Carmen+Travis - T2 : les récits - par Duval, Quet, Boudoiron, Cassegrain, Damour, Roux & Yoann - Delcourt

29 juin 2005 0 commentaire
  • L'album "Carmen+Travis" propose des histoires courtes autour de deux séries phares de la collection Néopolis. Les scénarios sont signés Fred Duval et chaque récit est dessiné par un auteur différent. Réservé aux aficionados...

Mexican stand-off : Duel dans le désert pour Carmen, véritable partie de poker menteur...
Contagions : De retour de mission, Travis reçoit un SOS d’un vaisseau spatial...
Conte à rebours : Carmen est chargée de retrouver la trace de Philip Prince, porté disparu depuis 5 ans...
Domophobie : Travis est confronté à une révolte d’I.A. (Intelligence Artificielle)...
Cuisiné par Vlad : Vlad est aux fourneaux pour la recette des coquilles Saint-Jacques, sauce crème persil accompagnées de topinambours et d’un délicieux vin blanc de bourgogne...

Cet album propose aux fans de Carmen Mac Callum et de Travis de revenir sur des épisodes secondaires ou intermédiaires de ces héros. Fred Duval, scénariste des deux séries, se fait donc plaisir en donnant à la parole à différents auteurs.
Ce principe d’œuvre collective est l’occasion de tester de nouveaux dessinateurs. Ainsi Alizon et les frères Chabanne, découverts dans le tome 1, ont depuis fait leurs preuves chez Delcourt (pour le premier) et chez Vents d’Ouest (pour les seconds).
Pour des auteurs confirmés, il s’agit souvent d’une récréation graphique qui leur permet de s’amuser sur quelques pages, entre deux albums. Delcourt utilise d’ailleurs le même procédé pour les chroniques de Sillage.

La qualité des dessins et des scénarios était assez inégale dans le premier tome. Pour ce deuxième opus, un effort a été fait pour rectifier le tir. Le récit présentant le plus d’intérêt sur le plan scénaristique est sans contexte Conte à rebours, dessiné par Damour (Nash). Les quatre autres récits jouent sur différents modes : humour, suspens et dérision.
Mention spéciale pour Domophobie qui s’autorise une parodie des Indestructibles. Cette histoire joliment dessinée par Stéphane Roux devrait permettre à ce dessinateur de tenter sa chance sur un album solo.

Philippe Buchet (Sillage) nous gratifie pour ce tome 2 d’une de ces magnifiques couvertures dont il a le secret.
Avouons-le, ces histoires courtes n’ont pas la force des deux séries-mères. Elles sont donc à déguster, en apéritif, entre deux Travis et avant le prochain Carmen Mc Callum. Le lecteur devra attendre pour le plat de résistance.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?