurs.  » En outre, la ville d’Oulu a annulé une commande d’illustration récemment faite au dessinateur.

Caricatures de Mahomet : Une BD de Ville Ranta censurée en Finlande
Ville Ranta
Photo : Dargaud - DR

La bande dessinée incriminée n’est pas le fait d’un inconnu pour les Français. Il s’agit de Ville Ranta, un auteur finlandais né en 1978, dessinateur d’une BD, Celebritiz, cosignée avec Lewis Trondheim, en janvier 2006, dans la collection « Poisson Pilote » chez Dargaud. Il avait été en contact avec Trondheim d’abord par courriel, puis lors d’une invitation de Trondheim au Festival de la BD d’Helsinki. C’est cette rencontre qui a décidé de leur collaboration. Le dessin de Ville Ranta est proche de celui de Joann Sfar par son tempo croquis et une grande liberté dans le trait. Cet artiste était en janvier dernier l’invité du festival d’Angoulême et ses planches s’y trouvaient exposées.

Dans sa courte BD (cinq pages), on le voit supplier en vain Mahomet de le laisser s’exprimer, de ne pas faire l’amalgame entre quelques excités extrémistes et l’ensemble de l’opinion publique européenne, de ne pas laisser les extrémistes musulmans étouffer la liberté d’expression. Il plaide notamment le fait qu’il n’est pas un suppôt de Georges W. Bush ou des intérêts pétroliers danois. Mais le prophète le renvoie à ses contradictions. Plus loin sont montrés des politiciens finlandais (le président et le premier ministre) en train de brûler le drapeau danois en récitant des actions de grâce à l’intention du Prophète.

C’est la peur qui est la principale raison de cette affaire, nous dit Ville Ranta que nous avons joint par téléphone : «  ... La peur d’insulter quelqu’un, quelque part, dans le monde. C’est une peur très commune en Finlande. Tous les gens qui détiennent un petit peu de pouvoir dans ce pays ont peur de ça. C’est une tradition, parce que l’histoire des relations de notre pays avec l’Union soviétique est toujours très présente ici. On a pu voir que la Finlande a eu une ligne politique très différente de ses voisins européens à propos des caricatures de Mahomet. Elles ont été publiées dans notre pays dans un site internet d’extrême droite. Notre premier ministre a réagi en condamnant cette publication. La ligne est de ne rien avoir à voir avec les Danois. Personnellement, j’en ai été troublé. Cette réaction me semblait très mauvaise. C’est pourquoi j’ai fait cette bande dessinée qui a tout de suite suscité des réactions très vives ici. »

"Celebritiz" avec Lewis Trondheim
venait de paraître dans la Collection Poisson Pilote chez Dargaud.

Comme nous lui expliquons les réactions suscitées en France par la publication des caricatures dans France Soir puis dans Charlie Hebdo, il nous dit : « Je ne sais pas si c’est une bonne idée de publier les caricatures faites par les Danois. Personnellement, je ne les trouvais pas bien faites et je ne suis pas d’accord avec celles-ci. Ne connaissant pas très bien la situation et la ligne de ces différents journaux en France, je préfère ne pas me prononcer à leur sujet. Il me semble cependant que la France a une ligne plus claire que celle du gouvernement finlandais qui préfère ne pas avoir de position sur ce sujet. Il cherche à être « en dehors », comme toujours. Je pense au contraire que la Finlande, plutôt que de faire le silence sur ce sujet, doit s’inscrire dans le concert de l’Europe et prendre une position responsable sur ces sujets, en dépit d’une histoire récente liée à l’Union soviétique qui les pousse à la discrétion. Le débat autour de ma bande dessinée devrait peut-être les y amener. » Quant à la façon dont il a représenté le prophète (afin de ne pas représenter son visage, il l’a dissimulé derrière un masque de la Commedia del Arte), il dit : «  C’est un masque de Carnaval, un peu ironique, qui symbolise la peur que l’on a de dessiner le visage de Mahomet. »

Les réactions en France n’ont pas tardé. L’un des premiers à s’exprimer, Patrick Gaumer, l’auteur du Larousse de la Bande dessinée, nous écrit : « Je viens de lire les cinq pages de Ville Ranta. (...) L’auteur fustige surtout la lâcheté des politiques occidentaux qui, au nom d’un "sacro-saint" business, sont prêts à toutes les compromissions (la réaction de banquiers et autres assureurs retirant leur "soutien" à la revue "Kaltio" est de fait assez révélatrice). Le moins que l’on puisse faire, c’est relayer ce cas manifeste de "censure hypocrite"... »

C’est ce que nous faisons ici. Le prochain album de Ville Ranta, une sorte de Journal déjà paru en Finlande, sera traduit en septembre chez Çà et Là.

Une des cinq pages de la BD
de Ville ranta censurée en Finlande.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Merci à Christian Marmonnier et Kirsi Kinnunen

  Un commentaire ?